Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

asie

Le ministre de la Justice démissionne suite à ses liens avec la mafia nippone

© AFP

Dernière modification : 23/10/2012

Nommé au gouvernement de Yoshihiko Noda le 1er octobre, le ministre japonais de la Justice, Keishu Tanaka, a quitté ses fonctions après avoir avoué, 12 jours après sa nomination, d'embarrassantes accointances passées avec les yakuza.

Le tout nouveau ministre japonais de la Justice, Keishu Tanaka, a démissionné mardi après avoir reconnu d'anciens liens avec la pègre locale, les yakuza.

M. Tanaka, 74 ans, qui avait résisté pendant plusieurs jours à des appels à quitter le gouvernement, a finalement remis une lettre de démission au Premier ministre, Yoshihiko Noda.

"M. Noda a accepté la lettre de démission, malgré sa déception", a déclaré le porte-parole du gouvernement, Osamu Fujimura, lors d'une conférence de presse.

M. Fujimura a affirmé que M. Tanaka avait renoncé à ses fonctions pour des raisons de santé, mais la presse japonaise a directement lié ce départ à d'embarassants rapports entretenus jadis avec les yakuza.

Nommé le 1er octobre lors d'un remaniement du cabinet, Keishu Tanaka avait dû reconnaître douze jours plus tard avoir fréquenté des yakuza il y a une trentaine d'années, après un article publié par l'hebdomadaire Shukan Shinsho.

Il avait notamment confessé avoir servi d'intermédiaire pour le mariage du fils d'un chef yakuza et avoir assisté à une soirée organisée par un chef de la pègre de Yokohama.

"Si j'avais su que cette soirée était organisée par un membre du syndicat du crime, je n'y serais certainement pas allé", avait-il assuré tout en se défendant de gain personnel ou d'avoir favorisé des membres de la pègre.

Cette affaire tombe à un très mauvais moment pour le gouvernement de centre-gauche de Yoshihiko Noda, déjà en mauvaise posture dans les sondages pour les prochaines élections législatives.

L'opposition de droite, emmenée par l'ancien Premier ministre Shinzo Abe, appelle le Premier ministre à dissoudre la chambre des députés pour organiser au plus vite ces élections, dont la tenue est prévue au plus tard à l'été 2013.

M. Noda a simplement promis qu'il organiserait ce scrutin "dans un proche avenir".

Les yakuza ne sont pas officiellement interdits au Japon mais, comme les mafias italiennes ou les triades chinoises, sont impliqués dans le trafic de drogue, la prostitution, l'usure, le racket et la corruption.

AFP

Première publication : 23/10/2012

COMMENTAIRE(S)