Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

Moyen-orient

Damas accepte le principe d'un cessez-le-feu pour l'Aïd, annonce Lakhdar Brahimi

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/10/2012

Damas a accepté d'observer une trêve pour la fête religieuse musulmane de l'Aïd al-Adha, qui doit débuter vendredi, a annoncé l'émissaire de l'ONU et de la Ligue arabe. Le régime syrien a toutefois affirmé que la décision finale sera prise jeudi.

Le régime syrien a accepté d’observer une trêve pendant la fête musulmane de l’Aïd al-Adha, qui commence vendredi et doit durer quatre jours. C’est ce qu’a annoncé Lakhdar Brahimi, l’émissaire international de la Ligue arabe et de l’ONU, à des journalistes au Caire.

Il a ajouté que les responsables de la rébellion lui avaient également signifié leur accord en ce sens. Selon lui, le gouvernement syrien doit annoncer cette trêve dans un communiqué publié au plus tard jeudi. "La direction de l'armée étudie l'arrêt des opérations militaires durant la fête d'Al-Adha, et la décision finale sera prise demain jeudi", a toutefois précisé Damas dans un communiqué au même moment.

Brahimi doit s’exprimer mercredi devant l’ONU par visioconférence pour dresser un bilan de sa tournée de onze jours à Damas et dans la région.

Se préparant malgré tout à un éventuel arrêt durable des violences, l'ONU a annoncé travailler sur un projet de force de maintien de la paix. Mais il doit être approuvé par les 15 membres du Conseil de sécurité, profondément divisés, Moscou et Pékin protégeant leur allié syrien en utilisant leur veto

Cette interruption des violences, qui ont fait 34 000 morts depuis la mi-mars 2011, est censée être consolidée afin de faire émerger un dialogue politique pour une sortie de crise. Mais en attendant le bilan continue à s'alourdir, dépassant quotidiennement la centaine de morts.

Nouveaux bombardements

Sur le terrain, où rébellion et régime se renvoient la responsabilité de cesser le feu en premier, bombardements et violences se poursuivent. L'aviation syrienne a mené mercredi matin un raid sur la ville stratégique de Maaret al-Noomane dans le nord-ouest du pays, bombardée sans relâche depuis sa prise par les rebelles début octobre. Insurgés et soldats réguliers s’affrontent non seulement pour le contrôle de la ville mais aussi pour celui de la base militaire de Wadi Deif, à proximité.

À Alep, l'armée de l'air a bombardé plusieurs quartiers, tandis que des combats secouaient plusieurs fronts de la ville, poumon économique du pays.

Dans la capitale Damas, des combats et des tirs de roquette ont eu lieu mardi dans le quartier de Qaboun au nord-est de la ville, selon l’OSDH.

Plus loin dans la banlieue, toujours au nord-est de la capitale, les bombardements se sont poursuivis sur la ville de Harasta assiégée par les troupes du régime qui tentent de prendre la localité d'assaut depuis plusieurs jours pour en déloger les rebelles.

Selon l’OSDH, au moins 164 personnes, dont 89 civils, ont été tuées pour la seule journée du mardi 23 octobre.


 

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 24/10/2012

  • ARABIE SAOUDITE

    L'ombre du conflit syrien plane sur le pèlerinage de La Mecque

    En savoir plus

  • SYRIE

    L'Union européenne adopte de nouvelles sanctions contre Damas

    En savoir plus

  • SYRIE

    Les conseils révolutionnaires syriens reçus à Paris

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)