Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Boycott de la Fifa : "Toutes les options sont sur la table", prévient Platini

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Sepp Blatter : "Envers et contre tous"

En savoir plus

POLITIQUE

La République et la gauche : deux visions en confrontation (partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Fifagate : l'Afrique du Sud rejette les accusations autour du Mondial-2010

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Malaise chez les sponsors de la FIFA

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

FIFA: Sepp Blatter se pose en victime

En savoir plus

POLITIQUE

La République et la gauche : deux visions en confrontation (partie 2)

En savoir plus

FOCUS

Darfour, le conflit oublié

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Au Mexique, la guerre de la drogue continue de tuer

En savoir plus

Afrique

Le porte-parole de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo libéré sous caution

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/10/2012

Justin Koné Katinan a à nouveau été libéré sous caution par un tribunal au Ghana. Il avait été arrêté pour la seconde fois en un mois le 28 septembre à la demande d'Abidjan, qui l'accuse de meurtre et de crimes économiques en Côte d'Ivoire.

Un tribunal ghanéen a libéré mercredi sous caution le porte-parole de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, arrêté pour meurtres, mais il risque toujours d'être extradé pour une autre affaire de crimes économiques.

"Accusé, vous êtes libre", a déclaré le juge Ali Baba Bature à Justin Koné Katinan, estimant que celui-ci ne pouvait être poursuivi au Ghana pour des meurtres qu'il est accusé d'avoir commis en Côte d'Ivoire.

M. Koné Katinan avait été arrêté une première fois au Ghana le 24 août pour des crimes économiques qu'il est accusé d'avoir commis en tant que ministre du Budget de M. Gbagbo. Libéré sous caution le 25 septembre, il a été arrêté de nouveau trois jours plus tard à la suite d'un nouveau mandat des autorités ivoiriennes l'accusant du meurtre de deux hommes.

"Donnez-moi la loi selon laquelle la République du Ghana peut engager une action contre quelqu'un qui a commis un crime en dehors du Ghana", a demandé le juge aux procureurs. "Au mieux, (la Côte d'Ivoire) peut demander l'extradition de l'accusé pour le juger là-bas", a-t-il ajouté.

Une fois libéré, M. Katinan a été conduit par son avocat à un autre tribunal, mais le magistrat n'étant pas disponible, l'examen de la demande d'extradition a été ajournée au 7 novembre.

AFP

Première publication : 24/10/2012

  • CÔTE D'IVOIRE

    Le numéro deux du parti de Gbagbo condamné à six mois de prison

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)