Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Afrique

Le porte-parole de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo libéré sous caution

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/10/2012

Justin Koné Katinan a à nouveau été libéré sous caution par un tribunal au Ghana. Il avait été arrêté pour la seconde fois en un mois le 28 septembre à la demande d'Abidjan, qui l'accuse de meurtre et de crimes économiques en Côte d'Ivoire.

Un tribunal ghanéen a libéré mercredi sous caution le porte-parole de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, arrêté pour meurtres, mais il risque toujours d'être extradé pour une autre affaire de crimes économiques.

"Accusé, vous êtes libre", a déclaré le juge Ali Baba Bature à Justin Koné Katinan, estimant que celui-ci ne pouvait être poursuivi au Ghana pour des meurtres qu'il est accusé d'avoir commis en Côte d'Ivoire.

M. Koné Katinan avait été arrêté une première fois au Ghana le 24 août pour des crimes économiques qu'il est accusé d'avoir commis en tant que ministre du Budget de M. Gbagbo. Libéré sous caution le 25 septembre, il a été arrêté de nouveau trois jours plus tard à la suite d'un nouveau mandat des autorités ivoiriennes l'accusant du meurtre de deux hommes.

"Donnez-moi la loi selon laquelle la République du Ghana peut engager une action contre quelqu'un qui a commis un crime en dehors du Ghana", a demandé le juge aux procureurs. "Au mieux, (la Côte d'Ivoire) peut demander l'extradition de l'accusé pour le juger là-bas", a-t-il ajouté.

Une fois libéré, M. Katinan a été conduit par son avocat à un autre tribunal, mais le magistrat n'étant pas disponible, l'examen de la demande d'extradition a été ajournée au 7 novembre.

AFP

Première publication : 24/10/2012

  • CÔTE D'IVOIRE

    Le numéro deux du parti de Gbagbo condamné à six mois de prison

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)