Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Le cessez-le-feu en Ukraine n’a encore rien d’effectif, selon l'Otan

    En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

Economie

À Harvard, l’ex-Premier ministre grec Papandréou enseigne "la crise"

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 24/10/2012

Depuis fin septembre, Georges Papandréou, l’ancien Premier ministre socialiste grec accusé d’avoir contribué à la débacle de son pays, explique la crise de la zone euro et les solutions pour en sortir aux étudiants américains de Harvard.

Il est bien confortablement installé sur la scène d’une salle de conférence à Harvard et répond à des questions sur la crise de la zone euro. Lui, c’est Georges Papandréou, l’ancien Premier ministre socialiste grec. Il dispense actuellement une série de cours et de séminaires sur la crise économique en Europe aux étudiants de la prestigieuse université américaine.

Une vidéo a été filmée à l’insu de l’illustre “professeur” le 15 octobre et mise en ligne sur YouTube quatre jours plus tard. Georges Papandréou y affirme, notamment, avoir plaidé sans succès dès le début auprès du FMI pour une réduction de la dette grecque.

L’ancien chef de gouvernement n’est pas venu faire une visite surprise à Harvard pour y raconter son expérience à la tête d’un pays aujourd’hui en quasi-faillite. C'est en juillet dernier que l'université américaine a recruté Georges Papandréou pour assurer un séminaire en six étapes, entre fin septembre et novembre, sur les causes et les remèdes éventuels à la crise européenne. Les médias grecs ont affirmé, ces derniers jours, qu’il était rémunéré 46 000 euros par mois pour ces cours. Un cachet que ni le principal intéressé, ni l’université américaine n’ont confirmé.

Franc succès

Si l’ex-homme fort d’Athènes peut, sans conteste, être considéré comme un observateur de premier plan de la tourmente économique sur le Vieux Continent, le choix d’Harvard semble néanmoins incongru. Papandréou a, en effet, été poussé à la démission le 11 novembre 2011 et accusé d’avoir précipité son pays dans la crise. Reste que son recrutement a été un bon coup de pub pour Harvard et son cours rencontre un franc succès. Son séminaire du 15 octobre sur L’"Europe - une solution aux défis mondiaux” a suscité une telle affluence que Harvard a dû procéder à une loterie pour répartir les places disponibles dans l'amphi.

"A l'aide, mon professeur à Harvard était George Papandréou. Je n'ai pas d'avenir"

Les Grecs sont, en revanche, beaucoup moins enthousiastes sur ce recrutement vedette, tant Georges Papandréou est perçu, par une partie de la population, comme l’un des principaux responsables de la débâcle du pays. Les réseaux sociaux ont ainsi été mis à contribution. Une page Facebook intitulée “Non à Papandréou à Harvard” a été créée le 1er octobre et compte pour l’instant un peu plus de 200 fans.

En outre, dans une lettre incendiaire adressée au directeur de l’institut des sciences politiques de Harvard, Vassiliki Aroniadou-Anderjaska, une scientifique qui travaille à l’université du Maryland, affirme que Georges Papandréou est “un homme honni” et que l’inviter à donner des cours revient à “infliger une gifler au peuple grec”.

"Le nouveau visage de l'Europe, par George Papandréou (maintenant également enseigné à l'université de Harvard)"

Première publication : 24/10/2012

  • GRÈCE

    Nouvelle réunion pour tenter de trouver un successeur à Papandréou

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Georges Papandréou demande à ses ministres de démissionner

    En savoir plus

  • ANALYSE

    Georges Papandréou et l’arme politique du référendum

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)