Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Ukraine : la Russie en guerre contre l'Europe ?

En savoir plus

FOCUS

Les géants américains du tabac à l'assaut de la cigarette électronique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ben l'Oncle Soul toujours en plein rêve pour son deuxième album

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le trio CAB, un voyage musical entre Afrique, Brésil et Caraïbes

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Quand Manuel Valls tente de faire disparaître ses tweets

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Exclusivité France 24 : Laurent Fabius s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

  • Face à l'avancée de l'EI en Irak, la peur gagne l'Iran

    En savoir plus

  • Hong Kong en rébellion contre l’emprise de Pékin

    En savoir plus

  • Cisjordanie : les États-Unis exhortent Israël à renoncer aux expropriations

    En savoir plus

  • L'ONU envoie une mission pour enquêter sur les crimes de l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Et si la France vendait la Joconde pour éponger ses dettes ?

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • Le Premier ministre de retour au Lesotho après un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Webdoc : "Le Grand incendie" primé à Visa pour l'image

    En savoir plus

  • Le pape organise un "match pour la paix" avec des stars du foot

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, huit morts

    En savoir plus

  • Les troupes ukrainiennes abandonnent l'aéroport de Lougansk

    En savoir plus

  • République centrafricaine : les ravages de la haine

    En savoir plus

  • Embargo russe : les producteurs français redoutent la concurrence polonaise

    En savoir plus

  • Importante victoire de l’armée irakienne face aux jihadistes de l’EI

    En savoir plus

  • Quand des selfies volés de stars nues enflamment la Toile

    En savoir plus

Economie

À Harvard, l’ex-Premier ministre grec Papandréou enseigne "la crise"

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 24/10/2012

Depuis fin septembre, Georges Papandréou, l’ancien Premier ministre socialiste grec accusé d’avoir contribué à la débacle de son pays, explique la crise de la zone euro et les solutions pour en sortir aux étudiants américains de Harvard.

Il est bien confortablement installé sur la scène d’une salle de conférence à Harvard et répond à des questions sur la crise de la zone euro. Lui, c’est Georges Papandréou, l’ancien Premier ministre socialiste grec. Il dispense actuellement une série de cours et de séminaires sur la crise économique en Europe aux étudiants de la prestigieuse université américaine.

Une vidéo a été filmée à l’insu de l’illustre “professeur” le 15 octobre et mise en ligne sur YouTube quatre jours plus tard. Georges Papandréou y affirme, notamment, avoir plaidé sans succès dès le début auprès du FMI pour une réduction de la dette grecque.

L’ancien chef de gouvernement n’est pas venu faire une visite surprise à Harvard pour y raconter son expérience à la tête d’un pays aujourd’hui en quasi-faillite. C'est en juillet dernier que l'université américaine a recruté Georges Papandréou pour assurer un séminaire en six étapes, entre fin septembre et novembre, sur les causes et les remèdes éventuels à la crise européenne. Les médias grecs ont affirmé, ces derniers jours, qu’il était rémunéré 46 000 euros par mois pour ces cours. Un cachet que ni le principal intéressé, ni l’université américaine n’ont confirmé.

Franc succès

Si l’ex-homme fort d’Athènes peut, sans conteste, être considéré comme un observateur de premier plan de la tourmente économique sur le Vieux Continent, le choix d’Harvard semble néanmoins incongru. Papandréou a, en effet, été poussé à la démission le 11 novembre 2011 et accusé d’avoir précipité son pays dans la crise. Reste que son recrutement a été un bon coup de pub pour Harvard et son cours rencontre un franc succès. Son séminaire du 15 octobre sur L’"Europe - une solution aux défis mondiaux” a suscité une telle affluence que Harvard a dû procéder à une loterie pour répartir les places disponibles dans l'amphi.

"A l'aide, mon professeur à Harvard était George Papandréou. Je n'ai pas d'avenir"

Les Grecs sont, en revanche, beaucoup moins enthousiastes sur ce recrutement vedette, tant Georges Papandréou est perçu, par une partie de la population, comme l’un des principaux responsables de la débâcle du pays. Les réseaux sociaux ont ainsi été mis à contribution. Une page Facebook intitulée “Non à Papandréou à Harvard” a été créée le 1er octobre et compte pour l’instant un peu plus de 200 fans.

En outre, dans une lettre incendiaire adressée au directeur de l’institut des sciences politiques de Harvard, Vassiliki Aroniadou-Anderjaska, une scientifique qui travaille à l’université du Maryland, affirme que Georges Papandréou est “un homme honni” et que l’inviter à donner des cours revient à “infliger une gifler au peuple grec”.

"Le nouveau visage de l'Europe, par George Papandréou (maintenant également enseigné à l'université de Harvard)"

Première publication : 24/10/2012

  • GRÈCE

    Nouvelle réunion pour tenter de trouver un successeur à Papandréou

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Georges Papandréou demande à ses ministres de démissionner

    En savoir plus

  • ANALYSE

    Georges Papandréou et l’arme politique du référendum

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)