Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

Economie

À Harvard, l’ex-Premier ministre grec Papandréou enseigne "la crise"

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 24/10/2012

Depuis fin septembre, Georges Papandréou, l’ancien Premier ministre socialiste grec accusé d’avoir contribué à la débacle de son pays, explique la crise de la zone euro et les solutions pour en sortir aux étudiants américains de Harvard.

Il est bien confortablement installé sur la scène d’une salle de conférence à Harvard et répond à des questions sur la crise de la zone euro. Lui, c’est Georges Papandréou, l’ancien Premier ministre socialiste grec. Il dispense actuellement une série de cours et de séminaires sur la crise économique en Europe aux étudiants de la prestigieuse université américaine.

Une vidéo a été filmée à l’insu de l’illustre “professeur” le 15 octobre et mise en ligne sur YouTube quatre jours plus tard. Georges Papandréou y affirme, notamment, avoir plaidé sans succès dès le début auprès du FMI pour une réduction de la dette grecque.

L’ancien chef de gouvernement n’est pas venu faire une visite surprise à Harvard pour y raconter son expérience à la tête d’un pays aujourd’hui en quasi-faillite. C'est en juillet dernier que l'université américaine a recruté Georges Papandréou pour assurer un séminaire en six étapes, entre fin septembre et novembre, sur les causes et les remèdes éventuels à la crise européenne. Les médias grecs ont affirmé, ces derniers jours, qu’il était rémunéré 46 000 euros par mois pour ces cours. Un cachet que ni le principal intéressé, ni l’université américaine n’ont confirmé.

Franc succès

Si l’ex-homme fort d’Athènes peut, sans conteste, être considéré comme un observateur de premier plan de la tourmente économique sur le Vieux Continent, le choix d’Harvard semble néanmoins incongru. Papandréou a, en effet, été poussé à la démission le 11 novembre 2011 et accusé d’avoir précipité son pays dans la crise. Reste que son recrutement a été un bon coup de pub pour Harvard et son cours rencontre un franc succès. Son séminaire du 15 octobre sur L’"Europe - une solution aux défis mondiaux” a suscité une telle affluence que Harvard a dû procéder à une loterie pour répartir les places disponibles dans l'amphi.

"A l'aide, mon professeur à Harvard était George Papandréou. Je n'ai pas d'avenir"

Les Grecs sont, en revanche, beaucoup moins enthousiastes sur ce recrutement vedette, tant Georges Papandréou est perçu, par une partie de la population, comme l’un des principaux responsables de la débâcle du pays. Les réseaux sociaux ont ainsi été mis à contribution. Une page Facebook intitulée “Non à Papandréou à Harvard” a été créée le 1er octobre et compte pour l’instant un peu plus de 200 fans.

En outre, dans une lettre incendiaire adressée au directeur de l’institut des sciences politiques de Harvard, Vassiliki Aroniadou-Anderjaska, une scientifique qui travaille à l’université du Maryland, affirme que Georges Papandréou est “un homme honni” et que l’inviter à donner des cours revient à “infliger une gifler au peuple grec”.

"Le nouveau visage de l'Europe, par George Papandréou (maintenant également enseigné à l'université de Harvard)"

Première publication : 24/10/2012

  • GRÈCE

    Nouvelle réunion pour tenter de trouver un successeur à Papandréou

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Georges Papandréou demande à ses ministres de démissionner

    En savoir plus

  • ANALYSE

    Georges Papandréou et l’arme politique du référendum

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)