Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Economie

L'État français et General Motors au chevet de PSA

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 24/10/2012

Le gouvernement Ayrault a décidé d’accorder au constructeur automobile en difficulté une garantie, tandis que General Motors est parvenu à définir, en accord avec le groupe français, plusieurs projets commun afin de faire des économies.

La machine à remettre le constructeur automobile PSA Peugeot Citroën à flot est enclenchée. L’État et le géant américain General Motors sont tous deux montés sur le pont du navire PSA, qui tangue dangereusement et essaie actuellement de boucler son plan social incluant la fermeture annoncée du site d’Aulnay et la suppression de 8 000 postes.

Les résultats financiers du troisième trimestre, dévoilés mercredi par le constructeur français, soulignent l’urgence. Le chiffre d’affaires - plombé par des ventes en chute de 6,3 % - s’est élévé, sur cette période, à 12,93 milliards d’euros soit un recul de 3,9 % par rapport au trimestre dernier.

L’État a donc décidé d’intervenir pour ce qui semble être la priorité du moment : assurer

que PSA puisse continuer à se financer. La banque PSA finance - dont le rôle est d’accorder des crédits et effectuer des investissements - va ainsi bénéficier d’une garantie étatique de 7 milliards d’euros sur trois ans, a confirmé mercredi Jean-Marc Ayrault, le Premier ministre français.

Par ailleurs, le gouvernement fait pression sur les banques créancières du constructeur automobile afin qu’elles lui assurent une ligne de crédit de 11 milliards d’euros censée permettre à PSA de mettre en œuvre son plan de redressement.

GM : l’ami américain

Mais le gouvernement n'"a pas du tout l’intention de faire des cadeaux comme cela sans contrepartie”, a assuré Jean-Marc Ayrault, mercredi 24 octobre, sur France Inter. Il a ainsi obtenu du groupe que l’État et les salariés soient représentés au conseil d’administration. PSA est aussi prié d’”améliorer ses propositions aux salariés” pour éviter tout licenciement sec.

PSA doit "tout concentrer sur le redressement de l'enteprise"

Enfin, le constructeur doit, à la demande du gouvernement, concentrer tout l’argent “sur son redressement” et ne pas distribuer de dividendes, stock-options et autres bonus pendant la durée de la garantie. Une mesure qui a irrité les investisseurs : l’action a enregistré, mercredi matin, une chute spéctaculaire de près de 5 % pour atterrir à 5,53 euros, son plus bas niveau depuis 1986.

Outre le soutien financier très conditionné de la part de l’État, PSA peut également compter sur son ami américain : General Motors. Le groupe de Detroit, qui détient depuis ce printemps 7 % du capital de Peugeot-Citroën, s'est mis d’accord, mercredi, avec son partenaire français pour mettre en chantier quatre projets de nouveaux véhicules en commun. Ils concerneront aussi bien les marques Vauxhall-Opel de GM que des modèles Peugeot et Citroën. Ce programme est la première illustration des “synergies” annoncées lors de la signature du partenariat stratégique entre les deux groupes le 29 février 2012. Une alliance qui vise à dégager 2 milliards d’économie par an d’ici cinq ans.

Si PSA a donc réussi à mobiliser l’État et GM pour sa sauvegarde, cela coince toujours du côté des syndicats. Ceux-ci ont appelé à une manifestation devant le siège parisien du groupe jeudi 25 octobre pour protester contre les modalités du plan de restructuration.

Première publication : 24/10/2012

  • FRANCE

    L'ouverture du Mondial de l'automobile chahutée par les salariés de PSA et de Ford

    En savoir plus

  • FRANCE

    Sauver la filière automobile passe-t-il par un redressement productif ?

    En savoir plus

  • INDUSTRIE AUTOMOBILE

    Qui veut la peau de PSA Peugeot Citroën ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)