Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

Tous les jours, le regard des internautes sur l’actualité et un point tout en image sur ce qui fait le buzz sur la toile. Du lundi au vendredi, à 8h20.

SUR LE NET

SUR LE NET

Dernière modification : 28/10/2012

Les « petits » candidats à la présidentielle américaine

Les « petits » candidats à la présidentielle américaine investissent la Toile pour se faire connaître. En Finlande, les internautes peuvent soumettre au Parlement des propositions de loi. Et le dissident chinois Ai Weiwei succombe à son tour à la folie « Gangnam style ».

Les « petits » candidats à la présidentielle américaine

Dans la course à la présidentielle américaine, Barack Obama et Mitt Romney monopolisent l’attention des médias du pays. Pourtant, quatre autres candidats se présentent également à l’élection de novembre. Des hommes et des femmes souvent méconnus du grand public qui utilisent très largement le web pour tenter de gagner en notoriété.

Rocky Anderson, le représentant du Parti de la Justice à la présidentielle 2012, est de ceux-là. L’ancien maire de Salt Lake City dans l’Utah qui milite, entre autres, pour plus de justice sociale est en effet très présent sur la Toile. Pages officielles sur Facebook et Twitter, compte Instagram, site de campagne : tout a été pensé pour toucher le plus grand nombre possible de citoyens. Le candidat diffuse également de nombreuses vidéos particulièrement bien réalisées sur les sites de partage pour fustiger le programme des deux favoris des sondages que sont Obama et Romney.

Faire connaître ses idées et celles défendues par le Parti de la Constitution en se servant de tous les outils à sa disposition sur le web, c’est également l’ambition affichée par Virgil Goode. Le candidat, lui aussi, très actif sur les réseaux sociaux tente notamment de démontrer aux électeurs qu’il n’a rien à voir avec les représentants des camps démocrate et républicain en proposant sur son site un comparatif des positions des trois hommes sur divers sujets économiques ou de société.

Autre « petit » candidat à tenter de se faire une place sur la Toile, Gary Johnson du Parti Libertaire. L’ancien gouverneur du Nouveau-Mexique essaie, lui, de se différencier de ses adversaires en matière de politique étrangère et en défendant la paix… En effet, dans plusieurs vidéos disponibles en ligne, Johnson explique qu’il est résolument pacifiste et que s’il est élu, il ne partira pas en guerre contre l’Iran, contrairement aux deux poids lourds de l’élection.

Enfin, Jill Stein, la seule femme se présentant en 2012, n’est pas en reste elle non plus. Sur le web, la candidate du Parti vert incite les électeurs à faire preuve de courage lors du scrutin à venir et à lui accorder leur voix. Son objectif : mettre en place un new deal écologique qui permettra de relancer l’économie du pays et de créer de nombreux emplois.


Finlande : un site pour soumettre de nouvelles lois au Parlement

Depuis le 1e octobre en Finlande, tout citoyen majeur peut soumettre une loi ou un amendement au Parlement via ce site Internet baptisé « Ministère ouvert ». Si la proposition recueille au moins 50 000 signatures en l’espace de 6 mois, une nouvelle clause récemment introduite dans la constitution du pays oblige les députés à l’examiner.

Cette plateforme de démocratie directe, qui utilise une technologie d’authentification des utilisateurs validée par le gouvernement, a été créée par des entrepreneurs de l’industrie du web dont Joonas Pekkanen. Il explique, dans cette interview au site américain « Etopia News », que tout internaute enregistré peut débattre et suggérer des modifications au texte de loi qui, dans la dernière étape du processus, sera mis en forme par des avocats avant d’être transmis au Parlement.

Et de nombreuses propositions de loi sont déjà en train d’être étudiées sur la plateforme. Des projets divers et variés qui concernent par exemple le mariage gay, la légalisation de l’euthanasie, ou encore l’abolition d’une taxe sur les propriétaires de chiens qui a été instaurée au 19e siècle. Un texte sur l’interdiction d’élevage pour la production de fourrure a lui déjà recueilli les 50 000 signatures nécessaires, et devrait donc être soumis aux députés dans les prochains mois.


Répertorier les cyberattaques dans le monde en temps réel

Répertorier et recenser en temps réel les cyberattaques ayant lieu à travers le monde : c’est que propose cette carte interactive mise au point par des chercheurs en sécurité informatique de l'université d'Aix-la-Chapelle en Allemagne. Un travail qui se veut pour l’instant expérimental qui permettra notamment aux internautes de visualiser, en rouge, d’où sont émises les attaques et, en jaune, où se situent les cibles des pirates du web.

 

Tendance du jour sur les réseaux sociaux

« Un papa et une maman », c’est avec ces mots-clefs que les opposants au mariage gay en France ont exprimé leur attachement à la famille traditionnelle. Des manifestations ont d’ailleurs été organisées mardi à travers le pays pour protester contre un projet de loi sur le mariage et l’adoption pour les couples homosexuels. Mais dans la rue, comme sur les réseaux sociaux, des partisans du mariage pour tous ont répondu à cette mobilisation. De nombreux internautes ont ainsi mis en ligne des messages affirmant, par exemple, qu’un enfant peut tout à fait s’épanouir avec deux papas ou deux mamans.


Vidéo du jour

Le phénomène « Gangnam Style », le tube planétaire du chanteur coréen PSY, n’épargne personne dans le monde, pas même le célèbre dissident chinois Ai Weiwei. En effet, comme on peut le voir dans cette vidéo tout juste mise en ligne, l’artiste contestataire a lui aussi décidé de reprendre la chorégraphie endiablée du morceau. Un clip étonnant dans lequel il égratigne au passage les autorités chinoises en arborant des menottes, une référence évidente à ses soucis récurrents avec la justice du pays depuis plusieurs années.

Par Electron Libre

COMMENTAIRE(S)

Les archives

24/07/2014 Réseaux sociaux

Gaza : Tsahal et le Hamas s'affrontent aussi en ligne

Au sommaire de cette édition : le conflit à Gaza entre le Hamas et l’armée israélienne se déroule aussi en ligne ; aux Etats-Unis, la pratique du « coal rolling » prend de...

En savoir plus

23/07/2014 Réseaux sociaux

Des internautes juifs et arabes se mobilisent pour la paix

Au sommaire de cette édition : des internautes juifs et arabes se mobilisent pour la paix à Gaza ; une vidéo d’un enfant libanais frappant un jeune syrien choque la Toile ; et un...

En savoir plus

22/07/2014 Réseaux sociaux

Crash du vol MH17 : attention aux arnaques en ligne

Au sommaire de cette édition : des escrocs en ligne cherchent à tirer profit du crash du vol MH17 ; une partie du web australien dénonce la suppression de la taxe carbone ; et...

En savoir plus

21/07/2014 Réseaux sociaux

La Toile salue la mémoire des victimes du vol MH17

Au sommaire de cette édition : la Toile rend hommage aux victimes du vol MH17 abattu en Ukraine ; un opérateur Internet américain subit les foudres du web ; et une vidéo résume...

En savoir plus

19/07/2014 Réseaux sociaux

La bataille fait rage entre YouTube et les labels indépendants

Adèle, Shaka Ponk, Artic Monkeys... Des artistes que vous ne trouverez peut-être plus sur YouTube. Leurs producteurs n'acceptent pas le nouveau contrat de rémunération proposé...

En savoir plus