Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Instituer l'Etat de droit en Chine"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Guerre pour un barrage en Colombie et la sanglante chasse aux dauphins des Îles Feroé

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : quelle stratégie face à l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

Hong Kong : les manifestants soutenus à l'étranger

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : un budget 2015 sur des œufs

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Himalayesque"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Une série télé irakienne se moque de l'organisation de l'État islamique

En savoir plus

FOCUS

Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

En savoir plus

  • Ebola : le premier cas hors d’Afrique localisé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Hong Kong : les manifestants veulent court-circuiter la fête nationale chinoise

    En savoir plus

  • Ligue des champions : "On a montré que Paris peut être une grande équipe"

    En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Commission européenne : un oral difficile pour certains candidats

    En savoir plus

  • Des ravisseurs d'Hervé Gourdel, assassiné en Algérie, ont été identifiés

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Hervé Gaymard : "Il n'y aura pas de guerre des chefs à l'UMP"

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les Français musulmans sont "pris au piège"

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Fonds "vautours" : l’Argentine défie les États-Unis sur sa dette

    En savoir plus

  • Quinze ans de prison requis contre le leader de Sharia4Belgium

    En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

FRANCE

Copé et Fillon se trouvent un point commun : le refus du mariage gay

© AFP

Vidéo par France 2

Dernière modification : 25/10/2012

Les deux candidats à la présidence de l'UMP se sont affrontés sur France 2. Jean-François Copé, maire de Meaux, affirme qu'il ne célébrera pas de mariage gay. François Fillon, lui, exprime son opposition totale au texte de loi.

Les prétendants à la présidence de l'UMP, François Fillon et Jean-François Copé, se sont affrontés jeudi 25 octobre sur  le plateau télévisé de France 2 au cours d'un duel destiné à convaincre les militants chargés de les départager pour la direction de l'UMP.

Le député-maire de Meaux, Jean-François Copé, candidat à la présidence de l'UMP, a affirmé qu'il ne célébrerait pas de mariage homosexuel et qu'il déléguerait la cérémonie à ses adjoints si la loi était adoptée. "Si elle devait l'être, à titre personnel, je ne les célébrerais pas, je déléguerais tel ou tel des mes adjoints pour le faire", a déclaré le secrétaire général de l'UMP, qui avait toujours de refuser de répondre à cette question avant son débat sur France 2 avec son rival pour la présidence du parti François Fillon.

"Je pense que cette loi n'est pas prête d'être votée. Le gouvernement a repoussé sine die", a dit Jean-François Copé. Le texte doit être présenté en Conseil des ministres le 7 novembre. "Je mettrai tout ce que je peux de convictions pour montrer que cette loi va provoquer de la déstabilisation dans la société", a proclamé l'élu de Meaux. "Les Français sont en train de réaliser qu'on est en train de modifier le code civil", a-t-il dit.

Exprimant une identique "opposition totale" au mariage homosexuel, avec les mêmes arguments, François Fillon a déclaré qu'il appliquerait le texte s'il était maire. "S'il est voté, je respecte la loi, parce que je suis un Républicain qui respecte la loi, même si cela me poserait un certain nombre de vrais problèmes de conscience", at-il affirmé.

"Un pays divisé, fragilisé"

François Fillon, candidat à la présidence de l'UMP, a demandé au président François Hollande de renoncer au mariage des homosexuels en annonçant que si le texte était voté, l'opposition le remettrait en cause en cas d'alternance.

"Je veux dire mon opposition totale au mariage homosexuel [...] et je demande (au chef de l'Etat, ndlr) l'arrêt de ce texte", a déclaré l'ancien Premier ministre. "La vérité, et les Français doivent le savoir, c'est qu'il y a en gestation un texte qui va profondément modifier la question de la filiation. Donc, j'y suis totalement opposé et je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour empêcher ce texte d'aboutir", a-t-il lancé.

"Alors, si le texte est voté. Je suis un républicain et je respecterai la loi, même si cela me posera des problèmes de conscience. En revanche, je dis tout de suite que ce n'est pas un texte sur lequel je considère qu'il ne faut pas revenir lorsqu'il y aura une alternance. Parce que sur un sujet comme celui là, on ne peut pas considérer qu'une fois le texte voté, les choses sont acquises", a-t-il dit.

"Et même si, comme François Hollande, je pensais que ce texte est juste", a poursuivi le député de Paris, "et bien je ne le mettrais pas en débat maintenant, de même que je ne mettrais pas en débat le vote des étrangers ou celui sur la fin de vie".

"Pourquoi ? Parce qu'on est dans un pays extrêmement divisé, fragilisé et qui doute de son avenir", a-t-il déclaré en soulignant "l'importance des votes pour les partis extrêmes, de droite et de gauche", en France.


FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 25/10/2012

  • FRANCE

    Pain au chocolat et ramadan, nouveau coup d'éclat de Jean-François Copé

    En savoir plus

  • FRANCE

    Nicolas Sarkozy de retour en 2017 ?

    En savoir plus

  • FRANCE

    UMP : NKM, Guaino et Le Maire ne brigueront pas la présidence

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)