Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: un terrorisme pas si "résiduel"

En savoir plus

DÉBAT

Sommet de l'ONU sur le climat : nouvelle conférence, nouvel élan ?

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : la coalition passe à l'offensive

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : longtemps frileuse, la Turquie prête à s'engager

    En savoir plus

  • Les Français jihadistes présumés sont rentrés de Turquie sans être arrêtés

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Frappes contre l’EI en Syrie : "Ce n'est pas le combat de l'Amérique seule"

    En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Rama Yade : "C'est une guerre entre la civilisation et la barbarie"

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

EUROPE

"L’influence des mouvements séparatistes inquiète les gouvernements européens"

Texte par Anne-Diandra LOUARN

Dernière modification : 26/10/2012

En un mois, l’Espagne, le Royaume-Uni et la Belgique ont assisté à un retour en force de certains de leurs partis indépendantistes. S’agit-il d’un épiphénomène ou d’une tendance qui pourrait faire des émules ? Éléments de réponse.

En Europe, les différents mouvements séparatistes représentent plus de 33 millions de personnes. Catalogne, Corse, Padanie… Nombreuses sont les régions qui souhaitent peser dans le débat politique de leur pays. Tour à tour, en octobre, les indépendantistes de Flandre et du Pays basque se sont fait entendre en s’imposant lors de scrutins locaux tandis que l’Écosse a obtenu la tenue d’un référendum sur son indépendance pour 2014.

Autant d’événements qui laissent à penser qu’un retour en force des différents mouvements séparatistes est en train de s’opérer en Europe  - tout comme au Canada, où les souverainistes du Parti québécois ont pris le pouvoir le 4 septembre après presque une décennie de domination du Parti libéral du Québec.

Un terrain favorable aux revendications

Chercheur à l'université catholique de Louvain en Belgique et spécialiste en "séparation d’État", Vincent Laborderie ne voit dans cette succession d’événements qu’un concours de circonstance. "L’intensification de ces mouvements n’est pas nouvelle, elle remonte au milieu des années 1990. Jusqu’alors, la mission des États était de défendre les citoyens contre les menaces extérieures. Avec la fin de la Guerre froide, l’État est devenu moins utile et les citoyens ont commencé à lui être moins redevables", explique-t-il à FRANCE 24.

Hors de questions, pour autant, de voir dans ce régionalisme exacerbé un échec de l’Union européenne à fédérer les citoyens du Vieux Continent. "On peut même parler de succès pour l’Europe qui s’est constituée comme un solide espace de paix. Aujourd’hui, plus personne ne conçoit que les différentes indépendances revendiquées s’obtiennent par la guerre civile", ajoute-t-il.

Du même avis, Sylvia Desazars de Montgailhard, politologue et déléguée générale de la Fondation Essec, estime que les régions indépendantistes, à l’instar de la Catalogne, "raisonnent peu par rapport à l’Europe. Les Catalans ne vivent que dans l’obnubilation de leur bras de fer avec Madrid". Selon elle, si la thématique indépendantiste fait un retour remarqué en politique, c’est parce que la crise internationale et les politiques d'austérité ont créé un terrain propice qui ravive les tensions. Le dialogue entre pouvoir central et régions étant beaucoup mois souple, les différentes revendications se heurtent avec fracas à des dirigeants souvent dans l’impasse.

C’est le cas notamment en Espagne où "Mariano Rajoy, s’il veut respecter sa politique de rigueur scrupuleusement scrutée par l’Union européenne, n’a d’autre choix que de rester intransigeant face aux pressions de Barcelone", affirme Vincent Laborderie. La Catalogne, une des régions les plus riches du pays, revendique le droit de lever elle-même l’impôt et réclame un nouveau pacte fiscal. D'autant plus que l'autonomie fiscale accordée au Pays basque a tendance à faire des envieux. "Pour que les régions soient sur un pied d’égalité, il faudrait clarifier la Constitution espagnole", explique Sylvia Desazars de Montgaillhard. Portée par les importantes manifestations de septembre, Barcelone a convoqué, le 25 novembre prochain, des élections anticipées pour renouveler le Parlement de Catalogne, un scrutin-test qui devrait lourdement peser dans le débat sur le processus d'autodétermination de la région.

Rejet systématique des politiques actuelles

Il semblerait toutefois que le vote indépendantiste soit davantage motivé par un rejet des gouvernements en place que par une réelle adhésion. Ainsi, la plupart des dirigeants et décideurs européens sont éjectés à la première élection venue. Une situation idéale pour les indépendantistes et séparatistes qui, agissant localement, savent être réceptifs aux problèmes du quotidien.

Ce raisonnement s’applique d’ailleurs au-delà des frontières européennes. "L’élection de Pauline Marois n’illustre pas une volonté, de la part des Québécois, de tendre vers l’indépendance. Il s’agit d’un vote sanction contre l’ancienne politique de Jean Charest", assure Tommy Chouinard, journaliste politique pour le quotidien québécois "La Presse".

Le gouvernement de Pauline Marois étant toutefois minoritaire à l’Assemblée nationale, experts et commentateurs s’accordent à dire qu’un référendum sur l’indépendance n’est absolument pas à l’ordre du jour. Pour Tommy Chouinard, "les Québécois sont fatigués de ce débat qui court depuis des décennies". Par le passé, l’idée a déjà été rejetée deux fois lors du référendum de 1980 (60 % de non) et celui de 1995 (51,6 %). "Un troisième échec signerait la mort définitive du projet indépendantiste alors Pauline Marois ne prendra pas ce risque", affirme Tommy Chouinard. Aujourd’hui, explique le journaliste, la stratégie qu’applique la Première ministre, comme beaucoup de leaders indépendantistes en Europe, est de "provoquer un contexte favorable en grappillant, petit à petit, plus de pouvoir au gouvernement fédéral d’Ottawa". Le gouvernement de Pauline Marois tente, notamment, de rapatrier le budget de la Culture - chère aux Québécois - sous son autorité.

Mais sans majorité à l’Assemblée nationale, "la durée de vie d’un gouvernement est de l’ordre de 18 à 24 mois", rapporte Tommy Chouinard. "Si le budget qui va être présenté en mars 2013 est rejeté, alors nous filons droit vers de nouvelles élections", prévoit-il.

Effet de contagion ?

Québec, Catalogne, Écosse, Flandre… si aucune de ces régions ne paraît véritablement prête à sauter le pas de l’indépendance, elles sont parvenues, au même moment, à donner une nouvelle impulsion au débat régionaliste. Reste à savoir si leurs revendications simultanées influent sur les autres. "Les souverainistes militants sont au fait de ce qu’il se passe à l’étranger et sont bien évidemment solidaires. Mais du point de vue des électeurs, je doute que les autres mouvements indépendantistes fassent partie de leur préoccupations", estime Tommy Chouinard.

"Le référendum sur l’indépendance de l’Écosse, qui a obtenu ce que Madrid refuse à Barcelone, devrait être particulièrement attendu par les Catalans. Pour le reste, l’impact est très limité", avoue également Sylvia Desazars de Montgailhard.

Au final, bien que les activistes indépendantistes s'observent et se jaugent, leurs liens restent limités. Les gouvernements restent toutefois "attentifs" selon Vincent Laborderie. "L’influence des mouvements indépendantistes qui pourraient donner le mauvais exemple inquiète tous les pays", explique-t-il. Selon lui, le traumatisme des guerres d’indépendance dans les Balkans est encore bien présent. À titre d’exemple, Vincent Laborderie rappelle que cinq pays n’ont toujours pas reconnu l’indépendance du Kosovo, en partie à cause de leurs propres fragilités internes : l’Espagne, Chypre, dont le territoire est divisé en deux, la Slovaquie et la Roumanie, en difficulté avec la minorité hongroise, et la Grèce, par solidarité avec la Serbie. "Dans ce contexte, difficile d’imaginer que les différentes demandes d'indépendances se concrétisent et soient reconnues dans les dix ans à venir", conclut-il.

Première publication : 25/10/2012

  • ROYAUME-UNI

    Les Écossais se prononceront sur leur indépendance en 2014

    En savoir plus

  • BELGIQUE

    "Un pas supplémentaire vers le divorce entre la Flandre et la Wallonie"

    En savoir plus

  • CANADA

    Pauline Marois, la "Dame de béton", redonne espoir aux souverainistes du Québec

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)