Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Issad Rebrab : "Ma seule ambition, le développement économique de l'Algérie"

En savoir plus

FOCUS

Espagne : des salariés dénoncent leurs conditions de travail dans les abattoirs catalans

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les réfugiés dans l'œil de la photographe Anne A-R

En savoir plus

REPORTERS

Ukraine : à la recherche des disparus du Donbass

En savoir plus

TECH 24

Berenson, le robot critique d'art

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes 2016 : Robert De Niro remonte sur le ring avec "Hands of stone"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ken Loach, Palme d'or à Cannes : "Un autre monde est possible et nécessaire"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Le "peuple des rats", les exclus de la croissance chinoise

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Yvan Attal : "Il y a un malaise des juifs français"

En savoir plus

EUROPE

Le prix Sakharov décerné aux Iraniens Jafar Panahi et Nasrin Sotoudeh

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/10/2012

Le Parlement européen a décerné son prix Sakharov "pour la liberté de l'esprit" au cinéaste actuellement assigné à résidence à Téhéran Jafar Panahi (photo) et à l'une de ses compatriotes, l'avocate Nasrin Sotoudeh.

Le Parlement européen a décerné, vendredi 26 octobre, à Strasbourg, son prix Sakharov "pour la liberté de l'esprit" à deux militants des droits de l'Homme en Iran, l'avocate Nasrin Sotoudeh et le cinéaste Jafar Panahi.

La première, qui avait défendu des militants d'opposition après l'élection présidentielle contestée de juin 2009, a été condamnée à 11 ans de prison pour "atteinte à la sûreté de l'État" en janvier 2011. Le second, dont les films ont été maintes fois primés à l'étranger, a été condamné à six ans de prison en décembre 2010 après avoir soutenu le candidat d'opposition Mirhossein Moussavi à cette même élection. Il est actuellement assigné à résidence et n'a plus le droit de faire des films en Iran.

Vote unanime

"Je suis très fier de vous dire que le vote a été unanime. Aucun groupe politique n'a formulé d'objection", a déclaré le président du Parlement, Martin Schulz, au sortir de la conférence des présidents qui désigne le lauréat. "Nous devons soutenir ces personnes contre un État qui ne respecte aucune des libertés fondamentales. Ce prix, c'est aussi un non très clair au régime iranien", a-t-il ajouté peu après dans l'hémicycle du Parlement.

L'annonce du prix Sakharov intervient à la veille d'une visite controversée que doit effectuer une délégation d'eurodéputés de gauche, du 27 octobre au 2 novembre, auprès du Parlement iranien. Selon Martin Schulz, la conférence des présidents a décidé que la mission devait avoir lieu mais qu'elle devrait emporter des lettres de félicitations aux lauréats du prix Sakharov. "Si les autorités iraniennes empêchent une rencontre avec les lauréats, les délégués du Parlement européen interrompront immédiatement leur voyage et quitteront l'Iran", a-t-il dit.

Les Pussy Riot sur les rangs

La candidature des deux dissidents iraniens avait été présentée par le groupe socialiste et démocrate, les Libéraux-démocrates, les Verts ainsi que quelques eurodéputés du Parti populaire européen. Les deux autres finalistes étaient les activistes du groupe punk russe Pussy Riot et le militant biélorusse des droits de l'Homme Ales Bialiatski.

Le prix Sakharov est décerné depuis 1988 à des personnes ou à des organisations qui se battent pour les droits de l'Homme ou la liberté d'expression. Il est doté de 50 000 euros et sera remis lors d'une cérémonie en décembre à Strasbourg.
 

Reuters

Première publication : 26/10/2012

  • DROITS DE L'HOMME

    L'Union européenne décerne le prix Sakharov au dissident cubain Farinas

    En savoir plus

  • IRAN

    Le cinéaste Abbas Kiarostami annonce un nouveau film de son confrère emprisonné Jafar Panahi

    En savoir plus

  • CINÉMA

    Les proches de Jafar Panahi veulent croire à l'utilité des pressions internationales

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)