Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

EUROPE

En Ukraine, des législatives sur fond de fraudes et de corruption

Vidéo par Laure MANENT

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/10/2012

Les Ukrainiens sont appelés à élire leurs 450 députés, dimanche, lors du premier grand scrutin organisé depuis l’arrivée de Ianoukovitch à la présidence. Une élection sous surveillance dans un pays secoué par des scandales de corruption.

Ioulia Timochenko encourage les Ukrainiens à aller voter

L'opposante ukrainienne emprisonnée Ioulia Timochenko a appelé dimanche les Ukrainiens à venir voter en masse aux législatives pour "éliminer du pouvoir" le président Viktor Ianoukovitch et réduire les risques de fraudes.

"Chacun d'entre nous doit lutter contre cette dictature du mieux qu'il peut", a-t-elle déclaré dans un message publié sur son site internet.

"C'est pourquoi, j'appelle tous les Ukrainiens à sortir et à voter. Un taux de participation massif peut aider à surmonter la fraude électorale et sera votre contribution personnelle à l'élimination de Ianoukovitch du pouvoir", a-t-elle poursuivi.

Les yeux de la communauté internationale seront rivés sur le Parti des régions, dirigé par le président Viktor Ianoukovitch, lors des élections législatives organisé ce dimanche en Ukraine. L’enjeu : s’assurer que le processus démocratique sera respecté alors que règnent corruption et persécution dans le pays.

Jeudi, la secrétaire d’État américaine Hillary Clinton et la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton ont exprimé leur préoccupation face au déroulement de la campagne législative. "Nous sommes inquiets des informations selon lesquelles les ressources administratives sont utilisées pour favoriser des candidats du parti au pouvoir et des difficultés rencontrées par plusieurs médias", ont annoncé les deux responsables, dans une déclaration conjointe publiée dans le journal "International Herald Tribune".

La plus gros grain de sable dans le système démocratique ukrainien est l’emprisonnement en août 2011 de l’ex-Première ministre, Ioulia Timochenko. Transférée de sa prison dans un hôpital en raison d'hernies discales au mois de mai, elle a appelé jeudi ses compatriotes à "ne pas donner une seule voix" au Parti des régions, qui espère recueillir au moins 23 % des suffrages.

Dans le viseur de l’opposante et des ONG, les irrégularités observées de la part du parti présidentiel. Menaces contre les fonctionnaires, tentatives de corruption, et même des violences… Dans le pays, 1 170 violations ont été enregistrées par Maidan Alliance, une ONG spécialisée dans la surveillance des infractions électorales. Selon le Comité des électeurs d'Ukraine (CVU), certains candidats offriraient directement de l'argent à des électeurs, d'autres distribueraient des produits alimentaires, des fournitures de bureau pour des écoliers, des vélos pour des facteurs ou encore des billets pour des matches de football.

Les explications du correspondant de France24

Une opposition à la peine

Par ailleurs, l’opposition ne semble pas, elle non plus, inspirer la confiance des électeurs. Répartie en deux blocs principaux - la formation de Mme Timochenko et celle du célèbre boxeur Vitali Klitschko – elle s’est illustrée par son manque d’unité.

Selon une réforme adoptée l’an dernier, la moitié des députés sont désormais élus à la proportionnelle sur des listes présentées par les partis, et l'autre moitié au scrutin majoritaire uninominal à un tour. Une loi en défaveur de l’opposition, selon Gulliver Cragg, correspondant de FRANCE 24 en Ukraine. "Elle s’est tirée une balle dans le pied en laissant passer cette loi. En outre, l'opposition est également visée par des soupçons de fraude, certes moins importants que le parti majoritaire", mais pas par angélisme, plutôt par manque de moyens. “Les Ukrainiens voient l’opposition et la majorité comme les représentants d’une élite corrompue" analyse le journaliste.

En réaction à la méfiance générale, le parti au pouvoir a assuré, pour sa part, qu'il allait tout faire pour assurer le bon déroulement du scrutin et les bureaux de vote ont été équipés de web-caméras, dont les images seront retransmises en direct sur un site internet.

Première publication : 26/10/2012

  • FRANCE - REPORTAGE

    Femen : les militantes aux seins nus prônent un "nouveau féminisme"

    En savoir plus

  • UKRAINE

    La condamnation d'Ioulia Timochenko confirmée par la cour de cassation

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Le gouvernement français boycotte l'Euro-2012 en Ukraine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)