Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

France - migrants illégaux : l'impasse calaisienne

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak : à quel prix ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Entretien exclusif avec José Manuel Barroso, président de la Commission européenne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Magic in the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Total, premier groupe pétrolier en Afrique, a perdu son PDG Christophe de Margerie

En savoir plus

FACE À FACE

Martine Aubry, la gauche et ses frondeurs

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prisonnier Pistorius"

En savoir plus

Amériques

L'immigration américaine apostrophe l'opposant pakistanais Imran Khan lors d'une escale à Toronto

© AFP

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 27/10/2012

L'opposant pakistanais Imran Khan a affirmé, samedi, avoir été interrogé par des agents de l'immigration américaine sur les tirs de drones américains dans son pays alors qu'il était en transit à Toronto pour se rendre aux États-Unis.

L’ancienne star du cricket et opposant pakistanais Imran Khan a dénoncé l'attitude des autorités américaines qui l'ont interrogé, samedi 27 octobre, à Toronto - alors qu'il faisait escale dans la ville canadienne avant de se rendre aux États-Unis - sur les tirs de drones américains dans son pays. "J'ai été débarqué de l'avion et interrogé par l'immigration américaine sur mes positions" sur les tirs de drones américains au Pakistan, a écrit l'opposant sur son compte twitter.

L'interrogatoire lui a fait rater son transit pour les États-Unis. Imran Kahn a donc pris le vol suivant pour assister à une activité de levée de fonds de son parti, à New York.

"Je ne comprends toujours pas pourquoi ils ont fait ça. Le responsable m'interrogeait sur les drones, mais je pense qu'il ne comprenait même pas lui-même ce qu'il disait", a dit Khan à des journalistes à son arrivée à New York, selon des images de la chaîne pakistanaise GEO.

"J'ai été débarqué de l'avion et interrogé par l'immigration américaine sur ma position vis-à-vis des drones. Mon opinion a toujours été la même. Les attaques de drones doivent cesser"


"Le monde entier connaît ma position sur les drones, je suis contre les tirs de drones et le serai toujours", a-t-il dit plus tard à ses supporteurs lors d'un rassemblement dans la métropole américaine. "Leur ambassadeur (au Pakistan) sait que je serai toujours opposé aux tirs de drones et cela ne l'a pas empêché de m'émettre un visa", a-t-il ajouté.

Son parti, le Mouvement pour la justice (Pakistan Tehreek-e-Insaaf, PTI), a vivement condamné cet interrogatoire et réclamé des excuses de la part des autorités américaines qui se sont refusées à tout commentaire sur l'incident.

Imran Kahn à la tête d'un parti de plus en plus populaire

Imran Khan avait mené le 6 octobre une manifestation contre les tirs de drones américains dans le nord-ouest du Pakistan, accompagné de pacifistes occidentaux qui dénoncent une campagne meurtrière et inhumaine. Les districts reculés et frontaliers de l'Afghanistan, principaux bastions des rebelles taliban et de leurs alliés d'Al-Qaïda dans le pays, sont, depuis 2004, régulièrement visés par des centaines de tirs de drones américains. Cette campagne s'est intensifiée ces dernières années sous le gouvernement de Barack Obama.

Par ailleurs, le PTI a gagné en popularité ces derniers mois en dénonçant la corruption des partis traditionnels au pouvoir. Les détracteurs d'Imran Khan accusent ce dernier de collusion avec les groupes islamistes et lui reprochent de surfer sur le fort sentiment anti-américain de l’opinion publique, en vue des élections générales prévues au début de 2013.

Le Pakistan a toujours officiellement critiqué les drones, dénonçant une atteinte à sa souveraineté mais a, dans les faits, donné son accord tacite à des tirs, selon des observateurs. Les tirs de drones ont aussi contribué à entacher l'image des États-Unis au Pakistan, pays musulman de plus de 180 millions d'habitants.

Selon le sondage de l'institut Gallup diffusé cet été, 49 % des Pakistanais estiment que les États-Unis sont le "pays le plus hostile" à leur égard, loin devant l'Inde (24 %), ennemi historique du Pakistan.

D'après un sondage récent commandé par la BBC, le Pakistan est par ailleurs le seul pays dans le monde où le candidat républicain à la Maison Blanche Mitt Romney est plus populaire que le président Barack Obama.

France 24 avec dépêches

Première publication : 27/10/2012

  • PAKISTAN

    Un bombardement de drones américains fait trois nouvelles victimes dans les zones tribales

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Cinq commandants talibans tués par des drones américains

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Plusieurs insurgés islamistes tués au cours de frappes de drones américains

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)