Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

SUR LE NET

"Tor", nouvelle cible de la NSA

En savoir plus

SUR LE NET

Un selfie pris à Auschwitz scandalise la Toile

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Gaza : l'ONU tente de formaliser une trêve fragile

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

  • Boko Haram kidnappe la femme du vice-Premier ministre camerounais

    En savoir plus

  • En images : les Champs-Élysées noirs de monde pour l'arrivée du Tour

    En savoir plus

  • MH 17 : des combats autour du site du crash bloquent les enquêteurs

    En savoir plus

  • L'épave du Costa Concordia arrive dans le port de Gênes

    En savoir plus

  • Les enfants migrants ne pourront pas rester aux États-Unis, prévient Obama

    En savoir plus

  • Exposition sur la Grande Guerre à Paris : les derniers poilus vous saluent

    En savoir plus

asie

Prix Sakharov : l'Iran annule le voyage d'une délégation européenne

© AFP

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 27/10/2012

Les autorités iraniennes ont décidé d'annuler une visite de députés du Parlement européen en raison de leur demande de rencontrer les deux lauréats du prix Sakharov, le cinéaste Jafar Panahi et l'avocate Nasrin Sotoudeh.

La visite d'une délégation de cinq eurodéputés à Téhéran a été annulée samedi 27 octobre après le refus des autorités iraniennes d'autoriser une rencontre avec les deux lauréats iraniens du prix Sakharov 2012, le cinéaste Jafar Panahi et l'avocate Nasrin Sotoudeh.

"Les cinq eurodéputés [de gauches et écologistes] étaient sur le point de décoller pour Téhéran quand la chef de la délégation Tarja Cronberg a reçu un coup de fil de l'ambassadeur iranien auprès de l'Union européenne, disant qu'ils ne seraient pas autorisés à rencontrer les deux lauréats du prix Sakharov", a indiqué une source au Parlement européen à Bruxelles.

Les cinq députés devaient initialement se rendre à Téhéran du 27 octobre au 2 novembre pour une visite officielle organisée dans le cadre des échanges avec le Parlement iranien.

PORTRAIT

"Comprendre le point de vue des Iraniens"

Cette visite devait débuter seulement 24 heures après l'attribution par le Parlement européen du prix Sakharov à Jafar Panahi et Nasrin Sotoudeh, condamnés à de lourdes peines dans leur pays. La rencontre aurait pu être bénéfique, estime Thierry Coville, spécialiste de l’Iran à l'Institut des relations internationales et stratégiques (Iris), interrogé par FRANCE 24. "Certes le contexte [n’était] pas idéal, l’Europe ayant choisi une ligne dure à l’encontre de Téhéran. […] Il faut néanmoins laisser se nouer ce type de relations, qui permettent aux Européens de mieux comprendre le point de vue des Iraniens, de rencontrer de nouveaux responsables politiques, et parfois d’avancer sur certaines questions."

"La situation se complique en Syrie, où la République islamique joue un rôle important. Les Américains et les Israéliens font de plus en plus pression au sujet du programme nucléaire iranien. Malgré les désaccords actuels, il faut discuter car c’est un pays culturellement attaché au dialogue", ajoute l’expert.

Le président du Parlement européen, Martin Schulz, avait indiqué vendredi que la délégation chercherait à rencontrer les lauréats du prix Sakharov. Si elle en était empêchée, "elle rentrera sur le champ", avait-il affirmé.

L’Iran refuse que la délégation rencontre les deux prisonniers

Telle est la tournure prise par les événements. "L'Iran a rejeté une condition posée par la délégation parlementaire de l'Union européenne, qui veut rencontrer deux prisonniers", a déclaré le conseiller du président du Parlement iranien pour les affaires internationales, Hossein Sheikholeslam, cité samedi matin par l'agence Isna. "Si la délégation est d'accord pour venir malgré tout en Iran selon l'agenda accepté initialement, il n'y a aucune objection à sa visite. Mais nous ne pouvons pas accepter la pré-condition actuelle".

Vendredi, après l'annonce du prix Sakharov, la conférence des présidents qui réunit le président du Parlement et les chefs des groupes politiques "avait décidé que la délégation devrait remettre en main propre l'invitation pour recevoir le prix à Strasbourg en décembre", a indiqué une source au Parlement européen. La délégation emmenée par l'écologiste finlandaise Tarja Cronberg devait également rencontrer ses homologues au Parlement iranien ainsi que des représentants de la société civile.

Mme Cronberg avait promis que la délégation aurait l'occasion d'insister sur l'inquiétude des Européens concernant la situation des droits de l'Homme en Iran "directement avec des responsables et des représentants de la société civile".
Cette visite s'inscrit dans le "volet dialogue de la double approche de l'UE vis-à-vis de l'Iran, faite de sanctions et de dialogue", a-t-elle estimé dans un communiqué publié cette semaine.

L'Union européenne, à l'instar des Etats-Unis, a mis en place depuis deux ans des sanctions de plus en plus sévères contre l'Iran, soupçonné de chercher à se doter de l'arme atomique.

La dernière visite d'une délégation du Parlement européen en Iran remonte à 2007.

France 24 avec dépêches

Première publication : 27/10/2012

  • UNION EUROPÉENNE

    Le prix Sakharov décerné aux Iraniens Jafar Panahi et Nasrin Sotoudeh

    En savoir plus

  • IRAN

    La fronde des conservateurs contre Mahmoud Ahmadinejad s'intensifie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)