Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

Moyen-orient

Malgré l'échec de la trêve, Lakhdar Brahimi entend poursuivre sa mission

Vidéo par Stéphanie DE SILGUY

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/10/2012

Alors que la trêve décrétée en Syrie pour la fête de l'Aïd a volé en éclats, Lakhdar Brahimi entend poursuivre son rôle d'émissaire de l'ONU. L'ancien ministre algérien va se rendre en Chine et en Russie pour tenter de faire avancer le dossier.

Malgré l'échec de la trêve entre le régime syrien et les rebelles orchestrée par Lakhdar Brahimi, l'émissaire de l'ONU et de la Ligue arabe entend continuer sa mission, selon des diplomates, et se rendre cette semaine en Chine et en Russie pour discuter de la situation.

A Pékin et à Moscou, l'ancien ministre algérien des Affaires étrangères tentera une nouvelle fois de convaincre les dirigeants de relâcher leur entrave à une action du conseil de sécurité de l'ONU.

M. Brahimi doit revenir en novembre devant le conseil de sécurité avec de nouvelles propositions pour amener le président Bachar al-Assad et l'opposition syrienne à la table des négociations, ont affirmé à l'AFP des diplomates onusiens à l'AFP.

L'émissaire "reviendra avec quelques idées d'action pour le conseil de sécurité au début du mois prochain", a confié un diplomate de haut rang.

Pour un autre diplomate, "le processus politique ne débutera pas avant qu'Assad et l'opposition se soient tellement battus qu'ils n'aient plus d'autre choix. Ils n'en sont pas encore là, mais Brahimi à quelques idées".

Sitôt mise en oeuvre vendredi à l'occasion de la fête musulmane de l'Aïd al-Adha, la trêve a volé en éclats, gouvernement et opposition s'en rejetant la responsabilité. Les rebelles ont également critiqué M. Brahimi, comme ils l'avaient fait pour son prédécesseur Kofi Annan.

"Brahimi n'a jamais prétendu que le cessez-le-feu avait une grande chance de succès", rappelle Richard Gowan, de la New York University, selon qui "les diplomates à l'ONU ne lui tiendront pas rigueur de cet échec. Les Syriens seront peut-être moins indulgents, mais ils ont certainement déjà perdu leurs espoirs dans l'ONU".

Comme pour la tentative de trêve proposée en avril par Kofi Annan, il n'a pas fallu longtemps pour voir que la Syrie n'est pas prête à baisser les armes. En 19 mois de conflit, plus de 35.000 Syriens ont été tués, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

"Ne pas fournir d'armes"

Peu d'informations ont filtré sur la méthode que Lakhdar Brahimi entend employer. Mais dans les coulisses, l'ONU met au point des plans pour mettre rapidement en oeuvre une force de maintien de la paix ou d'observation si une trêve est décidée.

Elle dispose également d'équipes et de matériel humanitaire prêts à être envoyés dans les villes d'Alep, d'Idlib et de Homs.

La mission de l'émissaire est ardue. "Il doit persuader les Etats clés du Moyen-Orient de ne pas fournir d'armes aux rebelles", selon le diplomate onusien de haut-rang.

"Mais s'il doit y avoir une action du conseil de sécurité, il doit y avoir un accord de la Russie et de la Chine", qui ont déjà fait obstacle à trois résolutions, a-t-il rappelé. "Si elles s'opposent à toute action, alors bien sûr la Turquie, l'Arabie saoudite et les pays occidentaux renforceront leur aide à l'opposition".

Pour Richer Gowan, "il y a fort à parier que les Etats-Unis renforcent leur soutien aux rebelles après l'élection présidentielle, quel que soit le vainqueur. Brahimi devra peut-être attendre cela pour en tirer partie".

Les Occidentaux estiment que la Russie a fait pression sur Assad pour accepter la trêve mort-née mais ne voient pas le président Vladimir Poutine abandonner le président syrien.

Le régime de Damas n'a aucun intérêt à mettre fin aux combats, estime pour sa part Mouaz Moustafa, directeur de l'ONG syro-américaine SETF. "Un cessez-le-feu qui autoriserait les gens à manifester sonnerait le glas du régime", explique-t-il.

AFP

 

Première publication : 28/10/2012

  • SYRIE

    L'armée syrienne bombarde la province de Damas, la trêve de l'Aïd enterrée

    En savoir plus

  • SYRIE

    Attentat à Damas, la trêve de l'Aïd el-Adha déjà enterrée

    En savoir plus

  • SYRIE

    "Ne pas intervenir en Syrie, c'est renforcer le sentiment anti-occidental"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)