Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacob Desvarieux, l'ambassadeur international du Zouk!

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

    En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Foot européen : le Real cartonne, Manchester United sombre

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

FRANCE

Arrestation d'une dirigeante présumée du mouvement séparatiste basque ETA

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/10/2012

Une responsable présumée de l'ETA a été interpellée par les policiers d'élite du RAID, en Bourgogne, près de Mâcon. Cette femme serait l'un des trois plus hauts responsables de l'organisation séparatiste armée basque.

La police française a arrêté une importante militante présumée de l'ETA, considérée comme l'un des trois plus hauts responsables du groupe armé basque à ce jour, a annoncé dimanche matin le ministère espagnol de l'Intérieur

La femme, Isaskun Lesaka, a été arrêtée par les policiers d'élite du RAID en compagnie d'un autre membre présumé du groupe près de Macon, à 70 kilomètres au nord de Lyon, et tous deux étaient en possession d'armes, ajoute le ministère dans un communiqué.

Cette interpellation porte un nouveau coup à l'organisation, frappée par une série d'arrestations ces derniers mois et qui a annoncé il y a un an, le 20 octobre 2011, qu'elle mettait fin définitivement à la violence après plus de 40 ans de lutte armée pour l'indépendance du Pays basque et de la Navarre.

Selon le ministère, Izaskun Lesaka est "une des trois principaux responsables" du groupe armé à ce jour. L'identité de l'autre militant arrêté en sa compagnie n'a pas encore été confirmée officiellement mais il s'agit, selon les médias espagnols, d'un homme, Joseba Iturbe Otxoteka.

Tous deux ont été arrêtés à Macon dans une résidence hôtelière, dans le cadre d'une enquête menée en coopération entre la Garde civile espagnole et la police française, précise le ministère de l'Intérieur.

Selon le quotidien El Mundo, Izaskun Lesaka est actuellement chef de l'appareil militaire de l'ETA et elle avait pour habitude d'utiliser pour se cacher des hôtels ou des gîtes ruraux en France.

Née à Pampelune, en Navarre, en 1975, la femme était en fuite depuis 2005 et avait été condamnée en France, en janvier dernier, à sept ans de prison. Selon les médias, elle serait l'un des chefs du groupe armé à l'origine de l'annonce historique du 20 octobre 2011.

Malgré les nombreuses arrestations dans ses rangs, l'ETA, dont seuls quelques dizaines de membres actifs seraient encore en liberté, refuse de se dissoudre et de rendre les armes, comme le réclament l'Espagne et la France. Depuis un an, les arrestations se sont multipliées en Espagne, en France et en Grande Bretagne.

Le groupe armé, placé sur la liste des organisations terroristes par les Etats-Unis et l'Union européenne, est tenu pour responsable de la mort de 829 personnes. Son dernier attentat sur le sol espagnol remonte à août 2009.

L'affaiblissement de l'ETA a ouvert la voie à une percée politique de la gauche indépendantiste basque, qui s'est démarquée depuis deux ans de la violence et est arrivée en deuxième position dimanche dernier aux élections régionales au Pays basque, derrière le parti nationaliste conservateur PNV.

AFP

 

Première publication : 28/10/2012

COMMENTAIRE(S)