Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Simon Serfaty, professeur en relations internationales

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile dénonce les incursions russes en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'agneau russe"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le président du Parlement nigérien inquiété dans une affaire de trafic de bébés

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'aime les socialistes"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

BCE : la semaine de Mario Draghi ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

SUR LE NET

Transparence de la vie publique : la France rattrape son retard

En savoir plus

SUR LE NET

Guerre d'intimidation : EIIL contre les États-Unis

En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • Les troupes ukrainiennes abandonnent l'aéroport de Lougansk

    En savoir plus

  • République centrafricaine : les ravages de la haine

    En savoir plus

  • Des manifestants investissent le siège de la télévision d'État à Islamabad

    En savoir plus

  • Embargo russe : les producteurs français redoutent la concurrence polonaise

    En savoir plus

  • Importante victoire de l’armée irakienne face aux jihadistes de l’EI

    En savoir plus

  • Ligue 1 : le PSG frappe fort, Bordeaux lève le pied

    En savoir plus

  • Quand des selfies volés de stars nues enflamment la Toile

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine évoque la création d’un État dans l’est de l’Ukraine

    En savoir plus

  • Israël décide de s'approprier 400 hectares de terres en Cisjordanie

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, au moins sept morts

    En savoir plus

  • Un navire ukrainien bombardé au large de Marioupol

    En savoir plus

  • "J'aime les socialistes" ou l'opération séduction de Manuel Valls à La Rochelle

    En savoir plus

  • Un présumé recruteur pour le jihad en Syrie arrêté à Nice

    En savoir plus

  • Judo : les Françaises sacrées championnes du monde par équipe

    En savoir plus

  • Situation toujours aussi confuse au lendemain du coup d’État au Lesotho

    En savoir plus

  • Golan : les Casques bleus philippins "saufs", les fidjiens toujours détenus

    En savoir plus

  • Après deux ans de captivité au Mali, deux diplomates algériens libérés

    En savoir plus

EUROPE

L'Ukraine élit son Parlement sur fond de corruption et de suspicion de fraudes

Vidéo par Gulliver CRAGG

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 28/10/2012

Les Ukrainiens sont appelés à renouveler leurs 450 députés, ce dimanche, au cours de législatives scrutées de près par les observateurs étrangers, sur fond de craintes de fraudes. Le parti du président Viktor Ianoukovitch est donné favori.

L'Ukraine élit son Parlement, dimanche, au cours de législatives observées de près par l'Occident, sur fond de craintes de fraudes électorales. Ce scrutin, qui devrait voir arriver en tête le parti au pouvoir, fait toutefois face à une opposition tenace qui a juré de combattre la corruption et le Parti des régions (le parti du président Ianoukovitch) qu’elle présente comme l’incarnation de la dérive autoritaire du pays.

Les dirigeants de l’opposition affirment, en effet, que la corruption et le favoritisme se sont propagés sous le mandat de Ianoukovitch, au grand bénéfice des industriels qui le soutiennent et des membres de "La Famille", le surnom du clan formé par ses proches.

Au pouvoir depuis deux ans et demi, le président ukrainien promet, au contraire, que la lutte contre la corruption dans les sphères du pouvoir est sa principale priorité.

Un scrutin entaché de fraudes ?

Le déroulement du scrutin est surveillé par 3 800 observateurs étrangers et 240 000 scrutateurs locaux. Mais tous ces contrôles n’empêcheront pas de nombreuses fraudes électorales, estime Gulliver Cragg, le correspondant de FRANCE 24 à Kiev, qui rappelle "qu’avec un poids lourd de l’opposition en prison [Ioulia Timochenko] et un paysage médiatique presque entièrement dominé par le parti au pouvoir, ces élections laissent vraiment à désirer".

L’opposition est, en effet, affaiblie par l’incarcération de l’une de ses principales figures de proue, Ioulia Timochenko, figure de la Révolution orange de 2004-2005 puis Premier ministre, désormais condamnée à sept ans de prison pour abus de pouvoir. Depuis le centre pénitentiaire où elle est incarcérée, l’opposante a lancé un vibrant appel à ses compatriotes pour qu’ils chassent Viktor Ianoukovitch.

"Si, grâce à votre vote, Ianoukovitch survit politiquement lors de ces élections, il établira une dictature et ne cédera plus jamais le pouvoir par des voies pacifiques", a-t-elle déclaré dans un communiqué lu par sa fille Ievguenia.

De nombreuses anomalies ont également été relevées dans les différents bureaux de vote du pays. "Les ONG ont remarqué de nombreuses violations : pression sur les élections, tentatives d’achat de voix…", ajoute Gulliver Cragg. "On note même des situations curieuses comme celle d’un bureau de vote dans lequel un panneau placé au dessus d’un isoloir indique ‘Vidéo surveillance’. C’est une manœuvre subtile pour insuffler le doute dans l’esprit de l’électeur."

Une opposition morcelée

Les derniers sondages placent en tête des intentions de vote le Parti des régions, autour de 23 %. L’Alliance démocratique ukrainienne pour la réforme, l’ancien parti créé par Vitali Klitschko, dont l’acronyme, Udar, signifie "coup de poing", se classe deuxième, avec un score proche de 16 %, devant L’Opposition unie (15 %), l’alliance formée autour de Batkivchtchina (Mère-patrie), le parti de Ioulia Timochenko.

L’Opposition unie a vainement tenté d’enrôler le parti de Vitali Klitschko, mais le boxeur poids-lourd, vainqueur par K-O de 41 des 45 combats qu’il a remportés dans sa carrière professionnelle, a préféré partir seul. Certains opposants voient dans son refus un possible rapprochement post-électoral avec le Parti des régions. Au total, 22 partis ou blocs politiques sont en lice.

Une moitié des 450 sièges du Parlement monocaméral en jeu dimanche sera attribuée à la proportionnelle, avec un seuil de représentation au Parlement fixé à 5 %. L’autre moitié sera pourvue au scrutin majoritaire uninominal par circonscription, où sera proclamé vainqueur le candidat arrivé en tête avec au moins 30 % des suffrages exprimés.

Au classement mondial établi en 2011 par l’organisation Transparency International, l’Ukraine pointe au 152e rang sur 183. Le cabinet Ernst & Young la considère pour sa part comme l'une des trois nations les plus corrompues de la planète, avec la Colombie et le Brésil.

Première publication : 28/10/2012

  • UKRAINE

    Législatives ukrainiennes : il va y avoir du sport !

    En savoir plus

  • UKRAINE

    La condamnation d'Ioulia Timochenko confirmée par la cour de cassation

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Le procès Timochenko sonne la fin de la Révolution orange

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)