Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement israélien utilise la mort de James Foley pour sa communication

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

  • Quelles options pour l’administration Obama contre l’EI en Syrie ?

    En savoir plus

  • Le convoi russe atteint Lougansk malgré les protestations occidentales

    En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait aucune ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Vidéo : après la reprise du barrage de Mossoul, les Kurdes déminent la zone

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Irak : près de 70 morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

Amériques

Fernando Haddad ou le renouveau du Parti des travailleurs

© AFP

Texte par Ségolène ALLEMANDOU

Dernière modification : 31/10/2012

Fraîchement élu à la municipalité de Sao Paulo, Fernando Haddad incarne la nouvelle garde du Parti des travailleurs, et contribue à redorer l'image du parti de l'ex-président Lula, mis à mal par un gigantesque scandale de corruption.

C’est une victoire qui en dit long sur le Parti des travailleurs (PT) de Dilma Rousseff. L’une de ses jeunes figures, Fernando Haddad, a été élu maire de Sao Paulo, la plus grande ville du pays, en obtenant près de 56 % des voix face à l'ancien gouverneur José Serra, membre du parti centriste (PSDB).

Ce succès aux municipales était pourtant loin d'être acquis pour le parti, éclaboussé par le très médiatisé procès du gigantesque scandale dit du "mensalao" ("la grosse mensualité", en français). À quelques jours du premier tour des élections municipales, plusieurs grandes figures du PT, proches de l'ancien président Luis Ignacio da Silva (2003-2011), ont été reconnues coupables d'avoir orchestré un système d'achat de votes au Parlement entre 2003 et 2005.

Mais Fernando Haddad, 49 ans, a créé la surprise en se qualifiant pour le deuxième tour, écartant ainsi le favori des sondages, l’animateur de télévision et candidat des Églises évangéliques, Celso Russomanno. Au second tour, le candidat PT, ancien professeur d'économie et docteur en philosophie à la prestigieuse université de Sao Paulo, a mis à profit son expérience universitaire pour séduire les classes moyennes situées à la périphérie de la ville mais aussi les classes plus aisées du centre.

Il a ainsi offert ainsi une précieuse victoire au PT – le parti avait perdu à Sao Paulo les deux précédentes élections municipales – et infligeant une nouvelle défaite à José Serra, qui devrait mettre un terme à sa carrière politique après son échec aux élections présidentielles de 2002 et 2010.

"Les Brésiliens nous ont absous de l'affaire du mensalao"


Preuve, pour Gaspard Estrada, chercheur à l’Observatoire politique de l’Amérique latine et des Caraïbes (Opalc), que le procès de l’affaire du "mensalao", n'a "pas été déterminant dans ces élections. "Pour les municipales, les électeurs s’intéressent à des problématiques concrètes comme l’accès à l’eau ou aux soins, et non à la justice et à la morale", indique-t-il. Lors de ces élections, le PT a progressé de 14 % au niveau national en remportant 635 mairies, contre 558 en 2008, même s’il a reculé dans certaines grandes villes, comme Recife, Fortaleza et Salvador, dans le nord-est du pays.

"Les membres du Parti des travailleurs, eux, se plaisent à dire : 'les Brésiliens nous ont absous de cette affaire'", indique Hervé Théry, chercheur au Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Pour cause : depuis 2005, date à laquelle le scandale de corruption a éclaté, le PT a mis un soin particulier à renouveler – et rajeunir – ses instances dirigeantes, dont Haddad fait partie. Il est ainsi dissocié de toute affaire de corruption. "Au Brésil, Haddad incarne le symbole du PT 3.0", commente Hervé Théry. "Il n’a pas l’astuce de Lula, mais c’est un politicien honnête et travailleur".

L'ombre de Lula

Derrière cette nouvelle garde plane l'ombre d'un homme : Lula. "Il a réussi son pari de faire gagner son poulain", affirme Hervé Théry qui qualifie l'ancien président de "principal artisan de la victoire de Haddad aux municipales". En témoigne l'hommage appuyé que Fernando Haddad lui a rendu après sa victoire : "Je veux remercier du fond de mon cœur le président Lula pour sa confiance, son orientation et son soutien, sans lequel il m'aurait été impossible de gagner cette élection", a-t-il déclaré.

Fernando Haddad, 49 ans, fils d’immigré libanais né à Sao Paulo, doit l’essentiel de sa carrière à son mentor. "C’est Lula qui l’a nommé au ministère de l’Éducation [entre 2005 et 2011, ndlr], c’est encore Lula qui l’a imposé à son parti comme candidat à la mairie de Sao Paulo et il n'a pas non plus hésité à participer à une douzaine de meetings aux côtés [de son poulain, ndlr]", indique Gaspard Estrada. Méconnu du grand public et dépourvu de toute expérience électorale de terrain, l'ancien ministre de l'Éducation peut en revanche se targuer d'avoir mis en place un programme de bourses qui a permis à un million d'étudiants d'accéder aux universités privées.

L’ascension de Fernando Haddad n’est pas sans rappeler celle de Dilma Rousseff, élue à la présidence en 2010, après avoir été adoubée par Lula. Loin d’essuyer les plâtres du scandale de corruption, l’avenir semble donc sourire au Parti des travailleurs, au pouvoir depuis 2003. Les analystes s’accordent d’ores et déjà à dire que le parti est déjà en ordre de marche pour s'imposer aux présidentielles de 2014.

 

Première publication : 30/10/2012

  • BRÉSIL

    L'ancien bras droit de Lula accusé de corruption

    En savoir plus

  • BRÉSIL

    Le parti de l'ex-président Lula éclaboussé par un procès pour corruption

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)