Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

Amériques

Fernando Haddad ou le renouveau du Parti des travailleurs

© AFP

Texte par Ségolène ALLEMANDOU

Dernière modification : 31/10/2012

Fraîchement élu à la municipalité de Sao Paulo, Fernando Haddad incarne la nouvelle garde du Parti des travailleurs, et contribue à redorer l'image du parti de l'ex-président Lula, mis à mal par un gigantesque scandale de corruption.

C’est une victoire qui en dit long sur le Parti des travailleurs (PT) de Dilma Rousseff. L’une de ses jeunes figures, Fernando Haddad, a été élu maire de Sao Paulo, la plus grande ville du pays, en obtenant près de 56 % des voix face à l'ancien gouverneur José Serra, membre du parti centriste (PSDB).

Ce succès aux municipales était pourtant loin d'être acquis pour le parti, éclaboussé par le très médiatisé procès du gigantesque scandale dit du "mensalao" ("la grosse mensualité", en français). À quelques jours du premier tour des élections municipales, plusieurs grandes figures du PT, proches de l'ancien président Luis Ignacio da Silva (2003-2011), ont été reconnues coupables d'avoir orchestré un système d'achat de votes au Parlement entre 2003 et 2005.

Mais Fernando Haddad, 49 ans, a créé la surprise en se qualifiant pour le deuxième tour, écartant ainsi le favori des sondages, l’animateur de télévision et candidat des Églises évangéliques, Celso Russomanno. Au second tour, le candidat PT, ancien professeur d'économie et docteur en philosophie à la prestigieuse université de Sao Paulo, a mis à profit son expérience universitaire pour séduire les classes moyennes situées à la périphérie de la ville mais aussi les classes plus aisées du centre.

Il a ainsi offert ainsi une précieuse victoire au PT – le parti avait perdu à Sao Paulo les deux précédentes élections municipales – et infligeant une nouvelle défaite à José Serra, qui devrait mettre un terme à sa carrière politique après son échec aux élections présidentielles de 2002 et 2010.

"Les Brésiliens nous ont absous de l'affaire du mensalao"


Preuve, pour Gaspard Estrada, chercheur à l’Observatoire politique de l’Amérique latine et des Caraïbes (Opalc), que le procès de l’affaire du "mensalao", n'a "pas été déterminant dans ces élections. "Pour les municipales, les électeurs s’intéressent à des problématiques concrètes comme l’accès à l’eau ou aux soins, et non à la justice et à la morale", indique-t-il. Lors de ces élections, le PT a progressé de 14 % au niveau national en remportant 635 mairies, contre 558 en 2008, même s’il a reculé dans certaines grandes villes, comme Recife, Fortaleza et Salvador, dans le nord-est du pays.

"Les membres du Parti des travailleurs, eux, se plaisent à dire : 'les Brésiliens nous ont absous de cette affaire'", indique Hervé Théry, chercheur au Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Pour cause : depuis 2005, date à laquelle le scandale de corruption a éclaté, le PT a mis un soin particulier à renouveler – et rajeunir – ses instances dirigeantes, dont Haddad fait partie. Il est ainsi dissocié de toute affaire de corruption. "Au Brésil, Haddad incarne le symbole du PT 3.0", commente Hervé Théry. "Il n’a pas l’astuce de Lula, mais c’est un politicien honnête et travailleur".

L'ombre de Lula

Derrière cette nouvelle garde plane l'ombre d'un homme : Lula. "Il a réussi son pari de faire gagner son poulain", affirme Hervé Théry qui qualifie l'ancien président de "principal artisan de la victoire de Haddad aux municipales". En témoigne l'hommage appuyé que Fernando Haddad lui a rendu après sa victoire : "Je veux remercier du fond de mon cœur le président Lula pour sa confiance, son orientation et son soutien, sans lequel il m'aurait été impossible de gagner cette élection", a-t-il déclaré.

Fernando Haddad, 49 ans, fils d’immigré libanais né à Sao Paulo, doit l’essentiel de sa carrière à son mentor. "C’est Lula qui l’a nommé au ministère de l’Éducation [entre 2005 et 2011, ndlr], c’est encore Lula qui l’a imposé à son parti comme candidat à la mairie de Sao Paulo et il n'a pas non plus hésité à participer à une douzaine de meetings aux côtés [de son poulain, ndlr]", indique Gaspard Estrada. Méconnu du grand public et dépourvu de toute expérience électorale de terrain, l'ancien ministre de l'Éducation peut en revanche se targuer d'avoir mis en place un programme de bourses qui a permis à un million d'étudiants d'accéder aux universités privées.

L’ascension de Fernando Haddad n’est pas sans rappeler celle de Dilma Rousseff, élue à la présidence en 2010, après avoir été adoubée par Lula. Loin d’essuyer les plâtres du scandale de corruption, l’avenir semble donc sourire au Parti des travailleurs, au pouvoir depuis 2003. Les analystes s’accordent d’ores et déjà à dire que le parti est déjà en ordre de marche pour s'imposer aux présidentielles de 2014.

 

Première publication : 30/10/2012

  • BRÉSIL

    L'ancien bras droit de Lula accusé de corruption

    En savoir plus

  • BRÉSIL

    Le parti de l'ex-président Lula éclaboussé par un procès pour corruption

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)