Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Kenya : le gouvernement dissout le comité olympique

En savoir plus

LE DÉBAT

France - arrêtés anti-burkini : une dérive politique ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

France - arrêtés anti-burkini : une dérive politique ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Disparition de Sonia Rykiel, femme libre et "reine du tricot"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping : "Ali Bongo est incapable de diriger le Gabon"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ali Bongo : "L’opposition ne parle que de mon acte de naissance"

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : la politique migratoire de Merkel pèse dans la campagne pour les régionales

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Destruction des mausolées de Tombouctou : 9 à 11 ans de prison requis contre Ahmad Al Mahdi

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Ville morte en RDC" : une mobilisation inégale dans le pays

En savoir plus

FRANCE

Affaire Karachi : un proche de Sarkozy mis en examen pour recel d'abus de biens sociaux

© AFP (Archive)

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/10/2012

Nicolas Bazire, l'ancien directeur de campagne d'Édouard Balladur, qui fut par ailleurs le témoin de mariage de Nicolas Sarkozy, a été mis en examen pour recel d'abus de biens sociaux dans l'enquête sur le volet financier de l'affaire Karachi.

Nicolas Bazire, un proche de Nicolas Sarkozy, a été mis en examen lundi pour recel d’abus de biens sociaux dans l’enquête sur une supposée corruption en marge de contrats d’armement et de la campagne présidentielle de 1995, a-t-on appris de source proche du dossier.

Comprendre l'affaire Karachi en quelques clics
Témoin de mariage de Nicolas Sarkozy et de Carla Bruni en 2008, Nicolas Bazire, fut directeur de cabinet du Premier ministre Edouard Balladur entre 1993 et 1995 et directeur de sa campagne présidentielle.
 
Il est soupçonné d’avoir reçu frauduleusement des sommes en espèces provenant de contrats d’armement, une incrimination alimentée par plusieurs dépositions le mettant en cause.
 
Nicolas Bazire nie les faits depuis le début de l’affaire et notamment depuis sa première mise en examen pour « complicité d’abus de biens sociaux » le 22 septembre 2011. Après cinq heures d’audition, il a quitté le bureau des juges Renaud Van Ruymbeke et Roger Le Loire sans faire de déclarations.


REUTERS

 

Première publication : 29/10/2012

  • FRANCE

    Affaire Karachi : Ziad Takieddine porte plainte contre Édouard Balladur

    En savoir plus

  • FRANCE

    Les victimes de l'attentat de Karachi commémorent le 10e anniversaire du drame

    En savoir plus

  • AFFAIRE KARACHI

    Villepin entendu par les juges, les proches de Chirac dans le collimateur de la justice

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)