Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le hip-hop fusion à la française

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Tunisie se prépare à voter

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Sommet européen sur l'emploi : la croissance à l'ordre du jour

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • L'armée suédoise traque un introuvable sous-marin russe

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • François Hollande inaugure la Fondation Vuitton à Paris

    En savoir plus

  • Paris et Berlin s'entendent pour stimuler l'investissement en Europe

    En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Kate et William attendent leur deuxième enfant pour avril

    En savoir plus

  • Quand l’EI ne veut plus que ses militants postent de selfies

    En savoir plus

  • La crainte s'empare des Iraniennes après des attaques à l'acide

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

Moyen-orient

Pèlerinage à la Mecque : pourquoi les femmes ôtent le voile intégral

© AFP

Texte par Amara MAKHOUL-YATIM

Dernière modification : 29/10/2012

Méconnue mais néanmoins surprenante, une règle religieuse interdit aux femmes de faire le Hadj le visage voilé. De surcroît, la mixité est de rigueur lors de cet acte de piété. Éclairage sur des traditions qui peuvent sembler paradoxales.

Fait pour le moins surprenant, la tradition musulmane interdit aux femmes de se couvrir le visage pendant le pèlerinage du Hadj, l’un des cinq piliers de l’islam que tout musulman doit faire une fois dans sa vie, s’il en a les moyens. Les femmes qui d’ordinaire portent le voile intégral, comme c’est le cas notamment pour beaucoup de Saoudiennes, doivent rester à visage découvert pendant les quelques jours où elles se trouveront à la Mecque en tant que pèlerines.

Plus de trois millions de personnes, selon les autorités saoudiennes, se sont pressées autour de la Kaaba cette année pour le Hadj, dont les rites prennent fin lundi 29 octobre.

Jacqueline Chabbi, historienne spécialiste de l’Islam et professeur émérite à Paris VIII, insiste sur le fait qu’il n’y a "rien dans le Coran lui-même sur les femmes et le pèlerinage". "Si règle il y a, elle vient de la tradition ", précise-t-elle.

Pour retrouver l’origine de cette règle, il faut en effet chercher dans les Hadiths, ces communications orales attribuées au prophète Mahomet, ou à ses compagnons. Contrairement à ce qui figure dans le Coran, les Hadiths relèvent de la tradition et non du dogme.

"Cette loi relève du bon sens"

Pour Tareq Oubrou, imam de la mosquée de Bordeaux et théologien, il faut d’abord remettre les choses en contexte. Se rendre en pèlerinage à la Mecque n’est pas un moment comme les autres, "c’est un moment où le pèlerin doit être en état de sacralisation", en l'évoquant, le prophète aurait préconisé que les femmes aient le visage découvert.

L’imam remarque par ailleurs que "cette loi est tout à fait rationnelle et relève du bon sens". La foule immense en est la justification selon lui. "Quand il y a un tel rassemblement, et des déplacements de foules qu’impliquent les circonvolutions qu’on doit faire autour de la Kaaba, il faut pouvoir être identifié par les uns et les autres, que ce soit les personnes qui vous accompagnent où les autorités", explique-t-il.

Le pèlerinage à la Mecque, qui a traditionnellement lieu au moment de l’Aïd el-Adha, la fête du sacrifice, reste à ce jour le plus grand rassemblement humain au monde et pose aux autorités saoudiennes un formidable défi logistique.

Si cette tradition millénaire, d’effectuer le Hadj à visage découvert, a toujours été appliquée par le passé sans susciter plus d’interrogations, c’est loin d’être le cas aujourd’hui, les pratiques religieuses ayant évolué. Sur Internet, on trouve en effet foison de forums où les croyants s’interrogent sur le pourquoi du comment de ce règlement. Un moufti saoudien aurait également estimé, il y a quelques années, que les femmes pouvaient porter un voile à condition qu’il ne touche pas le visage, donc le porter par-dessus une casquette à visière était autorisé.

"La question ne s’est posée que depuis que les femmes musulmanes ont commencé, à travers le monde, à se voiler intégralement le visage", remarque Jacqueline Chabbi. Elle insiste en outre sur le fait que le Coran n’évoque jamais le voile intégral. "Concernant les femmes, le seul vêtement évoqué est le khimar, un voile de tête qui fait partie de l’habit local et culturel de l’époque. Et il n’est recommandé aux femmes que d’être décentes", explique-t-elle. Pour elle, "les coutumes qu’on observe aujourd’hui sont récentes et ne prennent pas leur justifications dans les origines de l’islam".

Des célébrations mixtes

Au-delà de la tenue des femmes, un autre fait surprend : au Hadj la mixité est de rigueur. Hommes et femmes accomplissent les rites côte-à-côte, ce qui contraste avec certaines cérémonies comme les mariages, durant lesquelles, dans certains milieux traditionnels, hommes et femmes sont séparés.

Tareq Oubrou, également auteur de "Profession Imam", reconnaît que l’observateur d’aujourd’hui peut y voir un paradoxe. Mais là encore, il n’a pas lieu d’être. "La mixité n’est pas exceptionnelle, c’est la règle". À l’origine, la tradition musulmane ne prévoyait pas autant de clivages entre hommes et femmes que ce soit dans la vie quotidienne ou dans la pratique de la religion. Les séparations catégoriques, des coutumes, ne sont selon lui que l'"expression de paranoïas et le fait de personnes obsédées par la question de la femme". Et de conclure : "Créer des ruptures, c’est ce qui nourrit le vice".

Première publication : 29/10/2012

  • SYRIE

    À Damas, Lakhdar Brahimi tente d'arracher une trêve

    En savoir plus

  • JEUX OLYMPIQUES

    Les athlètes musulmans à l'épreuve du ramadan

    En savoir plus

  • SYRIE

    La Syrie mise au ban de la communauté musulmane par l'OCI

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)