Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Reportage : le pape François fait sa révolution au Vatican

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

SUR LE NET

La disparition du vol d'AirAsia bouleverse la Toile

En savoir plus

L'ENTRETIEN

RD Congo : enquête au cœur du parc des Virunga

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

La Suède : un modèle pour tous ? (partie 2)

En savoir plus

SUR LE NET

Des opérateurs indépendants au secours des campagnes françaises

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Il neige en hiver"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Disparition du vol AirAsia : un coup dur pour la compagnie low-cost

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Afghanistan : treize ans d'échecs"

En savoir plus

Moyen-orient

À Alep, la "trêve" n’a pas mis fin à la violence

Vidéo par Assia SHIHAB , Kadir DEMIR

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 29/10/2012

L’émissaire international pour la Syrie n’a pas réussi à imposer une trêve pour les quatre jours de l’Aïd al-Adha. Une équipe de FRANCE 24 s’est rendue à Alep, où les combats se poursuivent et les blessés continuent d’affluer.

Le cessez-le-feu négocié par Lakhdar Brahimi, émissaire de la Ligue arabe et de l’ONU en Syrie, pour les quatre jours de la fête musulmane de l’Aïd al-Adha, n’a pas tenu. La trêve a définitivement été enterrée ce week-end, les attaques des rebelles succèdant aux raids de l’armée régulière. Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), plus de 300 personnes ont péri à travers le pays dans des combats depuis vendredi, jour où la trêve devait théoriquement entrer en vigueur.

"Le cessez-le-feu est juste dans les médias. Sur le terrain, il n’y a pas de cessez-le-feu", témoigne un médecin de l’hôpital d’Alep au micro d’Assia Shihab, envoyée spéciale de FRANCE 24 dans la deuxième ville de Syrie. "Il y a beaucoup de blessés par snipers. Il y a moins de bombardements aériens mais les attaques au mortier continuent", ajoute celui-ci.

Dans la ville, les coups de feu et le vrombissement des avions de combat restent le lot quotidien des habitants d’Alep. Dans l’hôpital de la ville, les blessés affluent toujours par dizaines chaque jour. Les médecins ne sont pas assez nombreux et les moyens limités. Depuis le début de la bataille d’Alep, qui a commencé il y a trois mois, les habitants ne cessent de fuir la ville quand ils le peuvent.

Menace de pénurie alimentaire

Car, en plus des violences, la pénurie alimentaire guette. "Tout est très cher, les prix sont quatre fois plus élevés qu’avant. Il n’y a pas de travail, pas d’activité, plus rien. Il n’y a pas de lait pour les enfants, constate un habitant de la ville. Les États-Unis disent être les amis des Syriens, la France aussi, mais ils sont les plus nuisibles. En ne faisant rien, ils encouragent Bachar."

Alep est désormais divisée entre les zones contrôlées par les rebelles et les quartiers aux mains de l’armée du régime. De larges parties de la ville sont réduites à l’état de ruine. Les immeubles sont éventrés, les rues jonchées de gravats. Dans cette cité, selon l’OSDH, les combats opposent l’armée à des factions islamistes de la rébellion comme le "Bataillon des soldats de Mahomet", les "Bataillons de l’islam" ou l’influent "Front al-Nosra", des groupes ne relevant pas directement de l’Armée syrienne libre (ASL).

Lundi matin, des combats sporadiques se poursuivaient dans le quartier de Zahra, dans le nord-ouest de la ville, où se situe le quartier général des services de renseignements de l’armée de l’air.

Première publication : 29/10/2012

  • SYRIE

    Malgré l'échec de la trêve, Lakhdar Brahimi entend poursuivre sa mission

    En savoir plus

  • SYRIE

    L'armée syrienne bombarde la province de Damas, la trêve de l'Aïd enterrée

    En savoir plus

  • SYRIE

    Pas de trêve pour l'Aïd en Syrie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)