Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

Afrique

En Afrique du Sud, le conflit social avec les mineurs s’éternise

© AFP

Dernière modification : 30/10/2012

Un incident dans le bassin minier de Rustenburg rappelle que la crise entre mineurs et gouvernement n'est pas réglée. La police a dispersé un millier de mineurs qui empêchaient les pompiers d'intervenir sur un incendie provoqué par les grévistes.

De nouveaux heurts mardi dans le bassin minier de Rustenburg (nord) entre policiers et grévistes d'Amplats sont venus rappeler que la crise sociale qui agite les mines sud-africaines depuis août n'est pas terminée, malgré les efforts du pouvoir pour rassurer les investisseurs internationaux.

Tôt mardi matin, la police a tiré des gaz lacrymogènes, des balles en caoutchouc et des grenades assourdissantes pour disperser un millier de mineurs, qui empêchaient les pompiers d'intervenir sur un incendie.

Des ouvriers d'Amplats, numéro un mondial du platine et filiale du géant minier Anglo American, ont érigé des barricades sur la route qui menait à une station électrique en flammes, probablement incendiée par des grévistes.

Une nouvelle fois, cette crise à Amplats illustre un problème récurrent: un certain nombre de mineurs sud-africains refusent de faire confiance à leur puissant syndicat NUM, jugé trop proche du pouvoir et trop compromis avec le patronat.

Vendredi, la direction d'Amplats et le NUM avaient bien négocié un accord, dans l'espoir de mettre fin à plus de six semaines de grève. La direction acceptait de réembaucher 12.000 ouvriers licenciés pour grève sauvage.

Amplats avait fixé à ce mardi matin la date limite de reprise du travail, en offrant une prime unique de 2.000 rands (178 euros) à ceux qui pointeraient comme prévu.

Mais le noyau dur des grévistes a refusé le compromis et appelé à la poursuite du mouvement.

"Des ouvriers qui voulaient aller travailler en ont été empêchés, ils ont été intimidés", a affirmé à l'AFP un porte-parole du NUM, Lesiba Seshoka. "Ceux qui ne veulent pas aller travailler en ont le droit, mais ils doivent laisser faire ceux qui veulent aller travailler".

"Les ouvriers sont prêts à reprendre le travail si la direction met quelque chose sur la table", a rétorqué pour sa part un représentant des grévistes, Siphamandla Makhanya, joint par téléphone. "On a fait six semaines de grève, ce n'est pas pour revenir au travail les mains vides".

Amplats, où la grève a démarré le 12 septembre, est la dernière grande compagnie minière encore paralysée par la vague de grèves sauvages qui démarré dans le sang à Marikana en août, à l'initiative de mineurs en colère contre le NUM et réclamant de fortes hausses de salaires.

Ces conflits sociaux ont fait au total une soixantaine de morts en deux mois et demi, dont 34 mineurs de Lonmin (platine) abattus par le police le 16 août à Marikana. Les autres ont été pour la plupart victimes de règlements de comptes en marge des conflits intersyndicaux. Deux policiers et des vigiles ont également été tués.

Dans les mines d'or, les grévistes ont majoritairement repris le travail, et des milliers d'entre eux sont revenus à leur poste vendredi dernier au lendemain de la signature d'une nouvelle grille salariale.

Les mineurs d'or avaient déjà perçu une augmentation annuelle le 1er juillet, et au total, ils auront perçu entre 11 et 20,8% d'augmentations cumulées dans l'année.

Les troubles sociaux dans les mines ont coûté 10,1 milliards de rands (912 millions d'euros) à l'industrie minière en 2012, conduisant à une révision à la baisse des prévisions de croissance de l'économie sud-africaine pour l'année à 2,5%.

L'industrie minière et les activités dérivées représentent presque 20% du PIB sud-africain.

Malgré tout, le pouvoir s'efforce de promouvoir l'image d'un pays en bonne santé, accueillant pour les investisseurs internationaux.

"L'Afrique du Sud est un pays au travail", a lancé lundi le chef de l'Etat Jacob Zuma devant la presse étrangère, récusant de récentes analyses d'économistes pointant un début de déclin. L'Afrique du Sud, en tant que jeune démocratie et nation nouvelle, s'en tire remarquablement bien", a ajouté M. Zuma.

Son vice-président --et possible rival pour la prochaine présidentielle-- Kgalema Motlanthe, moins optimiste, avait déclaré le même jour dans le Financial Times que son pays était "dans l'ornière".

AFP

Première publication : 30/10/2012

  • AFRIQUE DU SUD

    De nouveaux heurts éclatent dans des mines sud-africaines

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    Amplats licencie 12 000 mineurs sud-africains en grève sauvage

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    Un mort lors d'affrontements entre policiers et mineurs grévistes en Afrique du Sud

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)