Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Moyen-orient

Premier bombardement aérien sur Damas après l'assassinat d'un général

© AFP

Vidéo par Clémence DIBOUT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/10/2012

Après l'assassinat du général de l'armée de l'air Abdallah Mahmoud al-Khalidi, survenu lundi et revendiqué par l'ASL, un quartier rebelle de Damas a été la cible, pour la première fois depuis le début du conflit, d'un raid d'un chasseur-bombardier.

Damas a été la cible mardi, pour la première fois depuis le début du conflit il y a 19 mois, d'un raid d'un chasseur-bombardier contre un quartier rebelle de la capitale, qui connaît une recrudescence de violences avec l'assassinat d'un général de l'armée de l'air.
              
Face à la dégradation de la situation, l'émissaire international Lakhdar Brahimi était attendu mardi en Chine, après s'être rendu en Russie, deux membres du Conseil de sécurité alliés de Bachar al-Assad.
              
Le ministre turc des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu a rejeté l'appel de son homologue russe Sergueï Lavrov aux pays de la région à ouvrir un dialogue avec le président Assad. Le Qatar, un des bailleurs de fonds et d'armes des insurgés, a accusé le régime syrien de mener une "guerre d'extermination" contre son peuple.
              
"Pour la première fois, la capitale a été la cible d'un chasseur-bombardier qui a largué mardi après-midi quatre bombes sur le quartier de Jobar, dans l'est de Damas", a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Cette organisation basée en Grande-Bretagne s'appuie sur un réseau de militants et de sources médicales dans les hôpitaux civils et militaires à travers le pays.
              
Le bruit, terrifiant, a été entendu dans toute la ville, selon la journaliste de l'AFP à Damas.
Jusqu'à présent, le régime n'utilisait que les hélicoptères pour mitrailler certains quartiers de la capitale.              
                  
L'ASL revendique l'assassinat d'un général

                         
Les appareils militaires ont également bombardé Douma, une localité rebelle au nord de la capitale, faisant "des dizaines de morts et de blessés" selon le directeur de l'OSDH Rami Abdel Rahmane.
              
Et un nouveau raid aérien sur Maaret al-Noomane, une ville stratégique sur la route entre Damas et Alep, a coûté la vie à quatre enfants et trois civils.
              
Au moment où hélicoptères et chasseurs-bombardiers sont devenus la principale arme du régime, le général Abdallah Mahmoud al-Khalidi, membre du commandement général de l'armée de l'air, a été assassiné dans le nord de Damas. L'homme, "un des meilleurs expert en matière d'aviation militaire en Syrie", selon la chaîne officielle syrienne, a été tué lundi par balle par des "terroristes", selon l'agence officielle Sana. Damas qualifie de "terroristes" les opposants et rebelles combattant le régime.
              
L'Armée syrienne libre (ASL) a revendiqué dans un communiqué sur Facebook, le meurtre de cet officier "chargé de l'entraînement de l'armée de l'air", en même temps que celui d'un sergent-chef des redoutables services de renseignements de l'armée de l'air.
              
Ce meurtre est survenu le jour où l'aviation syrienne avait mené les bombardements les plus violents depuis son entrée en action l'été dernier, avec plus de 60 raids au cours de la journée de lundi.


              
Guerre civile ou d'extermination
              
Toujours à Damas, des affrontements ont opposé des rebelles à des Palestiniens pro-régime épaulés par l'armée régulière à Yarmouk, camp de réfugiés dans le sud de la capitale, où vivent quelque 148.500 Palestiniens, ont indiqué une ONG et des militants anti-Bachar.
              
Les heurts ont opposé jusqu'à l'aube les insurgés aux combattants palestiniens du Front Populaire pour la libération de la Palestine-Commandement général (FPLP-CG) d'Ahmad Jibril, un allié indéfectible et de longue date du régime syrien. Selon des militants, l'armée régulière est venue prêter main forte au FPLP-CG. Le porte-parole de cette organisation, Anwar Raja, a indiqué à l'AFP que l'organisation cherchait à "empêcher que le camp soit pris en otage et devienne un champ de bataille".
              
Il y a en Syrie environ 510.000 réfugiés enregistrés à l'UNRWA, l'agence des Nations-Unies chargée des réfugiés palestiniens.
              
Dans le reste du pays, armée et rebelles s'affrontaient dans un quartier de Homs et à Rastane, une localité proche, assiégée depuis des mois par l'armée régulière, ainsi qu'à Alep, la métropole du nord, où les insurgés ont attaqué sur trois fronts dans le nord de la ville. Les violences avaient fait mardi en milieu de journée 36 morts, dont 22 civils, 8 soldats et six rebelles, selon un bilan de l'OSDH.
              
Lundi, le médiateur de l'ONU et de la Ligue arabe a reconnu que la situation ne faisait qu'empirer, estimant: "si ce n'est pas une guerre civile, je ne sais pas ce que c'est".
              
Le Premier ministre du Qatar, Hamad Ben Jassem Al-Thani, a estimé que la Syrie traversait une "guerre d'extermination" contre le peuple syrien "avec un permis de tuer en premier lieu du gouvernement syrien, mais en deuxième lieu de la communauté internationale", paralysée par ses divisions.
              
A Pékin et à Moscou, M. Brahimi, le médiateur de l'ONU et la Ligue arabe devait tenter une nouvelle fois de convaincre les dirigeants de lever leur opposition à une action du Conseil de sécurité de l'ONU.
              
(AFP)

 

Première publication : 30/10/2012

  • SYRIE

    La trêve de l'Aïd el-Adha mise à mal par des violences dans plusieurs régions

    En savoir plus

  • SYRIE

    "Ne pas intervenir en Syrie, c'est renforcer le sentiment anti-occidental"

    En savoir plus

  • ATTENTAT AU LIBAN

    Walid Joumblatt : "J’accuse Assad, ses sbires et son régime meurtrier"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)