Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Et si la gauche assouplissait les 35 heures?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'aime l'entreprise"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

A Gaza, Israël et le Hamas revendiquent la victoire

En savoir plus

DÉBAT

Cessez-le-feu Israël - Hamas : un espoir pour la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls: le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71e Mostra de Venise

En savoir plus

  • Hollande : Assad "n'est pas un partenaire de la lutte contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Contre-offensive des pro-russes à l'Est, Kiev en appelle à l'Otan

    En savoir plus

  • Macron prêt à autoriser "toutes les entreprises" à déroger aux 35 heures

    En savoir plus

  • Le "califat" de Boko Haram : "Un simple coup médiatique"

    En savoir plus

  • La mère de Steven Sotloff implore le "calife" de l’EI d’épargner son fils

    En savoir plus

  • Samuel Eto’o met un terme à sa carrière internationale avec le Cameroun

    En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • Coup d’envoi de la 71e Mostra de Venise

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • France : le chômage atteint un nouveau record en juillet

    En savoir plus

Moyen-orient

Premier bombardement aérien sur Damas après l'assassinat d'un général

© AFP

Vidéo par Clémence DIBOUT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/10/2012

Après l'assassinat du général de l'armée de l'air Abdallah Mahmoud al-Khalidi, survenu lundi et revendiqué par l'ASL, un quartier rebelle de Damas a été la cible, pour la première fois depuis le début du conflit, d'un raid d'un chasseur-bombardier.

Damas a été la cible mardi, pour la première fois depuis le début du conflit il y a 19 mois, d'un raid d'un chasseur-bombardier contre un quartier rebelle de la capitale, qui connaît une recrudescence de violences avec l'assassinat d'un général de l'armée de l'air.
              
Face à la dégradation de la situation, l'émissaire international Lakhdar Brahimi était attendu mardi en Chine, après s'être rendu en Russie, deux membres du Conseil de sécurité alliés de Bachar al-Assad.
              
Le ministre turc des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu a rejeté l'appel de son homologue russe Sergueï Lavrov aux pays de la région à ouvrir un dialogue avec le président Assad. Le Qatar, un des bailleurs de fonds et d'armes des insurgés, a accusé le régime syrien de mener une "guerre d'extermination" contre son peuple.
              
"Pour la première fois, la capitale a été la cible d'un chasseur-bombardier qui a largué mardi après-midi quatre bombes sur le quartier de Jobar, dans l'est de Damas", a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Cette organisation basée en Grande-Bretagne s'appuie sur un réseau de militants et de sources médicales dans les hôpitaux civils et militaires à travers le pays.
              
Le bruit, terrifiant, a été entendu dans toute la ville, selon la journaliste de l'AFP à Damas.
Jusqu'à présent, le régime n'utilisait que les hélicoptères pour mitrailler certains quartiers de la capitale.              
                  
L'ASL revendique l'assassinat d'un général

                         
Les appareils militaires ont également bombardé Douma, une localité rebelle au nord de la capitale, faisant "des dizaines de morts et de blessés" selon le directeur de l'OSDH Rami Abdel Rahmane.
              
Et un nouveau raid aérien sur Maaret al-Noomane, une ville stratégique sur la route entre Damas et Alep, a coûté la vie à quatre enfants et trois civils.
              
Au moment où hélicoptères et chasseurs-bombardiers sont devenus la principale arme du régime, le général Abdallah Mahmoud al-Khalidi, membre du commandement général de l'armée de l'air, a été assassiné dans le nord de Damas. L'homme, "un des meilleurs expert en matière d'aviation militaire en Syrie", selon la chaîne officielle syrienne, a été tué lundi par balle par des "terroristes", selon l'agence officielle Sana. Damas qualifie de "terroristes" les opposants et rebelles combattant le régime.
              
L'Armée syrienne libre (ASL) a revendiqué dans un communiqué sur Facebook, le meurtre de cet officier "chargé de l'entraînement de l'armée de l'air", en même temps que celui d'un sergent-chef des redoutables services de renseignements de l'armée de l'air.
              
Ce meurtre est survenu le jour où l'aviation syrienne avait mené les bombardements les plus violents depuis son entrée en action l'été dernier, avec plus de 60 raids au cours de la journée de lundi.


              
Guerre civile ou d'extermination
              
Toujours à Damas, des affrontements ont opposé des rebelles à des Palestiniens pro-régime épaulés par l'armée régulière à Yarmouk, camp de réfugiés dans le sud de la capitale, où vivent quelque 148.500 Palestiniens, ont indiqué une ONG et des militants anti-Bachar.
              
Les heurts ont opposé jusqu'à l'aube les insurgés aux combattants palestiniens du Front Populaire pour la libération de la Palestine-Commandement général (FPLP-CG) d'Ahmad Jibril, un allié indéfectible et de longue date du régime syrien. Selon des militants, l'armée régulière est venue prêter main forte au FPLP-CG. Le porte-parole de cette organisation, Anwar Raja, a indiqué à l'AFP que l'organisation cherchait à "empêcher que le camp soit pris en otage et devienne un champ de bataille".
              
Il y a en Syrie environ 510.000 réfugiés enregistrés à l'UNRWA, l'agence des Nations-Unies chargée des réfugiés palestiniens.
              
Dans le reste du pays, armée et rebelles s'affrontaient dans un quartier de Homs et à Rastane, une localité proche, assiégée depuis des mois par l'armée régulière, ainsi qu'à Alep, la métropole du nord, où les insurgés ont attaqué sur trois fronts dans le nord de la ville. Les violences avaient fait mardi en milieu de journée 36 morts, dont 22 civils, 8 soldats et six rebelles, selon un bilan de l'OSDH.
              
Lundi, le médiateur de l'ONU et de la Ligue arabe a reconnu que la situation ne faisait qu'empirer, estimant: "si ce n'est pas une guerre civile, je ne sais pas ce que c'est".
              
Le Premier ministre du Qatar, Hamad Ben Jassem Al-Thani, a estimé que la Syrie traversait une "guerre d'extermination" contre le peuple syrien "avec un permis de tuer en premier lieu du gouvernement syrien, mais en deuxième lieu de la communauté internationale", paralysée par ses divisions.
              
A Pékin et à Moscou, M. Brahimi, le médiateur de l'ONU et la Ligue arabe devait tenter une nouvelle fois de convaincre les dirigeants de lever leur opposition à une action du Conseil de sécurité de l'ONU.
              
(AFP)

 

Première publication : 30/10/2012

  • SYRIE

    La trêve de l'Aïd el-Adha mise à mal par des violences dans plusieurs régions

    En savoir plus

  • SYRIE

    "Ne pas intervenir en Syrie, c'est renforcer le sentiment anti-occidental"

    En savoir plus

  • ATTENTAT AU LIBAN

    Walid Joumblatt : "J’accuse Assad, ses sbires et son régime meurtrier"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)