Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

Culture

Quatre finalistes en lice pour le prix Goncourt

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/10/2012

Jérôme Ferrari, Linda Lê, Joël Dicker et Patrick Deville sont les quatre finalistes du prix Goncourt dont l'ultime sélection a été proclamée mardi au Salon du livre francophone de Beyrouth. Le prix littéraire sera décerné le 7 novembre à Paris.

L'Académie Goncourt a annoncé mardi à l'AFP depuis Beyrouth le nom des quatre finalistes en lice pour le plus prestigieux des prix littéraires français, décerné le 7 novembre à Paris: Patrick Deville, Joël Dicker, Jérôme Ferrari et Linda Lê.
              
Les jurés du Goncourt ont décidé de proclamer leur ultime sélection depuis le Salon du livre francophone de Beyrouth, en dépit des troubles qui secouent le Liban.
              
"Notre présence à Beyrouth est importante symboliquement pour la francophonie et pour le Salon du livre. Les Libanais en sont très touchés", a souligné l'un des jurés, Pierre Assouline, joint par téléphone depuis Paris. L'écrivain et journaliste a rejoint l'Académie Goncourt en janvier, avec le romancier et réalisateur Philippe Claudel.
              
Les académiciens, y compris leur présidente Edmonde Charles-Roux, 92 ans, sont arrivés lundi au Liban et repartiront jeudi. Sur les dix "couverts" du jury, seuls Philippe Claudel, actuellement en tournage, Françoise Chandernagor, privée de voyage pour raisons de santé, et Patrick Rambaud, n'ont pas fait le déplacement. Mais leurs votes ont été enregistrés en bonne et due forme.
              
Voici les ouvrages sélectionnés par ordre alphabétique d'auteurs:
              
- Patrick Deville "Peste et choléra" (Seuil)
              
- Joël Dicker "La vérité sur l'affaire Harry Québert" (Fallois)
              
- Jérôme Ferrari "Le sermon sur la chute de Rome" (Actes Sud)
              
- Linda Lê "Lame de fond" (Bourgois)
              
Il n'y a aucun roman Grasset ni Gallimard dans ce cru 2012, qui fait la part belle à à deux petits éditeurs et à deux groupes (La Martinière et Actes Sud) et reste beaucoup plus ouvert que ces dernières années.
              
"Pas une fois nous n'avons évoqué les éditeurs, la question ne s'est même pas posée", assure à l'AFP Pierre Assouline.
              
"Comme le fait mon confrère juré Bernard Pivot sur Twitter, j'ai déjà évoqué mes coups de coeur sur mon blog", ajoute-t-il. Mais l'écrivain l'affirme: "Les jeux ne sont pas faits. On ne saura vraiment qui est le lauréat que quelques minutes avant la proclamation!".
              
Déjà couronné par l'Académie française jeudi, le jeune Suisse de 27 ans Joël Dicker pourrait faire coup double. Rien ne l'interdit.
              
En 2006, Jonathan Littell avait été sacré par le Grand prix du roman de l'Académie française et le Goncourt pour "Les Bienveillantes". C'est aussi grâce à ce roman que l'écrivain né à New York en 1967 avait obtenu la nationalité française l'année suivante.
              
En 1997, Patrick Rambaud avait réalisé aussi un doublé Académie Française-Goncourt pour "La Bataille" (Grasset). Andreï Makine avait été sacré par le Médicis, le Goncourt et le Goncourt des lycéens en 1995 pour "Le Testament français".
              
Romain Gary avait quant à lui reçu deux fois le Goncourt, en 1956 pour "Les Racines du mal", et en 1975, sous le pseudonyme d'Emile Ajar pour "La Vie devant soi".
              
Quant à Jérôme Ferrari et Patrick Deville, ils pourraient être déjà couronnés le 5 novembre par le Femina. Patrick Deville reste aussi dans la course pour le Médicis, attribué le 6 novembre et dans la sélection du Renaudot. Jérôme Ferrari est également dans la sélection de l'Interallié, décerné le 14 novembre.
              
Fidèle à la tradition, le palmarès sera proclamé à la mi-journée chez Drouant, sélect restaurant parisien, en même temps que celui du Renaudot.
              
Le Goncourt est le plus convoité des prix littéraires. Il assure à son lauréat la consécration, la Une des médias et un tirage de près de 400.000 exemplaires. Il avait couronné en 2011 Alexis Jenni pour son premier roman, "L'Art français de la guerre" (Gallimard).

AFP    

Première publication : 30/10/2012

  • LITTÉRATURE

    Le Goncourt, cirque médiatique ou prix littéraire de prestige ?

    En savoir plus

  • LITTÉRATURE

    Le premier roman d'Alexis Jenni, grand favori du Goncourt

    En savoir plus

  • PRIX LITTÉRAIRES

    Michel Houellebecq remporte le Goncourt, Virginie Despentes le Renaudot

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)