Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Arrestation du capitaine du ferry naufragé en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

Amériques

"À New York et dans le New Jersey, ils vont se souvenir longtemps de Sandy"

© AFP

Texte par Julien PEYRON , Jon FROSCH

Dernière modification : 02/11/2012

Bryan Koon est directeur du centre de gestion des désastres de Floride, un État habitué aux ouragans et dont de nombreux experts ont été envoyés en renfort dans le nord-est du pays. Pour FRANCE 24, il analyse la situation après le passage de Sandy.

Bryan Koon, directeur du centre de gestion des désastres de Floride, analyse pour FRANCE 24 les conséquences du passage de l'ouragan Sandy.

Etes-vous en contact avec les équipes de secours dans le nord-est des États-Unis ? Quelle est la situation sur le terrain ?

Bryan Koon : Tous les centres de gestion des désastres du pays collaborent et nous sommes tous mobilisés pour aider nos collègues du nord-est. Nous qui sommes habitués à gérer les ouragans, nous avons envoyé des hommes pour leur prêter main forte : des experts médicaux, des spécialistes des effondrements, etc.

D’après les nouvelles que nous avons ici, les sauveteurs sur place font un excellent travail. C’est d’autant plus remarquable que dans cette partie des États-Unis, ils sont peu habitués aux ouragans et surtout pas d’une telle ampleur. C’est une situation inédite pour eux.

De plus, les infrastructures de la région sont bien moins résistantes aux tempêtes que celles de Floride ou de Louisiane, où celles-ci sont bien plus fréquentes. Leurs routes, leurs installations électriques, leurs digues sont plus fragiles que celles de Miami ou de la Nouvelle-Orléans. Ce qui est sûr, c’est que dans le New Jersey et à New York, ils vont se souvenir longtemps de Sandy.

Peut-on parler d’un "Katrina de la côte est", comme certains l’ont suggéré ?

B. K. : Non, il faut relativiser. En termes de puissance et de pertes humaines, Sandy n’a rien à voir avec Katrina ou les gros ouragans qui ont frappé ces dernières années le golfe du Mexique. Mais étant donné la densité de population qui vit dans les zones touchées, le montant des dégâts va néanmoins être très important.

Pensez-vous que le scrutin présidentiel du 6 novembre va être reporté ?

B. K. : Sans doute pas. J’ai confiance dans les équipes de secours. Avant la présidentielle de 2004, des ouragans avaient frappé la Floride. Mais nous avions travaillé dur pour que le scrutin se déroule le jour prévu. Je pense qu’il en sera de même pour cette élection.

Mitt Romney veut réduire l’importance de l’Etat fédéral. Ce genre de catastrophe naturelle fait-elle le jeu de ses adversaires démocrates, qui sont eux en faveur d’un État puissant qui protège ses habitants en cas de péril ?

B. K. : Le gouvernement fédéral seul ne peut pas tout faire. Des volontaires, des sociétés privées et l’ensemble des citoyens de ce pays ont un rôle à jouer dans ce genre de situation. Je pense que le président, le gouvernement fédéral et les États ont bien pris la mesure de l’ampleur des dégâts. Ils sont mobilisés et font ce qu’il faut pour aider les gens.

Si l‘Amérique semblait divisée avant l’élection, ce désastre peut nous permettre de nous ressouder. Lorsque ce genre d’événement dramatique se produit, les gens font en sorte de donner le meilleur d’eux-mêmes.

Première publication : 31/10/2012

  • ÉTATS-UNIS

    Après le passage de Sandy, la côte est des États-Unis se réveille groggy

    En savoir plus

  • INTEMPÉRIES

    La côte est des États-Unis panse ses plaies après le passage de Sandy

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Sandy, un cyclone à plusieurs dizaines de milliards de dollars

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)