Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

SUR LE NET

Gaza : Tsahal et le Hamas s'affrontent aussi en ligne

En savoir plus

  • En direct : 51 Français à bord du vol AH5017 d'Air Algérie

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • Tour de France : "Depuis le temps qu'un Italien n'a pas gagné !"

    En savoir plus

  • "Le conflit israélo-palestinien est importé en France depuis longtemps"

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

FRANCE

Un imam radical expulsé du territoire français pour avoir "valorisé le djihad violent"

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 31/10/2012

Le responsable religieux de la mosquée Omar à Paris a été expulsé mercredi du territoire français, a annoncé le ministre de l'Intérieur Manuel Valls, qui a décidé de se montrer "intransigeant envers ceux qui profèrent des discours de haine".

L'imam Mohamed Hammami, responsable religieux de la mosquée Omar, située dans le 11e arrondissement de Paris, a été expulsé mercredi du territoire français pour avoir "valorisé le djihad violent, proféré des propos antisémites et justifié le recours à la violence" contre les femmes, a indiqué le ministre français de l’Intérieur Manuel Valls.

Il a été éloigné vers la Tunisie, pays dont il est ressortissant, précise-t-il dans un communiqué.
 
"Je crois qu'il a été arrêté par la DCRI (Direction centrale du renseignement intérieur), dans la rue, aujourd'hui à Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne) où il habite", avant d'être conduit à l'aéroport, a déclaré à l'AFP le fils du religieux, Hamadi Hammami.
 
Le gouvernement intransigeant
 
Après le démantèlement d'une cellule islamiste au début du mois d’octobre, le gouvernement avait prévenu qu’il se montrerait sans concession envers les imams "auto-proclamés" qui font "passer des doctrines de haine" et constituent une "menace pour la société française".
 
"Nous avons décidé d'être intransigeants à l'égard de tous ceux qui profèrent des discours de haine à l'égard de la République et de nos valeurs et de procéder à l'expulsion de responsables, de militants religieux qui prônent un islam radical", a confirmé mercredi M. Valls à la presse.
             
Et pour l'Intérieur, les faits reprochés au religieux "sont particulièrement graves". "Lors de ses prêches", souligne le ministère, l'imam "a tenu des propos ouvertement hostiles envers les valeurs de la République".
 
Mohammed Hammami dans le collimateur de l’État
 
En France depuis des décennies, Mohammed Hammami, qui a cinq enfants majeurs et 19 petits-enfants, est dans le collimateur du gouvernement français depuis plusieurs mois. Le prédécesseur UMP de Manuel Valls à l’Intérieur, Claude Guéant, avait accusé l’imam en janvier dernier d'avoir tenu "des propos violemment antisémites" et d'avoir appelé "à fouetter, à mort, la femme adultère". Il avait ensuite engagé la procédure visant à l’éloigner  du territoire.
 
Âgé de 77 ans et peinant à se mouvoir, Mohammed Hammami avait cependant contesté la totalité des accusations, dénonçant une "diabolisation", avant de se faire hospitaliser. Appartenant à l'association Foi et Pratique, qui se réclame de la mouvance rigoriste tabligh, l'imam officiait régulièrement à la mosquée Omar jusqu'à il y a trois ans.
             
Le 5 mai, ses avoirs avaient été gelés par le ministère de l'Économie, ainsi que ceux de son épouse dix jours plus tard. Cependant, la commission d'expulsion, dont l'avis n'est que consultatif, avait rendu un avis défavorable à l'expulsion de l'imam, estimant que son "expulsion porterait atteinte à sa vie familiale".
 
Claude Guéant avait déjà expulsé cinq islamistes considérés comme radicaux, dont trois imams, pour atteinte aux intérêts fondamentaux de l'État. Ces expulsions faisaient suite à un coup de filet dans la mouvance islamiste, une mesure prise quelques jours après la mort de Mohamed Merah, l'auteur des sept meurtres commis fin mars à Toulouse et Montauban.

Première publication : 31/10/2012

  • FRANCE

    Affaire Merah : le rapport de la police des polices accable le renseignement intérieur

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Islamisme radical en France : "l'affaire Merah a fait sauter un verrou"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Les salafistes à Paris : "Il n'y a pas de défaillance du renseignement", selon Alain Bauer

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)