Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Baptême du feu pour Donald Trump et Emmanuel Macron devant l'ONU

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : l’opposante Diane Rwigara sort du silence

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Florian Philippot : "La refondation du FN se passe assez mal"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Kalfon : "On peut faire de la politique en dehors du 7e arrondissement de Paris"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marc Dugain explore la face sombre de l'Amérique des Kennedy

En savoir plus

FOCUS

Un an après les JO, Rio de Janeiro gangrenée par la crise et la violence

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Waszczykowski : "Les mots de Macron envers la Pologne n'étaient pas nécessaires"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

ONU : comment l'organisation est-elle financée ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Baptêmes du feu à l'ONU"

En savoir plus

Economie

Kim Dotcom annonce le retour d'un Megaupload "indestructible"

© Capture d'écran FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/11/2012

Sous le coup d'une menace d'extradition vers les États-Unis, le sulfureux Kim Dotcom annonce le lancement le 20 janvier d'un nouveau site de téléchargements et de streaming. Au risque de faire un nouveau passage par la case prison.

"Le 20 janvier, ce bouton changera le monde." Kim Schmitz, alias Kim Dotcom, a confirmé, jeudi 1er novembre, la date de lancement d'une nouvelle version de l'ancien site de téléchargement et de streaming Megaupload, baptisée Mega et annoncée comme "indestructible".

Bête noire du gouvernement américain, qui entend le juger pour violation de droits d'auteurs, le sulfureux Kim Schmitz a une nouvelle fois créé l'événement. L'annonce de la date de lancement de Mega a été retardée d'environ une heure après que le site kim.com a été pris d'assaut. Un engouement qui a réjoui Kim Schmitz, qui a commenté l'opération via son compte Twitter.

"Les serveurs sont surchargés. J'ajoute de la capacité. Arrêtez de rafraîchir le site", a-t-il écrit sur le site de microblogging. "Tous les agents du FBI rafraîchissent le site. On peut voir leurs adresses IP !"

Sa liberté conditionnelle menacée ?

La date choisie pour le lancement de Mega est loin d’être le fruit du hasard. Megaupload devrait faire son retour un an jour pour jour après l'arrestation de son fondateur Kim Schmitz en Nouvelle-Zélande, à la demande du FBI américain. Les États-Unis accusent les responsables de la plateforme d'avoir amassé frauduleusement un pactole de 175 millions de dollars (135 millions d'euros) en proposant des copies piratées de films, de programmes télévisés et d'autres contenus. Une accusation contestée par Kim Schmitz, qui affirme que Megaupload se battait contre le téléchargement illégal.

Kim Schmitz, alias Kim Dotcom, 38 ans. Allemand, il réside en Nouvelle-Zélande. (Photo AFP)

La demande d'extradition du millionnaire vers les États-Unis devrait être étudiée en mars par la justice néo-zélandaise. Libéré sous caution le 22 février après avoir passé un mois en prison, Kim Schmitz est aujourd’hui assigné à résidence dans sa luxueuse propriété d'Auckland.

Le lancement de Mega peut-il remettre en cause sa liberté conditionnelle ? Selon le site TechDirt, qui publie un rapport de justice daté du 24 octobre, le département de la Justice américain a prévenu Kim Schmitz qu'il violerait les conditions de sa liberté sous caution s'il lançait un nouveau site. Et, dans une déclaration sous serment faite en janvier en Nouvelle-Zélande, le patron de feu Megaupload se serait engagé à ne pas relancer une telle entreprise.

"Si le défendeur Dotcom a intentionnellement induit le tribunal de Nouvelle-Zélande en erreur sur ses intentions et ses capacités de façon à obtenir sa remise en liberté, la situation de liberté sous caution de Dotcom pourrait être mise en danger ou il pourrait même être exposé à des chefs d'accusation supplémentaires", prévient la justice américaine.

Des algorithmes de cryptage avancés 

Si Kim Schmitz est susceptible de retourner à la case prison, son nouveau site et ses collaborateurs devraient, eux, pouvoir échapper aux poursuites judiciaires. Mega utilisera des technologies de cryptage avancées et seuls les utilisateurs possèderont la clé nécessaire à la lecture des fichiers. Cette clé ne sera pas stockée et les administrateurs de Mega n'en auront pas de copie : ils seront donc, en théorie, intouchables sur le plan légal.

Les fichiers, eux, seront répartis sur des milliers de serveurs à travers la planète. Mega n'aura pas de partenaires basés aux États-Unis.

S'il a bien lieu le 20 janvier 2013, le lancement de Mega devrait en tout cas faire des heureux. Avant son extinction, Megaupload figurait parmi les 15 sites les plus fréquentés au monde. Avec 50 millions de personnes par jour, le site ne comptait pas moins de 180 millions d’abonnés.

 

Première publication : 01/11/2012

  • INTERNET

    Le patron de Megaupload sort du silence et conteste les accusations du FBI

    En savoir plus

  • L'ENTRETIEN

    "L'internet vit une dérive fasciste", selon l'un des responsables français de Megaupload

    En savoir plus

  • Megaupload décapité

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)