Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

Amériques

Après Sandy, New York retrouve peu à peu ses esprits

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Dernière modification : 01/11/2012

Après le passage de la tempête Sandy, qui a fait au moins 63 morts dans l'est des États-Unis, la vie à New York reprend peu à peu son cours. L'électricité demeure cependant coupée dans une partie de Manhattan et la circulation du métro reste limitée.

Une fuite dans une raffinerie fait craindre une marée noire au large de New York

Plus d'un million de litres de carburant diesel se sont déversés au large de New York après le passage dévastateur de l'ouragan Sandy, et les efforts pour nettoyer les eaux se poursuivaient jeudi, a rapporté jeudi la chaîne de télévision CNN.

La fuite de quelque 1,136 million de litres a été provoquée par une rupture dans un réservoir d'une raffinerie du New Jersey proche de New York, appartenant à la société Motiva, contrôlée par le géant du pétrole Shell.

Les garde-côtes américains organisent les opérations de nettoyage, avec une centaine d'hommes qui installent des barrages flottants autour de la fuite, a précisé CNN.

Ni les services des garde-côtes ni Shell n'étaient disponibles dans l'immédiat pour commenter ces informations.
 

Après le passage de la tempête Sandy, dans les quartiers sud de Manhattan privés depuis deux jours d'électricité, habitants et commerçants s'adaptent comme ils peuvent à la situation, dans une atmosphère de tranquillité et de pénombre quasi irréelle pour New York.

La côte atlantique est ravagée par la tempête qui s'est abattue dans la nuit du 30 au 31 octobre sur le nord-est des États-Unis et fait au moins 72 morts dans le pays selon les médias américains (144 en comptant les victimes dans les Caraïbes et au Canada).

Le métro, à l'arrêt depuis dimanche, qui transporte habituellement chaque jour quelque 5,5 millions de passagers, a recommencé à circuler de manière "limitée" jeudi matin, a confirmé le maire Michael Bloomberg. Les bus, gratuits, circulent à nouveau presque normalement, mais Manhattan menaçait d'être asphyxiée mercredi par les voitures. Michael Bloomberg a prévenu qu'elles ne seraient plus autorisées à utiliser les ponts venant de l'est si elles ne transportaient pas au moins trois passagers.

Il a également annoncé que les écoles resteraient fermées jeudi et vendredi, mais confirmé que le fameux marathon de New York aurait bien lieu dimanche. Et alors que 650 000 New-Yorkais restent privés d'électricité, dont 230 000 dans la partie sud de Manhattan, il a exprimé l'espoir que le courant "soit largement rétabli d'ici dimanche". Soucieux de montrer que sa ville avait redémarré, le maire de New York a lui même sonné la cloche de la Bourse à 09h30 (13h30 GMT), fermée pendant deux jours. Les aéroports internationaux John F. Kennedy et Newark Liberty ont rouvert, mais le service reste très limité et les passagers sont invités à se renseigner avant de s'y rendre.

Au sud, des milliers de gratte-ciel plongés dans le noir

Malgré les difficultés, les New-Yorkais, ont repris tant bien que mal le chemin du travail. Les bus étaient bondés mercredi, les milliers de taxis pris d'assaut, et certaines avenues complètement embouteillées. Dans le nord de Manhattan, les camions de livraison étaient de retour, tout comme les petits chariots ambulants devant lesquels patientaient parfois de longues files de touristes. Nombre de magasins et de restaurants ont aussi rouvert, ainsi que les musées, et le Lincoln Center offrait mercredi soir un opéra au titre de circonstance, "The Tempest" de Thomas Ades.

L'impact économique de Sandy

Mais toute la moitié sud de Manhattan, en dessous de l'Empire State Building, restait privée d'électricité, offrant à la nuit tombée la vision fantômatique de milliers de gratte-ciel plongés dans le noir, et de rues sans éclairage public, surveillées par des voitures de police.

Dans cette partie de la ville, un troisième hopital, le Bellevue, qui fonctionnait grâce à des générateurs et dont les sous-sols avaient été envahis de millions de litres d'eau durant Sandy, a dû être complètement évacué mercredi de ses 500 malades.

Les magasins, bars et restaurants, habituellement si animés, étaient toujours fermés. La parade d'Halloween dans Greenwich village a été reportée à une date non précisée. Dans les immeubles résidentiels, les habitants privés d'électricité et parfois d'eau, sont souvent partis loger ailleurs. Mais ceux qui sont restés s'organisent au mieux, remontant régulièrement vers le nord pour acheter à manger et charger téléphones et ordinateurs, indispensables à leur quotidien. Certains immeubles ont organisé une distribution gratuite de lampes de poche et d'eau, d'autres ont même installé des toilettes portables pour leurs résidents privés d'eau. Dans le quartier huppé de Chelsea, Daniel Lekner doit grimper 20 étages à pied pour rentrer chez lui. "C'est un bon entraînement", dit le jeune Allemand. "Je cours le marathon dimanche".

FRANCE 24 avec dépêches


Première publication : 01/11/2012

  • ÉTATS-UNIS

    Du New Jersey, Barack Obama promet son soutien aux sinistrés de Sandy

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Ouragan Sandy : "un désastre qui doit ressouder une Amérique divisée"

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    En images : après le passage de Sandy, un air de désolation

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)