Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Mines d'uranium en Inde : les populations sacrifiées de Jadugoda

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Nouveaux jardins d'idées

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ottawa, la fin de l'innocence"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les "étudiants attardés" du PS"

En savoir plus

DÉBAT

France - migrants illégaux : l'impasse calaisienne

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak : à quel prix ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Entretien exclusif avec José Manuel Barroso, président de la Commission européenne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Magic in the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Total, premier groupe pétrolier en Afrique, a perdu son PDG Christophe de Margerie

En savoir plus

FRANCE

Affaire Merah : Claude Guéant reconnaît quelques défaillances

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 02/11/2012

Ministre de l'Intérieur pendant l'affaire Merah, Claude Guéant a reconnu, ce vendredi, une "défaillance" pendant l'intervention du RAID, en mars dernier : le tueur a pu aller téléphoner hors de son domicile en déjouant la surveillance de la police.

L’ancien ministre de l’Intérieur UMP, Claude Guéant, a défendu, ce vendredi 2 novembre, sur l'antenne d'Europe 1, la surveillance menée contre le tueur au scooter, tout en reconnaissant une défaillance lors de l’intervention de l’unité d’élite du RAID pour le neutraliser.

"Je reconnais qu’il y a eu une défaillance pendant l’intervention : c’est lorsque Merah est sorti de son domicile pour aller téléphoner [mercredi 20 mars], déjouant (...) la surveillance de la police", a-t-il dit sur Europe 1.

Cette nuit là, en effet, vers 1h du matin, l'auteur des fusillades de Montauban et de Toulouse avait téléphoné puis parlé "un peu plus de 11 minutes" à la journaliste Ebba Kalondo, rédactrice en chef à FRANCE 24, pour revendiquer les attentats et donner des détails sur ses motivations. L'appel avait été donné depuis une cabine téléphonique située à une centaine de mètres à peine du domicile du tueur, dans le quartier de la Côte-Pavée.

Un récent rapport de l’IGPN (police des polices) sur l’affaire Merah a mis en évidence une série de "défaillances objectives" tout en se gardant de mettre en cause les responsables policiers de l’époque.

FRANCE 24 avec dépêches
 

Première publication : 02/11/2012

  • REPORTAGE

    Hollande et Netanyahou rendent hommage aux victimes de Mohamed Merah

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le fonctionnement de la DCRI pointé du doigt dans l'affaire Merah

    En savoir plus

  • FRANCE

    Affaire Merah : le rapport de la police des polices accable le renseignement intérieur

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)