Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre l'État islamique

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : croissance, inflation... Tableau noir pour l'exécutif?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Adèle Haenel, nouveau visage du cinéma français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Gaza : pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Ce qu'il faut retenir de la vidéo de la décapitation de James Foley par l'EI

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • La Fifa interdit au FC Barcelone de recruter

    En savoir plus

  • Au bord de l'éruption, le volcan islandais Bardarbunga menace le trafic aérien

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

Amériques

Le marathon de New York annulé après le passage de Sandy

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/11/2012

En raison des dégâts provoqués par le passage de l'ouragan Sandy, le marathon de New York, qui devait avoir lieu dimanche 4 novembre, est annulé, a annoncé le maire de la ville, Michael Bloomberg.

Le célèbre marathon de New York, qui devait avoir lieu dimanche, a finalement été annulé après une vive polémique, tandis que la ville et le New Jersey voisin se remettent difficilement du passage dévastateur de l'ouragan Sandy.

Après s'être obstiné toute la journée, Michael Bloomberg a finalement annulé le marathon vendredi soir, cédant devant les protestations de ses administrés et de certains élus, qui y voyaient un affront aux sinistrés et aux victimes de Sandy --la tempête a fait au moins 95 morts aux Etats-Unis et au Canada, dont 41 à New York.

Les précisions de notre correspondant à New York



Bien que des centaines de milliers de New-Yorkais soient toujours privés d'électricité, de chauffage ou d'eau, Michael Bloomberg entendait suivre l'exemple de son prédécesseur Rudy Giuliani, qui avait maintenu la course après les attentats du 11 septembre 2001.

Mais les protestations se faisaient de plus en plus virulentes. "Ceux qui veulent courir, nous leur demandons de venir à Coney Island et de livrer de l'eau et de la nourriture en haut des immeubles résidentiels", s'était emporté le démocrate Domenic Recchia, conseiller municipal local.

Même réaction indignée du républicain Michael Grimm, élu de New York à la Chambre des représentants: "Des gens sont morts, des familles n'ont plus de logement, et la ville se soucie du marathon?".

Quelque 47.000 coureurs venus du monde entier, qui ont souvent réservé et payé des mois à l'avance, devaient s'élancer dimanche du célèbre pont Verrazzano.

Côté électricité, la situation s'est toutefois nettement améliorée dans la ville. Con Edison, le distributeur local, a annoncé vendredi avoir reconnecté plus de 100.000 abonnés dans le sud de Manhattan, premier progrès réel dans ce secteur de la ville depuis le passage de Sandy lundi.

Mais des dizaines de milliers d'abonnés restaient encore sans courant samedi matin dans la ville.

Certaines parties de l'agglomération new-yorkaise ne devraient pas retrouver la lumière avant le 11 novembre.

Trouver de l'essence, problème numéro 1

Les États-Unis se préparent à l'élection présidentielle
Aux automobilistes qui patientent des heures devant les rares stations-service ouvertes, M. Bloomberg a aussi promis des progrès. Un pipeline alimentant New York doit recommencer à amener du carburant aux pompes et une péniche bloquée dans le port avec 64.000 barils de pétrole a été remise en service.

Car le problème numéro un est de trouver de l'essence, surtout dans les banlieues et dans les petites villes du New Jersey où vivre sans voiture est impossible. La patience des automobilistes, qui font jusqu'à trois heures de queue pour remplir leur réservoir ou un jerrycan pour leur générateur, est à bout et des altercations tendues éclatent parfois.

Les critiques se concentrent aussi sur les fournisseurs d'électricité, qui peinent à reconnecter des milliers de lignes abattues par le vent ou noyées par les crues. Car sans électricité, l'eau n'arrive pas dans les gratte-ciels, le chauffage manque, et les rames de métro restent à l'arrêt dans les quartiers touchés.

Le gouverneur Andrew Cuomo a de nouveau mis en garde les fournisseurs vendredi: "Les gens paient leur facture et ils ont droit à des résultats".

Les opérateurs de télécoms continuent aussi d'avoir des difficultés pour couvrir les zones les plus touchées. Selon le numéro deux du marché, Verizon, la réparation des dégâts "pourrait prendre un certain temps".

Côté transports, les autobus circulent normalement et le métro et les trains de banlieue ont repris progressivement. Mais le métro, qui transporte habituellement 5,5 millions de voyageurs par jour, ne descend toujours pas en-dessous de la 34e rue.

Pour limiter les embouteillages, la police a fait respecter vendredi un covoiturage obligatoire (au moins trois personnes par véhicule) sur les ponts menant à Manhattan. La mesure a été levée vendredi soir.

Les célèbres taxis jaunes de New York, moins nombreux que d'ordinaire par manque de carburant, étaient autorisés à prendre plusieurs passagers qui se partagent la course.

Barack Obama a remercié samedi tous les membres dses équipes de secours, ainsi que les troupes de la Garde nationale, grâce auxquelles 290.000 repas et 500.000 bouteilles d'eau ont été distribués lors de la première journée d'aide d'urgence à New York, selon M. Bloomberg.

Les infirmières et médecins du Centre médical de l'Université de New York ont évacué les nouveaux-nés, les pompiers de l'arrondissement du Queens ont combattu un imposant incendie dans les rues inondées, et les gardes côtes ont sauvé l'équipage d'un navire coulant au large de la côte de Caroline du Nord, a affirmé M. Obama.

Le président a aussi assuré que le pays serait là pour aider les millions d'Américains touchés par la catastrophe.

"Nous sommes Américains. Quand les temps sont durs, nous nous endurcissons. Nous faisons passer les autres d'abord. Nous parcourons cette distance supplémentaire. Nous ouvrons notre coeur et nos maisons à chacun, comme une grande famille américaine. Nous nous rétablissons, nous reconstruisons, nous revenons plus forts - et ensemble nous allons faire cela une fois de plus", a-t-il dit.

Dans le New Jersey, où Sandy a frappé particulièrement durement, privant d'électricité 1,5 million de personnes et faisant 14 morts, les autorités locales ont mis en garde contre l'utilisation des générateurs: cinq personnes sont mortes depuis lundi, empoisonnées par le monoxyde de carbone.

AFP

Première publication : 02/11/2012

  • ÉTATS-UNIS

    Le bilan des victimes de Sandy ne cesse de s'alourdir

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Après Sandy, New York retrouve peu à peu ses esprits

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)