Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : au coeur des monts Sinjar

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

FOCUS

El Hierro, première île 100 % énergies renouvelables, peut-elle être un modèle pour la planète ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Obama et les attentes irréalistes des noirs américains"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Montréal, toute une histoire

En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • RDC : le retour tant espéré des réfugiés angolais dans leur pays

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

  • Présidentielle 2017 : Alain Juppé candidat à la primaire de l'UMP

    En savoir plus

  • Glissements de terrain meurtriers à Hiroshima

    En savoir plus

  • Steve Ballmer, le directeur général de Microsoft, annonce son retrait

    En savoir plus

  • L'État islamique annonce avoir décapité un journaliste américain

    En savoir plus

  • L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • L'opposition pakistanaise pénètre dans la zone rouge d’Islamabad

    En savoir plus

  • Libération : raconter l’été 44 au-delà des "moments de gloire et de triomphe"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : une enquête judiciaire ouverte après le coup de tête de Brandao

    En savoir plus

  • Championnat d'Europe : Florent Manaudou vainqueur ex æquo sur 50 m papillon

    En savoir plus

  • Le prince saoudien braqué à Paris est un fils du roi Fahd mort en 2005

    En savoir plus

  • Émeutes de Ferguson : les États-Unis face à leurs vieux démons racistes

    En savoir plus

  • Carte interactive : "Ici est tombé" pour la Libération de Paris

    En savoir plus

  • Libération de Paris : "J'accueillais mes libérateurs"

    En savoir plus

  • Dans l’est de l'Ukraine, Lougansk en proie à d’intenses combats

    En savoir plus

SPORT

Guy Forget souhaite déplacer le tournoi de Paris-Bercy en février

© AFP

Texte par Sylvain MORNET

Dernière modification : 06/11/2013

Guy Forget a fait le bilan de sa première année en tant que directeur du Masters 1000 de Paris-Bercy, remporté dimanche par David Ferrer. Une édition 2012 minée par les forfaits et les éliminations précoces de joueurs majeurs. Interview.

Le directeur du tournoi Masters 1000 de Paris-Bercy, Guy Forget, s'est présenté, ce dimanche, devant la presse pour faire le bilan de cette édition 2012, sa première à la tête de l'épreuve parisienne.

Au premier chef, l'ancien capitaine de l'équipe de France de Coupe Davis a exprimé sa volonté de déplacer le tournoi en février ou, si cela ne pouvait être le cas, d'insérer une semaine de repos entre le Masters 1000 de Paris-Bercy et le Masters de Londres (le dernier tournoi de la saison qui réunit les huit meilleurs joueurs mondiaux). Car la proximité immédiate de l'épreuve londonienne, qui débute ce lundi, a entraîné les éliminations précoces de certains joueurs majeurs comme Novak Djokovic, Andy Murray ou encore Janko Tipsarevic.

Guy, vous avez été gâté pour un premier tournoi !
Guy Forget : J'ai tendance à voir la bouteille à moitié pleine. J'ai vu des matches exceptionnels. J'ai vu, pour certains, de belles histoires qui étaient en train de s'écrire. Il y a aussi des choses qui nous amènent à réfléchir sur l'avenir du tournoi.

Mais on a battu le record, cette année, en termes de billetterie. Les gens, dans la salle, ont vu des choses formidables. C'est ce que j'ai envie de retenir. Je pense que j'ai eu un peu de malchance en tant que directeur de tournoi avec les troubles gastriques de Djokovic, le manque de vigilance d'Andy Murray et le forfait de Roger Federer. Tant pis pour eux. Et malgré tout, dans cette salle, il s'est passé des choses très chouettes.

Cette hécatombe des joueurs majeurs cette semaine va être considérée comme un coup de malchance ou des choses structurelles vont se mettre en place pour 2014 ?
G.F. : On a eu un peu de malchance, on ne va pas le nier. Pour autant, je vais à Londres la semaine prochaine pour continuer de discuter avec les dirigeants de l'ATP et les joueurs, aussi. Il faut préparer l'avenir.

Nous allons continuer de défendre les intérêts de notre tournoi et d'essayer de trouver la meilleure place. Il semblerait que le futur calendrier soit repoussé, ce sont des rumeurs. Nous suivons cela de très près. Ce sont les joueurs et l'ATP qui sont maîtres de ce calendrier.

Cela veut dire que l'idée de déplacer le tournoi en février est oubliée ?
G.F. : Bien sûr que non. Aujourd'hui, une vraie réforme importante est entreprise par l'ATP pour placer, notamment Bercy, en février. Beaucoup de joueurs y sont très favorables, et parmi les meilleurs. Des joueurs de terre battue s'y sont opposés et l'ATP souhaite avoir une majorité de joueurs d'accord. Ils ne peuvent pas aller au clash avec les joueurs si plus de la moitié d'entre eux y sont opposés. Quand on nous a évoqué cette éventualité, j'étais le premier ravi. Cela reste quelque chose que l'on défend et soutient.

Vous qui avez été joueur, n'avez-vous pas l'impression, maintenant que vous êtes de l'autre côté de la barrière, qu'ils se tirent parfois une balle dans le pied ?
G.F : Quand tu regardes l'ensemble des joueurs, certains ont un certain âge et de la bouteille, d'autres sont jeunes, un peu fous fous et ont parfois des comportements excessifs, mais c'est ce qui fait la richesse de cet ATP tour.

Notre rôle à nous, directeurs de tournoi et dirigeants de l'ATP, est, par de multiples contacts et discussions avec les joueurs, de s'assurer que le message passe bien. C'est leur faire entendre que ce que l'on est en train de mettre en place, c'est ce qu'il y a de mieux pour le tour. Les joueurs de terre, le joueur qui est 100e mondial, le numéro 1, tous ont des intérêts divergents. Les dirigeants de l'ATP doivent s'assurer aujourd'hui qu'ils font les bons choix pour le tennis dans les 5 à 10 prochaines années.
 

Première publication : 04/11/2012

  • TENNIS

    Ferrer remporte le tournoi de Bercy et s'offre la "meilleure saison" de sa carrière

    En savoir plus

  • TENNIS

    Tournoi de Paris-Bercy : sensationnel Janowicz

    En savoir plus

  • TENNIS – TOURNOI DE BERCY

    Michaël Llodra : "Je suis différent, je suis un artiste"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)