Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Référendum en Italie : un scrutin à risque pour Matteo Renzi

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Présidentielle 2017 : la nouvelle donne.

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

PIB : la richesse se fait tirer le portrait

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

François Fillon est-il le "Thatcher français" ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Pascal Elbé

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le renoncement de François Hollande est-il un aveu d'échec ?

En savoir plus

FOCUS

Autriche : qui est Norbert Hofer, le nouveau visage du parti d'extrême droite ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hommage à Ousmane Sow, l'artiste des ethnies

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dix ans de France 24 : dans les coulisses de la chaîne

En savoir plus

Moyen-orient

Quand le régime qatari fait le ménage au lycée français

© Capture d'écran du site du lycée Voltaire

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/11/2012

Le proviseur du lycée Voltaire de Doha a été évincé par le conseil d’administration de l’établissement franco-qatari en raison de désaccords sur la gestion administrative et sur les programmes.

Début 2008, le président de la République Nicolas Sarkozy et le prince héritier Cheikh Tamim bin Hamad al-Thani inauguraient en grande pompe le lycée Voltaire de Doha. Objectif de cet établissement franco-qatari : offrir “aux générations qataries à venir une grande opportunité de maîtriser la langue française et sa civilisation sans pour autant renoncer à leur propre culture, leur propre histoire et leur propre religion”, écrit le Dr. Ali Bin Fetais Al Marri, procureur général de l’État du Qatar (l’équivalent du garde des Sceaux en France) et président du conseil d’administration du lycée Voltaire sur le site internet de l’école.

Presque cinq ans plus tard, rien ne va plus au lycée. Les Français et les Qataris en charge de cet établissement fréquenté par 700 élèves, dont 40 % de Qataris, ne parviennent pas à s’entendre sur les prérogatives de chacune des parties.

Le premier volet de la discorde concerne les programmes qui doivent être homologués par l’Éducation nationale française. Le régime de Doha, qui n’est jamais loin des affaires de l’école puisque le procureur général de l’État préside le Conseil d’administration, influence en effet directement le contenu pédagogique. En juin 2011, il avait imposé le retrait d’un livre d’histoire-géographie dans lequel il était question de la chrétienté au Moyen-Âge. Si celui-ci a été depuis réintroduit, le manuel d’arabe dont se servaient les élèves a lui été bel et bien remis au placard. Il a été remplacé par un autre ouvrage enseignant la religion, en plus de l’arabe, ce dont les Français se sont plaints auprès de l'Éducation nationale.

La Mission laïque française va plier bagage

Selon Le Figaro, le second motif de la mésentente concerne la gestion administrative de l’établissement. En désaccord sur des questions d’ordre financier, le Qatar a mis fin en juin dernier au mandat de gestion de la Mission laïque française, association centenaire en charge de la diffusion de la langue française qui gère une centaine d’écoles dans le monde.

Aujourd’hui, c’est au tour du proviseur du lycée d’être poussé vers la sortie. Il doit regagner la France dès ce week-end. Dans un mois, l’ensemble du personnel de la Mission laïque française pliera également bagage, selon Le Nouvel Observateur qui a révélé l’affaire cette semaine.

Quant à l’établissement, personne ne sait encore ce qu’il en adviendra. À Paris, les ministères de l’Éducation nationale et des Affaires étrangères réfléchissent à une solution. À Doha, le pouvoir a annoncé qu’il voulait fonder d’autres établissements... en suivant l’exemple du lycée Voltaire !

Première publication : 04/11/2012

  • DIPLOMATIE

    En s'invitant à Gaza, le Qatar s’impose dans la diplomatie régionale

    En savoir plus

  • FRANCE

    La droite s'inquiète des investissements qataris en banlieue

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Sponsor qatari : comment le PSG contourne le "Fair-play financier"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)