Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Cannes : toujours les mêmes ?

En savoir plus

FOCUS

Copenhague veut gérer la distribution de cannabis

En savoir plus

DÉBAT

Fatah / Hamas : Peut-on croire à la réconciliation ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Économies : le plan Valls fait débat au sein de la majorité

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires taguées en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Un tatouage offensant

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'accord de libre-échange transpacifique en danger

En savoir plus

FOCUS

En Pologne, la ville natale de Jean Paul II en pleine "Papamania"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

En savoir plus

  • Les frères ennemis Hamas et Fatah scellent leur réconciliation

    En savoir plus

  • Erdogan présente ses condoléances aux petits-enfants d'Arméniens tués en 1915

    En savoir plus

  • Ces islamistes du Mujao qui considèrent la France comme leur ennemie

    En savoir plus

  • Le patron du Facebook russe s’exile pour échapper à l'œil de Moscou

    En savoir plus

  • Le Brésil organise un sommet de l'Internet pour l'ère post-Snowden

    En savoir plus

  • Pourquoi Kiev peine à relancer son offensive anti-séparatiste

    En savoir plus

  • En images : scènes de guerre urbaine à Copacabana

    En savoir plus

  • Paris dévoile sa feuille de route économique jusqu'en 2017

    En savoir plus

  • En images : le "fail" de la police de New York sur Twitter

    En savoir plus

  • Gilberto Rodrigues Leal, un retraité passionné de voyages

    En savoir plus

  • Ligue des champions : duel de géants entre le Real Madrid et le Bayern Munich

    En savoir plus

  • Le retour "hautement politique" d'Abdoulaye Wade à Dakar

    En savoir plus

  • En Pologne, la ville natale de Jean Paul II en pleine "Papamania"

    En savoir plus

  • Kiev va reprendre son "opération antiterroriste" dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Djihadistes français en Syrie : le plan de lutte de Paris

    En savoir plus

  • Booba-Rohff : ces artistes qui desservent le rap "par leur bêtise"

    En savoir plus

  • L'État appelé à intervenir pour aider les réfugiés syriens près de Paris

    En savoir plus

  • "24 jours" : le film choc d'Arcady sur le meurtre antisémite d'Ilan Halimi

    En savoir plus

Asie - pacifique

Xi Jinping, le "prince rouge" devenu héritier

© AFP

Vidéo par Natacha VESNITCH

Texte par Gaëlle LE ROUX

Dernière modification : 08/11/2012

Le XVIIIe congrès du Parti communiste chinois s'ouvre ce jeudi 8 novembre et doit renouveler son comité permanent, inchangé depuis dix ans. Xi Jinping, qui incarne la nouvelle garde politique, devrait accéder à la tête du Parti, puis du pays en mars.

Xi Jinping est un "prince rouge", un "fils de prince", comme on appelle, en Chine, les enfants des vétérans de la révolution communiste. À 59 ans, le prince est en passe de prendre en main les rênes de la deuxième puissance économique mondiale. À l’issue du XVIIIe congrès du Parti communiste chinois, qui se réunit jeudi 8 novembre, il sera, sauf coup de théâtre, nommé à la tête du Parti communiste chinois (PCC) pour succéder à Hu Jintao. En mars prochain, il devrait également être nommé à la présidence du pays, pour deux mandats de cinq ans.

L’homme, à l’allure décontractée, est présenté depuis près de deux ans comme le successeur de Hu Jintao. Depuis précisément le 19 octobre 2010, date de sa nomination au poste de vice-président de la puissante Commission militaire centrale (CMC), poste par lequel sont passés tous les premiers secrétaires du Parti communiste chinois. Politicien habile, personnage affable et sociable, Xi Jinping a gravi avec patience et détermination les échelons de l’appareil politique chinois depuis son adhésion au Parti en 1974.

"Une épée s’affûte sur la meule"

Son adolescence aurait pourtant pu le mener sur le chemin d’une opposition farouche au système communiste chinois. À 16 ans, le jeune Jinping, jusqu’alors élevé dans le faste réservé aux élites du Parti, est envoyé dans une brigade de Shaanxi, une province pauvre du centre de la Chine, en tant que travailleur rural.

Présenté comme un réformiste "raisonnable", Xi Jinping incarne la nouvelle génération politique chinoise.

Nous sommes en 1969. Le Grand timonier avait lancé un an plus tôt la révolution culturelle qui vit son père, Xi Zhongxun, héros de la guérilla communiste dans le nord du pays et compagnon de Mao Zédong, tomber en disgrâce. Il est emprisonné, son fils Jinping intégré dans un centre éducatif. Sept ans durant, le jeune homme vit les humiliations, la faim, le froid. "En janvier, il y avait encore assez à manger, en février, on crevait de faim, en mars-avril, on était moitié vivant, moitié mort. Les gens se nourrissaient d’écorces d’arbre et d’herbes sauvages, et les femmes et les enfants allaient mendier", racontait-il en 2000, dans un entretien accordé à un magazine chinois cité par "Libération". Son père, lui, survit tant bien que mal dans une geôle insalubre.

Pourtant, loin de ruminer une vengeance, Xi Jinping adhère aux idées du Parti, au point de s’enrôler, en 1971, dans la Ligue de la jeunesse communiste chinoise. "Une épée s’affûte sur la meule, comme le caractère d’un homme dans l’adversité", écrit-il dans un essai autobiographique cité par "Libération". Trois ans plus tard, après plusieurs tentatives vaines – sa filiation à un "ennemi du peuple" joue contre lui – il parvient à devenir membre du Parti communiste chinois.

Il part alors étudier la chimie à l’université Qinghua, à Pékin, puis décroche un diplôme de théorie marxiste. Après un bref passage dans les bureaux du ministère de la Défense dans le début des années 80, au moment de la réhabilitation de son père, il repart en province faire ses armes dans les comités locaux du Parti communiste. Il devient successivement gouverneur des riches régions côtières de Fujia puis Zheijiang dans les années 2000. Puis, en 2007, c’est la consécration : il est intégré au comité permament du bureau politique du Parti, et devient directeur de l’école du Parti.

Nouvelle génération politique

"Xi Jinping n’est pas un révolutionnaire, estimait en septembre dernier John Russel, directeur d’un cabinet d’intelligence économique, dans les colonnes de "Jeune Afrique". Il est arrivé au sommet en suivant sagement les règles et en nouant des alliances stratégiques. Il est le fruit d’un système."

Présenté comme un réformiste "raisonnable", il incarne la nouvelle génération politique chinoise. Féru de films hollywoodiens sur la Seconde Guerre mondiale, qu’il apprécie pour "leur sens du bien et du mal", le futur numéro un chinois se montre souriant et ouvert. Il sait faire preuve d’un étonnant franc-parler, tranchant avec l’austère réserve de son prédécesseur Hu Jintao. "Il y a des étrangers paresseux au ventre plein qui n’ont rien d’autre à faire que de montrer la Chine du doigt, s’emporte-t-il lors d’un déplacement au Mexique en 2009, face aux critiques occidentales concernant les droits de l’Homme. Primo, la Chine n'exporte pas la révolution ; secundo, elle n'exporte ni la famine ni la pauvreté ; et tertio, elle ne se mêle pas de vos affaires."

Sens de la communication

Au printemps dernier, lors d’une tournée aux États-Unis, Xi Jinping a dévoilé un sens de la communication inédit chez un dirigeant chinois, en se prêtant au jeu des journalistes – il s’est fait photographier sur un tracteur ainsi que dans les gradins d’un match de basket. Il s’est attiré les bonnes grâces des élites occidentales en réitérant ses promesses de coopération avec Washington sur les dossiers économiques, en affichant son soutien à l’Europe en difficulté et en assurant vouloir construire une Chine moins polluante et plus respectueuse des droits de l’Homme (de ces derniers propos, tenus lors de son voyage aux États-Unis, aucun n’a été retranscrit dans les médias chinois).

En Chine, il reste assez peu connu, mais jouit d’une image d’homme moderne, à laquelle sa seconde femme - la sculpturale Peng Liyuan, star de la pop connue pour ses chants à la gloire du régime - n’est pas étrangère. Inversement, le nouvel homme fort de Pékin est parvenu à séduire l’aile la moins libérale du parti en réintroduisant, dans l’école du Parti, les cours de marxisme-leninisme.

Le meilleur atout de Xi Jinping, face aux défis sociaux et économiques qui l’attendent, reste cependant sa réputation de monsieur propre de la politique, qu’il a acquise au cours de ses années en tant que gouverneur. Une qualité indéniable pour le Parti communiste ébranlé par de nombreuses affaires de corruption – la dernière en date ayant mené Bo Xilai, l’un des piliers du régime, à la disgrace et peut-être à la prison. Cependant en juin dernier, celui qui aime à se qualifier d’"homme du peuple" a vu sa réputation écornée par les révélations de l’agence financière américaine Bloomberg, qui a estimé la fortune de sa famille à plus de 290 millions d’euros.

La chanteuse Peng Liyuan, femme de Xi Jinping


 

Première publication : 05/11/2012

  • CHINE

    Le Parti communiste chinois ouvre une enquête sur la famille de Wen Jiabao

    En savoir plus

  • CHINE

    Exclu du Parlement, Bo Xilaï perd son immunité en vue de son procès

    En savoir plus

  • CHINE

    Le vice-président Xi Jinping prend les rênes de la Commission militaire

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)