Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

asie

François Hollande au Laos pour participer au sommet Europe-Asie

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/11/2012

Après avoir fait escale au Liban et en Arabie saoudite, François Hollande est en visite au Laos, ce lundi, où il doit participer au sommet Europe-Asie avec une cinquantaine d'autres chefs d'État.

François Hollande est arrivé lundi à Vientiane au Laos pour un sommet Europe-Asie où il entend convaincre ses partenaires que la crise de la zone euro touche à sa fin même si le vieux continent a besoin de la croissance asiatique pour se redresser.

Outre le Premier ministre chinois, François Hollande doit rencontrer, entre autres, le Premier ministre du Vietnam et le président et le Premier ministre du Laos.

"Nous sommes à la fin de la crise de l'euro mais nous ne sommes pas à la fin de la crise économique", a déclaré le chef de l'Etat à un groupe de journalistes peu après son arrivée dans la capitale du Laos.

"Le message essentiel de cette réunion : nous avons engagé le règlement de nos problèmes", a-t-il indiqué, énumérant l'union bancaire et le Mécanisme européen de stabilité (MES) comme autant de réponses efficaces à la crise monétaire européenne.

Ce déplacement, qui constitue la première visite d'un président français dans le pays, sera l'occasion pour François Hollande de "rassurer les investisseurs asiatiques" et en même temps de leur demander de prendre des mesures pour stimuler leur demande intérieure.

François Hollande a par exemple indiqué que si la Chine avait bien commencé à réévaluer sa monnaie, un effort supplémentaire restait encore à faire.

"Ils ont bien profité de notre croissance, maintenant c'est à eux de tirer notre croissance grâce à leur demande", a-t-il dit.

Le président français a indiqué que sur le plan intérieur, le gouvernement avait, après le redressement des comptes publics, entrepris le chantier de la compétitivité et qu'un retour de la croissance était possible au deuxième semestre 2013.


François Hollande n'a cependant pas voulu s'exprimer davantage sur le rapport sur la compétitivité que l'ex-PDG de la SNCF Louis Gallois doit rendre ce lundi.

Le président s'est par ailleurs défendu de chercher par une accélération de ses visites diplomatiques un recette à une popularité en berne.

"Ce n'est pas là dessus que les Français se détermineront", a expliqué François Hollande pour qui le sommet Europe-Asie constitue une opportunité de rencontrer de nombreux chefs d'Etat de la région.

En 48 heures, le chef de l'Etat aura rencontré le président libanais, le roi Abdallah d'Arabie saoudite et représenté la France au neuvième sommet Europe-Asie à Vientiane.

Reuters

Première publication : 05/11/2012

  • DIPLOMATIE

    En Arabie saoudite, Hollande plaide pour un gouvernement de transition syrien

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    François Hollande apporte son soutien au Liban menacé par la crise syrienne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)