Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga a saisi la cour suprême

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le gouvernement veut taxer les grandes entreprises

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Bond : Daniel Craig rempile pour un dernier épisode

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump démantèle ses deux conseils économiques

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'Europe face au défi des "revenants"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les présidents Trump et Macron font polémique, mais pas pour la même chose...

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga va saisir la Cour suprême

En savoir plus

LE DÉBAT

États-Unis : l'ambiguïté de Trump vis-à-vis de l'extrême droite

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Donald Trump : il y a des bonnes personnes des deux côtés"

En savoir plus

Culture

Patrick Deville lauréat du Prix Femina pour "Peste & choléra"

© AFP

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 05/11/2012

Patrick Deville a été récompensé du prix Femina pour son roman "Peste & Choléra", paru aux éditions du Seuil. L'écrivain, également en lice pour le Goncourt et le Renaudot, a été choisi dès le premier tour, ce lundi.

Patrick Deville a reçu le prix Femina pour "Peste & Choléra" (éditions du Seuil), roman qui retrace l'épopée d'Alexandre Yersin, explorateur parti au bout du monde découvrir le redoutable bacille de la peste.

Né dans le canton suisse de Vaud en 1863 et mort 80 ans plus tard à Nha Trang, dans l'actuel Vietnam, alors partie de l'Indochine française, Alexandre Yersin commence par travailler sur la tuberculose et la diphtérie à l’Institut Pasteur, à Paris. L’appel du large emporte Yersin en Extrême-Orient, où il voyage en Chine, à Aden, à Madagascar. Il achète des éléphants, des chevaux, se fait marin, explore la jungle... Il est le premier à développer, en Indochine, la culture de l'hévéa, devient le roi du caoutchouc et travaille avec Michelin. Il est encore le premier à planter des arbres à quinquina et cultive la coca, alors plante médicinale. Durant une grande épidémie à Hong Kong, en 1894, il découvre le bacille de la peste. À Canton, il est le premier médecin à guérir un pestiféré.

Pour raconter cette formidable aventure scientifique et humaine, l'écrivain - déjà Prix du roman Fnac 2012 - a suivi les traces de son héros autour du monde. Il s'est aussi plongé dans les milliers de lettres échangées par "la bande des Pasteuriens", conservées aux archives des Instituts Pasteur. Lui-même voyageur impénitent et esprit cosmopolite, Patrick Deville, né le 14 décembre 1957, a vécu dans les années 1980 au Moyen-Orient, au Nigeria, en Algérie, après des études de littérature et de philosophie. Dans les années 1990, il a séjourné à Cuba, en Uruguay, en Amérique centrale.

"On me reproche parfois d’écrire des livres pour les garçons"

L'écrivain, également en lice pour le Goncourt et le Renaudot, a été choisi dès le premier tour, a annoncé le jury une demi-heure après que l'éditeur Seuil a vendu la mèche sur Twitter en lançant un "grand bravo" à Patrick Deville.

"C'est magnifique. On écrit toujours pour avoir le plus de lecteurs possible... On me reproche parfois (d'écrire) des livres pour les garçons, et bien la preuve est faite que non", a lancé l'écrivain, couronné par ce prix décerné par un jury composé uniquement de femmes.

Le prix Femina étranger a été attribué à l'Américaine Julie Otsuka pour "Certaines n'avaient jamais vu la mer", un roman sur l'exil de ces milliers de jeunes Japonaises parties au début du siècle dernier épouser leurs compatriotes déjà installés en Californie, selon son éditeur Phébus.

Le prix Femina de l'essai a été décerné à Tobie Nathan pour "Ethno-roman" (Grasset).

Quelques minutes avant la remise du prix Femina, le "prix Virilo" décerné par un jury mixte portant fièrement la moustache-pastiche, a récompensé le roman "Maréchal absolu", de Pierre Jourde (Gallimard). Le prix "Trop Virilo", qui "couronne la poussée de testostérone la plus vivace, la giclure littéraire excessive", salue "Mufle", d’Éric Neuhoff (Albin Michel).

 

Première publication : 05/11/2012

  • LITTÉRATURE

    "Rue des voleurs", de Mathias Énard, premier lauréat du Goncourt des étudiants de Beyrouth

    En savoir plus

  • LITTÉRATURE

    Quatre finalistes en lice pour le prix Goncourt

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)