Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie : la guerre oubliée

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse?

En savoir plus

SUR LE NET

Le web se met au « Ice Bucket Challenge » pour la bonne cause

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Montréal, toute une histoire

En savoir plus

FOCUS

Israël : Tsahal face aux minorités de la société israélienne

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Guillaume Foliot, directeur adjoint du Programme alimentaire mondial

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : le camp d'Ali Bongo répond aux attaques de Jean Ping

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le scandale irlandais"

En savoir plus

  • Reprise des hostilités à Gaza, Israël rappelle ses négociateurs au Caire

    En savoir plus

  • L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • L'opposition pakistanaise pénètre dans la zone rouge d’Islamabad

    En savoir plus

  • Ligue 1 : une enquête judiciaire ouverte après le coup de tête de Brandao

    En savoir plus

  • Championnat d'Europe : Florent Manaudou vainqueur ex æquo sur 50 m papillon

    En savoir plus

  • Le prince saoudien braqué à Paris est un fils du roi Fahd mort en 2005

    En savoir plus

  • Émeutes de Ferguson : les États-Unis face à leurs vieux démons racistes

    En savoir plus

  • Carte interactive : "Ici est tombé" pour la Libération de Paris

    En savoir plus

  • Libération de Paris : "J'accueillais mes libérateurs"

    En savoir plus

  • Dans l’est de l'Ukraine, Lougansk en proie à d’intenses combats

    En savoir plus

  • Le pape François ouvre davantage la voie à la béatification de Mgr Romero

    En savoir plus

  • Amos Gitaï : "Israël est un projet politique, pas un projet religieux"

    En savoir plus

  • Le bilan d'Ebola s'alourdit encore en Afrique de l'Ouest

    En savoir plus

Amériques

Obama et Romney pas si éloignés sur le Moyen-Orient

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 06/11/2012

Le vainqueur de la présidentielle américaine sera très attendu sur les dossiers de la crise syrienne et du nucléaire iranien, notamment. L’occasion de se pencher sur les positions des deux candidats, pas si éloignées l’une de l’autre.

À la veille du scrutin présidentiel américain, le duel entre le président sortant démocrate Barack Obama et le candidat républicain Mitt Romney concentre toutes les attentions. Notamment au Moyen-Orient, où le vainqueur du scrutin du 6 novembre sera très attendu sur les dossiers de la crise syrienne et du nucléaire iranien. L’occasion de se pencher sur les positions respectives des deux candidats - pas si éloignées l’une de l’autre - sur les questions moyen-orientales.

 
Iran
Le nouveau président américain, quel qu’il soit, devra rapidement s’attaquer au dossier nucléaire iranien. Téhéran étant suspecté par les Occidentaux et Israël de chercher à se doter de l’arme nucléaire, les deux candidats semblent d’accord sur la stratégie à mener. 
 
Mitt Romney en fait sa priorité, même s’il a rappelé au cours des derniers mois qu’une frappe militaire visant les sites nucléaires iraniens devait rester une option de "dernier ressort". Il préconise un renforcement des sanctions économiques et un isolement diplomatique de Téhéran."Nous devons augmenter encore et encore la pression sur l'Iran car il n'y pas d'autre issue (...) qu'une solution (...) à leur folie nucléaire, qui est inacceptable pour l'Amérique", a-t-il récemment affirmé. Alors candidat à l'investiture du Parti républicain pour la présidentielle, il avait affirmé que "si Barack Obama est réélu, l'Iran disposera de l'arme nucléaire, et le monde changera si tel est le cas".
 
Pourtant, ses positions sont très proches de celle de son adversaire démocrate. Le président américain a réaffirmé être prêt à utiliser la force, également en "dernier recours" contre Téhéran lors d’un discours tenu devant le puissant lobby pro-Israël Aipac. Contrarié par les menaces d’intervention israéliennes en Iran, il insiste pour dire que la résolution diplomatique de ce dossier est prioritaire. Il compte notamment sur les sanctions prises à l'encontre de la République islamique pour faire plier les négociateurs de la théocratie iranienne.
 
Israël
 
Le Premier ministre israélien et le président américain. © © AFP
La relation privilégiée qu’entretiennent les États-Unis avec Israël est un pilier de la politique étrangère américaine. Sans surprise, les deux candidats entendent perpétuer cette tradition. "Si Israël est attaqué, nous serons derrière lui, pas seulement diplomatiquement, pas seulement culturellement, mais aussi militairement", a récemment indiqué Mitt Romney. Ce dernier a été chaleureusement reçu à Jérusalem par le Premier ministre Benjamin Netanyahou fin juillet, en pleine campagne électorale.
 
"Je serai aux côtés d'Israël s'il est attaqué", a promis de son côté Barack Obama, qui ne s'est pourtant pas rendu une seule fois dans l'État hébreu depuis son entrée en fonction en janvier 2009. Et pour cause : ses relations avec le Premier ministre Benjamin Netanyahou sont exécrables. "Nous ferons tout ce qui est nécessaire pour préserver l'avantage militaire israélien, parce qu'Israël doit toujours avoir la possibilité de se défendre seul contre toute menace", avait néanmoins déclaré le président américain devant le lobby pro-israélien Aipac.
 
Syrie
 
La crise en Syrie a été omniprésente dans la campagne présidentielle et les deux candidats présentent quelques divergences sur ce sujet. Mitt Romney a souvent fustigé "l’attentisme" de son rival, estimant que les Américains devraient "jouer un rôle de leader" dans ce dossier. "En Syrie, nous travaillerons avec nos partenaires pour identifier et organiser les membres de l'opposition qui partagent nos valeurs, et nous ferons en sorte qu'ils obtiennent les armes dont ils ont besoin pour vaincre les tanks, hélicoptères et chasseurs d'Assad", a-t-il préconisé lors du dernier débat télévisé entre les deux adversaires consacré à la politique internationale.
Le conflit israélo-palestinien dans la campagne présidentielle américaine
 
Le président Obama est, quant à lui, favorable à la poursuite des sanctions internationales contre le régime de Bachar al-Assad et à l'émergence d'un gouvernement modéré chargé de la transition. Selon lui, "nous ne pouvons pas simplement suggérer, comme l'a fait plusieurs fois le gouverneur Romney, que donner par exemple des armes lourdes à l'opposition syrienne est une proposition qui nous permettrait d'être plus en sécurité à l'avenir". Depuis le début du soulèvement en Syrie, en mars 2011, le locataire de la Maison Blanche a écarté toute idée d’intervention militaire contre Damas. "Je ne veux pas que notre armée s'engage en Syrie. (...) Ça ne va pas être nécessaire", a-t-il récemment indiqué.
 
La question palestinienne
 
ÉMISSION SPÉCIALE USA
Les négociations de paix israélo-palestiniennes sont un autre cheval de bataille de la diplomatie américaine, même si elles sont, depuis plusieurs années, au point mort. Les deux candidats ne semblent pas faire de ce dossier une priorité.
 
"Je réengagerai l'Amérique avec l'objectif d'un État palestinien démocratique, prospère et vivant aux côtés de l'État hébreu, en paix et dans la sécurité", a récemment déclaré Mitt Romney. Ce dernier s’est toutefois illustré lors de la campagne par ses gaffes sur ce sujet. Ainsi, félicitant Israël pour son économie florissante pendant une visite dans l’État hébreu, le républicain a expliqué que l’écart entre le PIB israélien et celui affiché par l’Autorité palestinienne tenait à une différence "culturelle".
 
Plusieurs fois au cours de son mandat, Barack Obama s’est prononcé pour la création d'un État palestinien démilitarisé sur la base des frontières de 1967, rectifiées par des échanges de territoires négociés. Il s’est toujours heurté à une fin de non-recevoir de Tel-Aviv. Pendant la campagne, le prix Nobel de la paix 2009 a émis le vœu de voir se côtoyer "deux États pour deux peuples".

 

Première publication : 06/11/2012

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    La communauté homosexuelle monte au front pour Obama

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    En Floride, Obama peut-il perdre le "vote juif" ?

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    "J’ai voté Marine Le Pen et Barack Obama"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)