Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Plan d'économies de Valls : la France sur la voie de la stabilité ? (Partie 1)

En savoir plus

SUR LE NET

Ukraine : une carte de visite détournée sur Twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes : toujours les mêmes ?

En savoir plus

FOCUS

Copenhague veut gérer la distribution de cannabis

En savoir plus

DÉBAT

Fatah / Hamas : Peut-on croire à la réconciliation ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Économies : le plan Valls fait débat au sein de la majorité

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires taguées en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Un tatouage offensant

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'accord de libre-échange transpacifique en danger

En savoir plus

  • RD Congo : plus de 50 morts dans un accident de train

    En savoir plus

  • Ligue des champions : duel de géants entre le Real Madrid et le Bayern Munich

    En savoir plus

  • Thomas Piketty, l'économiste français superstar aux États-Unis

    En savoir plus

  • Djihadistes français en Syrie : le réveil tardif de la France

    En savoir plus

  • Les frères ennemis Hamas et Fatah scellent leur réconciliation

    En savoir plus

  • Erdogan présente ses condoléances aux petits-enfants d'Arméniens tués en 1915

    En savoir plus

  • Cinéma : “Noor”, le transsexuel pakistanais qui voulait redevenir un homme

    En savoir plus

  • Un entraîneur de foot français porte plainte contre l’émir du Qatar

    En savoir plus

  • Ces islamistes du Mujao qui considèrent la France comme leur ennemie

    En savoir plus

  • Le mariage pour tous fête son premier anniversaire

    En savoir plus

  • Le patron du Facebook russe s’exile pour échapper à l'œil de Moscou

    En savoir plus

  • Pourquoi Kiev peine à relancer son offensive anti-séparatiste

    En savoir plus

  • La Game Boy, pop star des années 90, fête ses 25 ans

    En savoir plus

  • Le Brésil organise un sommet de l'Internet pour l'ère post-Snowden

    En savoir plus

  • En images : scènes de guerre urbaine à Copacabana

    En savoir plus

  • Paris dévoile sa feuille de route économique jusqu'en 2017

    En savoir plus

  • En images : le "fail" de la police de New York sur Twitter

    En savoir plus

  • Gilberto Rodrigues Leal, un retraité passionné de voyages

    En savoir plus

Economie

S&P épinglée pour notation "trompeuse" de produits financiers toxiques

© AFP

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 05/11/2012

Pour la première fois, une agence de notation a été reconnue responsable, et ce par la justice australienne, des pertes liées à l’effondrement de produits financiers notés "AAA". Un verdict qui pourrait avoir des répercussions internationales.

Les agences de notation commencent a être rattrappées par la justice pour leur rôle dans la crise financière en 2008. La Cour fédérale australienne a condamné, lundi, Standard & Poor's (S&P) pour notation “trompeuse” de produits financiers structurés - comme les fameux subprimes - vendus en 2006 par une banque néerlandaise et une société australienne de services financiers à des villes australiennes.

"La note AAA attribuée par S&P aux titres CPDO (Constant Proportion Debt Obligation) Rembrandt 2006-2 et 2006-3 CPDO était trompeuse" et étayée par des informations en partie "inexactes", a estimé la juge australienne Jayne Jagot, dans un verdict rendu public lundi.

L’agence de notation et les institutions financières impliquées ont été condamnées à rembourser la perte de 16 millions de dollars australiens (12,9 millions d'euros) que les collectivités australiennes ont dû supporter après l’effondrement de ces produits financiers adossés à des actifs toxiques en 2008.

Les CPDO, inventés en 2006 par la banque néerlandaise ABN Amro, ont été des instruments financiers très populaires avant la crise financière. Ils promettaient des retours sur investissements largement supérieurs à d’autres produits financiers bénéficiant également du fameux triple A des agences de notation.

Mais comme la plupart des titres indexés sur des créances qui se sont révélées douteuses, les CPDO - qui représentaient un marché de 4 milliards de dollars en 2007 - se sont effondrés dans le sillage de la crise des subprimes.

Partout dans le monde

Ils ont pourtant été soutenus par les agences de notation jusqu’à quelques mois avant leur chute. C’est cet aveuglement que la justice australienne vient de sanctionner, dans un verdict qui risque d’avoir des répercussions internationales.

Standard & Poor’s sait, elle aussi, qu’il y a plus en jeu dans ce procès que les 12,9 millions d’euros de dommages et intérêts. C’est pourquoi elle a tenu à rappeler durant l’instruction débutée en 2009 que “la notation est un art, pas une science", assurant qu’elle ne pouvait être tenue responsable pour d’éventuelles erreurs. L’agence de notation a en outre affirmé avoir été suffisamment “prudente” dans son évaluation des CPDO "en vertu des informations dont elles disposaient“. Une double ligne de défense rejetée en bloc par la cour australienne.

L’agence a annoncé son intention d’interjeter appel. En attendant, l' IMF Australia, une société qui finance les actions collectives en justice et qui représente les collectivités lésées lors de ce procès, a affirmé qu'elle envisageait de saisir la justice pour les mêmes motifs en Nouvelle-Zélande, en Grande-Bretagne et aux Pays-Bas.

ABN Amro a, en effet, commercialisé les titres Rembrandt un peu partout dans le monde avec des conséquences similaires pour la plupart des investisseurs qui ont cru aux notations de Standard & Poor's. "Nous pensons que les investisseurs, les banques et les autorités de régulation dans le monde entier étudieront ce jugement avec grande attention", a déclaré le directeur d'IMF Australia, John Walker.

Mais Moody’s doit également suivre de très près l’évolution de ce dossier. L’agence de notation est en effet poursuivie depuis 2010 aux États-Unis, aux côtés de S&P, où elle est accusée d'avoir collaboré avec des banques pour que des produits financiers bénéficient d'un triple A, alors qu’il s’agissait de placements adossés sur des crédits "subprime" à haut risque. Le précédent australien pourrait dorénavant peser sur ce procès en cours.

Première publication : 05/11/2012

  • ALLEMAGNE

    Berlin menacé de perdre son triple A

    En savoir plus

  • FINANCE

    La crise européenne nourrit les ambitions de l'agence de notation Egan-Jones

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le triple A de Moody’s vaut-il mieux que le AA+ de Standard & Poor's ?

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)