Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

Economie

S&P épinglée pour notation "trompeuse" de produits financiers toxiques

© AFP

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 05/11/2012

Pour la première fois, une agence de notation a été reconnue responsable, et ce par la justice australienne, des pertes liées à l’effondrement de produits financiers notés "AAA". Un verdict qui pourrait avoir des répercussions internationales.

Les agences de notation commencent a être rattrappées par la justice pour leur rôle dans la crise financière en 2008. La Cour fédérale australienne a condamné, lundi, Standard & Poor's (S&P) pour notation “trompeuse” de produits financiers structurés - comme les fameux subprimes - vendus en 2006 par une banque néerlandaise et une société australienne de services financiers à des villes australiennes.

"La note AAA attribuée par S&P aux titres CPDO (Constant Proportion Debt Obligation) Rembrandt 2006-2 et 2006-3 CPDO était trompeuse" et étayée par des informations en partie "inexactes", a estimé la juge australienne Jayne Jagot, dans un verdict rendu public lundi.

L’agence de notation et les institutions financières impliquées ont été condamnées à rembourser la perte de 16 millions de dollars australiens (12,9 millions d'euros) que les collectivités australiennes ont dû supporter après l’effondrement de ces produits financiers adossés à des actifs toxiques en 2008.

Les CPDO, inventés en 2006 par la banque néerlandaise ABN Amro, ont été des instruments financiers très populaires avant la crise financière. Ils promettaient des retours sur investissements largement supérieurs à d’autres produits financiers bénéficiant également du fameux triple A des agences de notation.

Mais comme la plupart des titres indexés sur des créances qui se sont révélées douteuses, les CPDO - qui représentaient un marché de 4 milliards de dollars en 2007 - se sont effondrés dans le sillage de la crise des subprimes.

Partout dans le monde

Ils ont pourtant été soutenus par les agences de notation jusqu’à quelques mois avant leur chute. C’est cet aveuglement que la justice australienne vient de sanctionner, dans un verdict qui risque d’avoir des répercussions internationales.

Standard & Poor’s sait, elle aussi, qu’il y a plus en jeu dans ce procès que les 12,9 millions d’euros de dommages et intérêts. C’est pourquoi elle a tenu à rappeler durant l’instruction débutée en 2009 que “la notation est un art, pas une science", assurant qu’elle ne pouvait être tenue responsable pour d’éventuelles erreurs. L’agence de notation a en outre affirmé avoir été suffisamment “prudente” dans son évaluation des CPDO "en vertu des informations dont elles disposaient“. Une double ligne de défense rejetée en bloc par la cour australienne.

L’agence a annoncé son intention d’interjeter appel. En attendant, l' IMF Australia, une société qui finance les actions collectives en justice et qui représente les collectivités lésées lors de ce procès, a affirmé qu'elle envisageait de saisir la justice pour les mêmes motifs en Nouvelle-Zélande, en Grande-Bretagne et aux Pays-Bas.

ABN Amro a, en effet, commercialisé les titres Rembrandt un peu partout dans le monde avec des conséquences similaires pour la plupart des investisseurs qui ont cru aux notations de Standard & Poor's. "Nous pensons que les investisseurs, les banques et les autorités de régulation dans le monde entier étudieront ce jugement avec grande attention", a déclaré le directeur d'IMF Australia, John Walker.

Mais Moody’s doit également suivre de très près l’évolution de ce dossier. L’agence de notation est en effet poursuivie depuis 2010 aux États-Unis, aux côtés de S&P, où elle est accusée d'avoir collaboré avec des banques pour que des produits financiers bénéficient d'un triple A, alors qu’il s’agissait de placements adossés sur des crédits "subprime" à haut risque. Le précédent australien pourrait dorénavant peser sur ce procès en cours.

Première publication : 05/11/2012

  • ALLEMAGNE

    Berlin menacé de perdre son triple A

    En savoir plus

  • FINANCE

    La crise européenne nourrit les ambitions de l'agence de notation Egan-Jones

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le triple A de Moody’s vaut-il mieux que le AA+ de Standard & Poor's ?

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)