Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un Palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

Moyen-orient

Au moins 50 soldats pro-régime tués dans la province de Hama

Vidéo par Selim EL MEDDEB

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/11/2012

Lundi, l'explosion d'une voiture piégée dans la province de Hama a tué au moins 50 soldats pro-régime. L'attaque a été menée par un combattant du Front Al-Nosra, une organisation islamiste radicale qui revendique la plupart des attentats en Syrie.

Au moins 50 membres des forces gouvernementales ont péri lundi dans un attentat suicide dans le centre de la Syrie, tandis que l'opposition examinait à Doha les moyens d'unir ses rangs face au régime après bientôt 20 mois de conflit et d'efforts diplomatiques infructueux.

En faisant exploser sa voiture, bourrée d'une tonne d'explosifs selon l'agence officielle Sana, le kamikaze a porté l'un des coups les plus rudes à l'armée depuis le début en mars 2011 d'une révolte populaire devenue conflit armé.

L'attaque suicide a été menée par un combattant du front Al-Nosra, un groupe islamiste radical implanté dans tout le pays, a précisé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Un autre attentat a été perpétré à Damas, dans le quartier de Mazzé qui abrite des ambassades et des sièges de la Sécurité, faisant cinq morts, selon l'OSDH.

Les rebelles ont également essuyé de lourdes pertes au cours de cette journée particulièrement meurtrière, les violences ayant fait 118 morts, dont 55 soldats. Ils ont perdu, selon l'OSDH, au moins 20 hommes dans un raid aérien sur la province d'Idleb (nord-ouest), où le régime semble décidé à mettre à profit son principal atout: ses avions qui maîtrisent seuls le ciel.

Autre victime des violences lundi, les civils, qui ont vu brûler à Alep (nord) le principal entrepôt du Croissant-Rouge et partir en fumée des stocks entiers de couvertures pour l'hiver, de nourriture et de produits pour nourrissons. Selon Samir, un pharmacien de 37 ans dans le nord-ouest d'Alep, les combats n'avaient jamais atteint un tel niveau de violence.

"Cela fait presque une semaine que nous passons nos nuits terrorisés. Nous entendons des tirs à l'arme automatique, les chars qui tirent, des explosions", a-t-il dit à l'AFP. "Cette nuit, les combats ont été les pires depuis une semaine", avec seulement une heure ou deux d'interruption.

Des affrontements ont également éclaté à proximité de l'aéroport international d'Alep, selon l'OSDH qui s'appuie sur un large réseau de militants et de médecins à travers le pays.

A Damas, plus de trente personnes ont été tuées en 24 heures dans le camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk après des combats entre soldats et rebelles.

Plus d'un demi-million de réfugiés palestiniens sont installés en Syrie, et selon l'OSDH, des combattants palestiniens prennent part aux combats, certains du côté du régime et d'autres de la rébellion.

Le CNS élargi à 13 nouveaux groupes

Alors que les violences ne faiblissent pas sur le terrain, la communauté internationale reste impuissante, paralysée par ses divisions.

Ainsi, aucun terrain d'entente n'a été trouvé lors d'une rencontre au Caire entre le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, allié de Damas, l'émissaire international Lakhdar Brahimi et le secrétaire général de la Ligue arabe Nabil al-Arabi. "Il n'y a eu accord sur rien", a reconnu M. Arabi.

M. Lavrov a ainsi accusé les pays soutenant les rebelles, dont des Etats arabes du Golfe et des puissances occidentales, de les encourager à la violence, plutôt que de les pousser à la négociation. Il a également affirmé que son pays approvisionnait la Syrie en équipements de défense aérienne pour la soutenir "face à des menaces extérieures", sans préciser lesquelles.

Si les insurgés ont encore enregistré des succès dimanche, en s'emparant d'un des premiers champs pétroliers du pays et en abattant l'un des redoutables chasseurs-bombardiers du régime, l'opposition tente toujours d'asseoir sa crédibilité.

Le Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l'opposition, a jugé dans un communiqué que les critiques sur son manque de représentativité étaient "en partie justifiées", tout en soulignant qu'il ne pouvait être remplacé, alors que des voix réclament la création d'un gouvernement en exil.

Ce communiqué intervient à l'issue du premier jour d'une rencontre du CNS à Doha, éclipsée par les préparatifs d'une réunion élargie prévue jeudi des opposants sur la base d'une initiative de l'ancien député Riad Seif qui vise à constituer une nouvelle direction politique.

Pour tenter de reprendre la main, le CNS s'est élargi à 13 nouveaux groupes de l'opposition.

Pour les Comités locaux de coordination (LCC), qui animent la rébellion sur le terrain, "il n'est plus acceptable, sous aucun prétexte, de continuer sur la voie de la révolution sans une direction politique unifiée et efficace".

L'ex-Premier ministre Riad Hijab, qui a fait défection cet été, s'est de son côté entretenu avec le chef de la diplomatie turque Ahmet Davutoglu de la "réorganisation de l'opposition", selon une source diplomatique turque.



AFP

Première publication : 05/11/2012

  • SYRIE

    Réunion cruciale à Doha pour l'opposition syrienne divisée

    En savoir plus

  • SYRIE

    Ces réfugiés palestiniens qui soutiennent le régime de Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • SYRIE

    À Alep, la "trêve" n’a pas mis fin à la violence

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)