Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne: Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Le camp Bouteflika crie victoire, l'opposant Ali Benflis dénonce des fraudes

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

Moyen-orient

Au moins 50 soldats pro-régime tués dans la province de Hama

©

Vidéo par Selim EL MEDDEB

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/11/2012

Lundi, l'explosion d'une voiture piégée dans la province de Hama a tué au moins 50 soldats pro-régime. L'attaque a été menée par un combattant du Front Al-Nosra, une organisation islamiste radicale qui revendique la plupart des attentats en Syrie.

Au moins 50 membres des forces gouvernementales ont péri lundi dans un attentat suicide dans le centre de la Syrie, tandis que l'opposition examinait à Doha les moyens d'unir ses rangs face au régime après bientôt 20 mois de conflit et d'efforts diplomatiques infructueux.

En faisant exploser sa voiture, bourrée d'une tonne d'explosifs selon l'agence officielle Sana, le kamikaze a porté l'un des coups les plus rudes à l'armée depuis le début en mars 2011 d'une révolte populaire devenue conflit armé.

L'attaque suicide a été menée par un combattant du front Al-Nosra, un groupe islamiste radical implanté dans tout le pays, a précisé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Un autre attentat a été perpétré à Damas, dans le quartier de Mazzé qui abrite des ambassades et des sièges de la Sécurité, faisant cinq morts, selon l'OSDH.

Les rebelles ont également essuyé de lourdes pertes au cours de cette journée particulièrement meurtrière, les violences ayant fait 118 morts, dont 55 soldats. Ils ont perdu, selon l'OSDH, au moins 20 hommes dans un raid aérien sur la province d'Idleb (nord-ouest), où le régime semble décidé à mettre à profit son principal atout: ses avions qui maîtrisent seuls le ciel.

Autre victime des violences lundi, les civils, qui ont vu brûler à Alep (nord) le principal entrepôt du Croissant-Rouge et partir en fumée des stocks entiers de couvertures pour l'hiver, de nourriture et de produits pour nourrissons. Selon Samir, un pharmacien de 37 ans dans le nord-ouest d'Alep, les combats n'avaient jamais atteint un tel niveau de violence.

"Cela fait presque une semaine que nous passons nos nuits terrorisés. Nous entendons des tirs à l'arme automatique, les chars qui tirent, des explosions", a-t-il dit à l'AFP. "Cette nuit, les combats ont été les pires depuis une semaine", avec seulement une heure ou deux d'interruption.

Des affrontements ont également éclaté à proximité de l'aéroport international d'Alep, selon l'OSDH qui s'appuie sur un large réseau de militants et de médecins à travers le pays.

A Damas, plus de trente personnes ont été tuées en 24 heures dans le camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk après des combats entre soldats et rebelles.

Plus d'un demi-million de réfugiés palestiniens sont installés en Syrie, et selon l'OSDH, des combattants palestiniens prennent part aux combats, certains du côté du régime et d'autres de la rébellion.

Le CNS élargi à 13 nouveaux groupes

Alors que les violences ne faiblissent pas sur le terrain, la communauté internationale reste impuissante, paralysée par ses divisions.

Ainsi, aucun terrain d'entente n'a été trouvé lors d'une rencontre au Caire entre le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, allié de Damas, l'émissaire international Lakhdar Brahimi et le secrétaire général de la Ligue arabe Nabil al-Arabi. "Il n'y a eu accord sur rien", a reconnu M. Arabi.

M. Lavrov a ainsi accusé les pays soutenant les rebelles, dont des Etats arabes du Golfe et des puissances occidentales, de les encourager à la violence, plutôt que de les pousser à la négociation. Il a également affirmé que son pays approvisionnait la Syrie en équipements de défense aérienne pour la soutenir "face à des menaces extérieures", sans préciser lesquelles.

Si les insurgés ont encore enregistré des succès dimanche, en s'emparant d'un des premiers champs pétroliers du pays et en abattant l'un des redoutables chasseurs-bombardiers du régime, l'opposition tente toujours d'asseoir sa crédibilité.

Le Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l'opposition, a jugé dans un communiqué que les critiques sur son manque de représentativité étaient "en partie justifiées", tout en soulignant qu'il ne pouvait être remplacé, alors que des voix réclament la création d'un gouvernement en exil.

Ce communiqué intervient à l'issue du premier jour d'une rencontre du CNS à Doha, éclipsée par les préparatifs d'une réunion élargie prévue jeudi des opposants sur la base d'une initiative de l'ancien député Riad Seif qui vise à constituer une nouvelle direction politique.

Pour tenter de reprendre la main, le CNS s'est élargi à 13 nouveaux groupes de l'opposition.

Pour les Comités locaux de coordination (LCC), qui animent la rébellion sur le terrain, "il n'est plus acceptable, sous aucun prétexte, de continuer sur la voie de la révolution sans une direction politique unifiée et efficace".

L'ex-Premier ministre Riad Hijab, qui a fait défection cet été, s'est de son côté entretenu avec le chef de la diplomatie turque Ahmet Davutoglu de la "réorganisation de l'opposition", selon une source diplomatique turque.



AFP

Première publication : 05/11/2012

  • SYRIE

    Réunion cruciale à Doha pour l'opposition syrienne divisée

    En savoir plus

  • SYRIE

    Ces réfugiés palestiniens qui soutiennent le régime de Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • SYRIE

    À Alep, la "trêve" n’a pas mis fin à la violence

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)