Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

EUROPE

En Belgique, le mariage gay est entré dans les mœurs

© AFP

Vidéo par Kattalin LANDABURU

Texte par Sarah LEDUC , Kattalin LANDABURU

Dernière modification : 07/11/2012

Alors que le projet de loi sur le mariage homosexuel, présenté mercredi au Conseil des ministres, suscite en France de fortes oppositions, les Belges, qui ont adopté sans problème le mariage gay en 2003, s’étonnent de ce débat haineux.

"Là, on rit de stress !", commente au micro de FRANCE 24 Pierre Van Cutsen. "C’est aussi du rire d’émotion !", corrige son mari, Christophe Andrianne. Les deux hommes font défiler avec émotion sur leur iPad les photos de leur mariage, qu’ils ont célébré en juillet 2011 à la mairie de Bruxelles après quinze années de vie commune.  

La Belgique a  adopté le mariage homosexuel le  30 janvier 2003, devenant ainsi le deuxième pays au monde, après les Pays-Bas, à inscrire le mariage gay dans sa législation. Contrairement à la France aujourd'hui, le sujet n'a pas provoqué, à l'époque, de débats haineux ni rencontré d'oppositions majeures.
"Je n’ai pas de souvenir de débat venimeux", tente vainement de se remémorer Pierre Van Cutsen qui insiste sur le caractère "normal" de l’union entre deux personnes de même sexe dans son pays : "Je ne sais pas si nous avons eu affaire à des gens pour ou contre, mais en tout cas ils ne nous l'ont jamais fait sentir. Grâce à des gens normaux, on a vécu ça de façon normale", insiste-t-il.  
 
Irréductibles Gaulois ?
 
Vu du Nord, le virulent débat qui agite la France a donc de quoi surprendre. En effet, les églises et la droite française ne cessent de dénoncer, critiquer, décrier le projet de loi sur le mariage et l'adoption pour les couples homosexuels qui sera présenté au conseil des ministres mercredi. Pour certains Belges, en s'opposant à cette loi, la France, qui est pourtant associée à la Révolution et à l'humanisme des Lumières, montrerait un visage réactionnaire. 
 
"Au Nord, les Pays-Bas et la Belgique ont autorisé le mariage gay depuis longtemps ! Au Sud, l’Espagne et le Portugal, pays pourtant très catholiques, ont fait de même. Et au milieu, tel le village d’Astérix, la France, pays des Lumières, du progrès, de la modernité, résiste et s’arc-boute", écrit dans les colonnes de "Courrier international" la journaliste belge Charline Vanhoenacker, journaliste belge pour la RTBF et "Le Soir".
 
"En Belgique, nous avons légalisé le mariage gay et l’euthanasie, mais aussi le vote des étrangers non européens aux élections locales", poursuit Charline Vanhoenacker, mi-moqueuse mi-rageuse, tout en accusant la France de "conservatisme hypocrite" et d’être "très frileuse sur les sujets sociaux".

 
Pas d'opposition marquée en Belgique
 
Aujourd'hui en Belgique, le mariage entre personnes de même sexe ne rencontre plus d’opposition marquée parmi la population ni la classe politique. Le Premier ministre belge Elio di Rupo n’a d’ailleurs jamais caché son homosexualité et il n’a pas eu à le regretter politiquement.
 
En 2010, 1 082 unions entre personnes de même sexe ont été célébrées, soit 2,3 % du nombre total des mariages belges. Pas de raz-de-marée mais suffisamment pour faire entrer le mariage gay dans les mœurs.
 
"Ça a contribué à donner de la visibilité à la question homosexuelle dans la société. Ceci dit, ça n'a pas pour autant fait disparaître l'homophobie. On a eu par exemple cette année-ci deux meurtres homophobes à Liège, ce qui est bien la preuve que le mariage n'est pas suffisant", explique au micro de FRANCE 24 David Paternotte, sociologue et auteur de "Revendiquer le mariage gay".  Un homme a en effet été assassiné au marteau dans le parc d'Avroy à Liège en juillet dernier, deux mois à peine après l’assassinat d’un homme de 32 ans près d’un bar gay et lesbien de Liège.
 
L’adoption
 
La Belgique ne s’est pas contentée d’autoriser le mariage gay. Le 20 avril 2006, le Parlement belge a voté à une courte majorité une loi autorisant l’adoption d’enfants par des couples homosexuels, estimant que l’absence de cadre juridique fragilisait la situation des enfants en cas de séparation du couple ou de décès du parent biologique.
 
Dans un couple de femmes mariées, la mère non biologique peut ainsi être reconnue comme un parent à part entière au terme d'un processus d'adoption intra-familiale. Pour les couples masculins souhaitant adopter, le processus reste néanmoins plus compliqué, surtout pour des adoptions internationales. Ce sont en effet les pays d’origine des enfants qui déterminent les critères d'adoption et beaucoup se montrent réticents, voire interdisent l’adoption par un couple d’hommes. Selon l'association belge Homoparentalité, seulement une demi-douzaine d'enfants ont pu être adoptés à ce jour par des couples mariés masculins depuis l'entrée en vigueur de la loi.
 
La Belgique offre également la possibilité aux femmes de se faire inséminer en toute légalité et autorise, sans l'encourager non plus, le recours à la gestation pour autrui (mère porteuse), des pratiques interdites en France. 
 
Si certaines mesures telles que l'adoption restent symboliques, la Belgique a d'ores et déjà franchi de nombreuses étapes dans la quête de l'égalité des droits entre homosexuels et hétérosexuels. La France semble, elle, buter sur un débat qu'elle ancre dans l'éthique et la morale.  Le texte présenté mercredi en Conseil des ministres ne sera examiné par le Parlement qu'en janvier. D’ici là, le débat continue.

Première publication : 06/11/2012

  • FRANCE

    L'Église monte au créneau contre le mariage pour tous

    En savoir plus

  • FRANCE

    "Un enfant a le droit d’avoir un père et une mère"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Comparer mariage homosexuel et polygamie : "une stratégie rhétorique"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)