Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Culture

Emmanuelle Pireyre reçoit le prix Médicis pour "Féérie générale"

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/11/2012

L’écrivaine Emmanuelle Pireyre, auteure de "Féérie générale" (éditions de l’Olivier), est la lauréate du prix Médicis. Le Médicis étranger revient à Avraham B. Yehoshua pour son roman "Rétrospective" (Grasset).

Le prix Médicis récompense l’écrivaine Emmanuelle Pireyre pour son quatrième roman "Féerie générale" (éditions de l'Olivier). Tout comme la veille pour le prix Femina, qui est revenu à Patrick Deville pour "Peste & Choléra", l’annonce du prix Médicis, mardi 6 novembre, a été devancée sur Twitter : un magazine spécialisé divulgait l’information peu avant l'annonce officielle. L'auteure a été choisie dès les premier tour avec 8 voix sur 10, a précisé le jury.

"Féerie générale" est un "roman-collage" qui mêle réalité et fiction, différentes histoires et formes d’écriture : récit, rap, langue parlée, textos, courriels... Le livre n’en est pas moins une introspection sur l'intimité dans une société ultra-connectée, abreuvée d’informations multiples sur Internet.

L’auteure, née en 1969, écrit et publie depuis 1995. Elle participe à des fictions radiophoniques et donne régulièrement des lectures-performances. Après "Congélations et décongélations", "Mes vêtements ne sont pas des draps de lit" (Maurice Nadeau, 2000 et 2001), et "Comment faire disparaître la terre ?" (2006, Seuil), elle explique avoir voulu écrire "quelque chose de plus positif que la question de la destruction". Un processus d'écriture qui a été "très long".

 

Médicis étranger à Yehoshua

Le prix Médicis étranger revient à Avraham B. Yehoshua, écrivain israélien, pour "Rétrospective" (éditions Grasset), un roman mélancolique sur les mystères de la création artistique. Né en 1936 à Jérusalem dans une famille d'intellectuels sépharades, Avraham B. Yehoshua a été désigné au premier tour par six jurés sur dix.

"Rétrospective" est un roman de près de 500 pages dont le fil conducteur est la réalisation d'un film. Il met en scène les rapports conflictuels entre un célèbre réalisateur israélien, Yaïr Mozes, âgé de 70 ans, un scénariste, une actrice et un directeur de la photographie.

Avraham B. Yehoshua est connu pour son engagement dans le camp de la paix, aux côtés des écrivains Amos Oz et David Grossman, lui-même couronné par le Médicis étranger en 2011 pour "Une femme fuyant l'annonce" (Seuil).

Le prix Médicis de l'essai revient à David Van Reybrouck, Belge néerlandophone, pour "Congo, une histoire" (Actes Sud), un ouvrage couvrant 90 000 ans d'histoire de ce pays devenu Zaïre puis République démocratique du Congo (RDC).

Mercredi 7 novembre doivent être annoncés le lauréat du prix Goncourt et celui du prix Renaudot.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 06/11/2012

  • LITTÉRATURE

    Patrick Deville lauréat du Prix Femina pour "Peste & choléra"

    En savoir plus

  • LITTÉRATURE

    "Rue des voleurs", de Mathias Énard, premier lauréat du Goncourt des étudiants de Beyrouth

    En savoir plus

  • LITTÉRATURE

    Quatre finalistes en lice pour le prix Goncourt

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)