Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Mali - pourparlers à Alger : peut-on croire à la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine : la Russie en guerre contre l'Europe ?

En savoir plus

FOCUS

Les géants américains du tabac à l'assaut de la cigarette électronique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ben l'Oncle Soul toujours en plein rêve pour son deuxième album

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le trio CAB, un voyage musical entre Afrique, Brésil et Caraïbes

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Quand Manuel Valls tente de faire disparaître ses tweets

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • Hong Kong en rébellion contre l’emprise de Pékin

    En savoir plus

  • Vidéo : une rentrée des classes pas comme les autres en Ukraine

    En savoir plus

  • L'ONU envoie une mission pour enquêter sur les crimes de l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Vers un nouveau coup d'État militaire au Pakistan ?

    En savoir plus

  • Cisjordanie : les États-Unis exhortent Israël à renoncer aux expropriations

    En savoir plus

  • Face à l'avancée de l'EI en Irak, la peur gagne l'Iran

    En savoir plus

  • Et si la France vendait la Joconde pour éponger ses dettes ?

    En savoir plus

  • Webdoc : "Le Grand incendie" primé à Visa pour l'image

    En savoir plus

  • Le pape organise un "match pour la paix" avec des stars du foot

    En savoir plus

  • Le Premier ministre de retour au Lesotho après un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, huit morts

    En savoir plus

  • République centrafricaine : les ravages de la haine

    En savoir plus

  • Embargo russe : les producteurs français redoutent la concurrence polonaise

    En savoir plus

  • Importante victoire de l’armée irakienne face aux jihadistes de l’EI

    En savoir plus

Amériques

Les Américains votent au cours d'un scrutin qui s'annonce des plus serrés

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/11/2012

Quelque 120 millions d'électeurs sont attendus aux urnes, ce mardi, pour départager Mitt Romney de Barack Obama. Dans le New Hampshire, les premiers résultats confirment les prévisions : le scrutin devrait se jouer à une poignée de voix.

Au moins 120 millions d’électeurs américains sont attendus aux urnes pour départager Barack Obama et Mitt Romney au terme d’une campagne électorale intense, ce mardi 6 novembre. Depuis plus d’un mois, les sondages annoncent en effet un scrutin des plus serrés.

Le dernier sondage Reuters/Ipsos publié lundi donne ainsi une courte avance au

président sortant (48 %) face à son adversaire républicain (46 %) avec une marge d'erreur de 3,4 points d'indice qui relativise grandement la portée de cet écart.

Les bureaux de vote de neuf Etats de l'est des Etats-Unis ont ouvert leurs portes mardi matin à 06H00 locales (11H00 GMT).

Mais L’élection avait déjà été symboliquement inaugurée à Dixville Notch, un petit village du New Hampshire dont l’unique bureau de vote est, depuis 1960, le premier à ouvrir lors d’une élection présidentielle. Signe que le suspense promet d’être haletant, les résultats, déjà connus, ont donné Obama et Romney à égalité. Un fait inédit dans le petit village où les candidats républicains ont toujours remporté la majorité, sauf en 2008...

Ultimes tentatives pour convaincre

À la veille du scrutin, les deux candidats ont fait d’ultimes tentatives pour tenter de convaincre les indécis, de séduire les indépendants et de mobiliser leurs troupes.

ÉMISSION SPÉCIALE USA

De manière symbolique, Obama a tenu son dernier meeting dans l'Iowa, là où il avait lancé sa campagne victorieuse de 2008. "Je suis revenu encore une fois dans l'Iowa pour vous demander votre voix. Je suis venu vous demander de nous aider à terminer ce que nous avons entrepris, parce que c'est ici que notre mouvement en faveur du changement a commencé". Pris par l'émotion, le président sortant a dû s’interrompre, la gorge nouée. Il doit désormais rejoindre son fief de Chicago, dans l'Illinois, avec son épouse Michelle, où il attendra les résultats mardi soir.

Sentant que l’élection ne se jouera qu’à une poignée de voix, Mitt Romney, pour sa part, restera en campagne jusqu’au bout. Il est apparu lundi dans quatre États dits pivots, décisifs pour le srcutin : en Floride, en Virginie, dans l'Ohio et dans le New Hampshire. Mardi, jour même du scrutin, il doit voter à Belmont (Massachusetts), puis se déplacer encore dans l'Ohio et la Pennsylvanie avant de passer la soirée électorale à Boston.

Imprimé sur de grandes affiches à ses réunions publiques, "le vrai changement dès le premier jour" résume le message final de M. Romney. "Presque toutes les mesures prises par le président ont rendu la reprise économique plus difficile", martelait-il encore lundi matin à Orlando, en Floride.

Au cours de cette campagne, la question de l'économie a été omniprésente en raison de la faible croissance américaine et de la persistance du chômage qui s'établit à 7,9 %.

En ce domaine, Romney a joué à plein sur son passé d'homme d'affaires, compétent pour gérer les situations de crise. Obama a, lui, expliqué que sa présidence avait connu la plus grave crise depuis la Grande Dépression de 1929 et qu'il avait remis le pays sur les rails.

Légère avance pour Obama dans les États pivots

Même si les sondages donnent les deux candidats au coude à coude, la carte électorale paraît plus favorable au président : une victoire dans quelques-uns seulement des États pivots lui suffirait pour rester à la Maison Blanche.

Obama est, en effet, légèrement en tête dans huit de ces neuf États, et notamment dans l’Ohio, ardemment convoité par les candidats. Il est considéré comme l’État qui pourrait décider du sort de l’élection. Aucun républicain n'a réussi à s'installer à la Maison Blanche sans l'avoir remporté.

La course est tellement indécise que les cas de figure les plus inattendus ont été imaginés et que la perspective de voir se répéter le scénario de 2000 a été plusieurs fois évoquée. C'est la Cour suprême qui avait alors tranché, donnant la victoire à George W. Bush après cinq semaines d'incertitudes et de recours en justice.

Pour l’heure, les longues files d'attente observées devant les bureaux de Floride au moment du vote anticipé et les plaintes du Parti démocrate déposées ce week-end à Miami pour étendre les horaires de cette procédure de vote peuvent présager d'un scrutin agité. Chaque camp semble prêt à porter la bataille sur le plan judiciaire en cas de doute sur les résultats.

Avocats démocrates et républicains surveillent aussi de près les bureaux de l'Ohio, où des associations contestaient les critères de validité des bulletins "provisoires" qui ne seront dépouillés qu'à partir du 17 novembre. Les électeurs qui, par exemple, ne présentent pas de preuve d'identité ou votent dans le mauvais bureau de vote doivent utiliser cette procédure.

Les bureaux de vote commenceront à fermer leurs portes à 18h (23h GMT) dans l'Indiana et le Kentucky. Les autres États suivront dans les six heures, mais il n'est pas certain qu'une estimation fiable soit disponible avant plusieurs heures.

FRANCE 24 avec dépêches

 

Première publication : 06/11/2012

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    La communauté homosexuelle monte au front pour Obama

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    En Floride, Obama peut-il perdre le "vote juif" ?

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    "J’ai voté Marine Le Pen et Barack Obama"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)