Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Câblo-distribution : consolidation du secteur aux États-Unis

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Rififi à la FIFA"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Héros"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burundi : un mois après le début des manifestations la France suspend sa coopération sécuritaire

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Le prélèvement à la source : une fausse bonne idée?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Dominique A, artiste exigeant

En savoir plus

FOCUS

Népal : difficile retour sur les bancs de l'école, un mois après le séisme

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jeannette Bougrab : "Ma mère a réussi à briser cette malédiction de naître femme"

En savoir plus

#ActuElles

Les Méditerranéennes en mouvement

En savoir plus

Moyen-orient

Flottille pour Gaza : quatre militaires israéliens jugés symboliquement à Istanbul

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/11/2012

Accusés d’avoir mené un assaut meurtrier en mai 2010 contre un bateau d’aide humanitaire turc qui se dirigeait vers Gaza, quatre anciens hauts gradés de Tsahal sont jugés par contumace à partir de ce mardi. Tel-Aviv a exclu toute extradition.

Le procès de quatre ex-chefs de l'armée israélienne accusés d'avoir ordonné un assaut meurtrier contre un navire turc d'aide humanitaire à destination de Gaza en 2010 a débuté mardi devant un tribunal d'Istanbul en l'absence des accusés, a constaté une journaliste de l'AFP.

Le ministère public turc a requis la prison à vie contre l'ex-chef d'état-major de l'armée israélienne, Gabi Ashkenazi, les ex-chefs de la marine et de l'aviation, Eliezer Alfred Marom et Avishai Levi, et l'ex-chef des services secrets Amos Yadlin, pour leur implication supposée dans l'assaut contre le navire Mavi Marmara, au cours duquel avaient péri neuf ressortissants turcs.

En l'absence des accusés, le procès devrait rester symbolique, d'autant qu'Israël a exclu d'extrader ses militaires et dénoncé ces poursuites.

La première audience a été l'occasion pour des centaines de manifestants réunis devant le tribunal de conspuer Israël et de réclamer justice pour la mort des activistes.

"Allah est grand!" et "Maudit soit Israël", a scandé la foule, qui a déployé un grand drapeau turc et agité de nombreux drapeaux palestiniens.

"Pour l'instant, nous jugeons simplement quatre commandants, mais il peut y avoir une extension politique. Tout est entre les mains de la cour", a affirmé Hüseyin Oruç, le vice-président de l'ONG humanitaire islamiste IHH, qui avait affrété le Mavi Marmara.

Les poursuites portent sur l'assaut donné le 31 mai 2010 dans les eaux internationales par des commandos israéliens au Mavi Marmara, navire amiral d'une flottille d'aide humanitaire qui tentait de rallier Gaza, sous blocus israélien.

L'acte d'accusation reproche aux soldats israéliens d'avoir fait un usage largement disproportionné de la force contre les militants turcs, les accusant d'avoir "mitraillé des gens qui brandissaient des fourchettes, des cuillères ou des hampes de drapeau".

En septembre dernier, le rapport Palmer de l'ONU avait jugé "excessive" et déraisonnable cette intervention militaire, mais avait considéré comme étant légal le blocus imposé par Israël à la bande de Gaza.

Cette affaire a provoqué une grave crise diplomatique entre la Turquie et Israël, autrefois alliés.

AFP

Première publication : 06/11/2012

  • PROCHE-ORIENT

    Cessez-le-feu à Gaza après une journée de violences meurtrières

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    En s'invitant à Gaza, le Qatar s’impose dans la diplomatie régionale

    En savoir plus

  • ISRAËL

    Le navire "Estelle" intercepté par la marine israélienne au large de Gaza

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)