Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le hip-hop fusion à la française

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Tunisie se prépare à voter

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Sommet européen sur l'emploi : la croissance à l'ordre du jour

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • L'armée suédoise traque un introuvable sous-marin russe

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • François Hollande inaugure la Fondation Vuitton à Paris

    En savoir plus

  • Paris et Berlin s'entendent pour stimuler l'investissement en Europe

    En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Kate et William attendent leur deuxième enfant pour avril

    En savoir plus

  • Quand l’EI ne veut plus que ses militants postent de selfies

    En savoir plus

  • La crainte s'empare des Iraniennes après des attaques à l'acide

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

FRANCE

Mariage homosexuel : le projet de loi présenté en Conseil des ministres

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/11/2012

Promesse du candidat Hollande à la présidence, le projet de loi ouvrant le mariage et l'adoption aux couples gay a été présenté en Conseil des ministres. Un texte qui suscite une vive opposition à droite et au sein de l'Église catholique.

Le projet de loi ouvrant la voie au mariage et à l'adoption pour les couples de même sexe a franchi mercredi l'étape du Conseil des ministres alors qu'il reste l'objet d'une opposition virulente de la droite et des églises mais ne va pas assez loin pour les associations homosexuelles.

Le président François Hollande a déclaré que ce projet devait être "un progrès pas seulement pour quelques-uns mais pour toute la société".

Il a souhaité aussi que le débat soit "maîtrisé" et "respectueux des opinions comme des croyances", selon des propos rapportés par la porte-parole du gouvernement Nadjat Vallaud-Belkacem.

Selon l'article 1er du projet de loi obtenu par l'AFP, "le mariage est contracté par deux personnes de sexe différent ou de même sexe". De la possibilité de se marier, découlera, pour les couples homos, le droit d'adopter ensemble un enfant.

Exit donc, au grand dam des associations homosexuelles, l'ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes ou les questions de filiation, renvoyées par le gouvernement à une future loi sur la famille.

Mais ce projet pourrait évoluer au Parlement, qui l'examinera en janvier pour laisser plus de temps au débat. Le Parti socialiste a déjà promis un amendement sur la PMA.

"Le projet de loi est une grande avancée, très importante pour la protection juridique des familles homoparentales", a réagi mercredi Stéphanie, 41 ans, membre de l'association des parents gays et lesbiens et habitante d'un village de l'Ain, tout en regrettant que le texte ne permette pas d'adopter l'enfant de son conjoint sans être marié ni recourir à la PMA.

Ces jours derniers, les opposants ont haussé le ton, le cardinal André Vingt-Trois taxant le projet de "supercherie", des propos qui lui ont valu les foudres de la gauche, d'associations et d'internautes.

Mais l'Eglise catholique marche sur des oeufs car elle craint de se laisser entraîner par les intégristes, comme l'Institut Civitas, qui appellent à manifester le 18 novembre. D'autres opposants, comme l'association anti-avortement Alliance Vita, organisent des rassemblements la veille, le 17.

Signe des crispations qui entourent le projet, la maire PS de Hantay (Nord), qui devait célébrer samedi le mariage de deux femmes, a décidé d'annuler "cet acte civil non autorisé par la loi", après avoir reçu des réactions "violentes" et "menaçantes".

Alors que le Grand Rabbin de France, Gilles Bernheim, s'est lui aussi élevé contre le futur texte, des associations de défense des homosexuels ont appelé l'opinion et les parlementaires à résister aux "pressions" religieuses.

"Cesser de raconter n'importe quoi"

SOS homophobie a notamment souligné que parmi les pays européens - dont l'Espagne et le Portugal - qui ont ouvert le mariage, l'adoption et la PMA aux couples de même sexe ces dernières années, "aucun n'a sombré dans la décadence annoncée".

Hasard du calendrier, le tribunal constitutionnel espagnol a d'ailleurs validé mardi la loi sur le mariage et l'adoption pour les couples homosexuels tandis que plusieurs Etats américains ont voté en faveur du mariage gay.

L'association Inter-LGBT (lesbienne, gay, bi et trans) a pour sa part appelé à manifester mercredi soir près de l'Assemblée nationale.

Prudent, le Conseil français du culte musulman (CFCM) a pour sa part souligné que les règles religieuses ne pouvaient être opposées au projet même si l'union de personnes de même sexe est "non conforme" à l'islam.

Sur le front politique, la droite s'est aussi emparée du sujet, certains allant même jusqu'à promettre l'abrogation du texte en cas d'alternance tandis que Marine Le Pen ou Christine Boutin, présidente du Parti Chrétien Démocrate, connue pour ses positions anti-Pacs en 1998, demandent un référendum.

Des pétitions "pro" (psychanalystes) ou "anti" (maires qui refuseront de célébrer ces unions) font également florès sur internet.

Selon un sondage Ifop pour Le Monde publié mercredi, les Français sont favorables à 65% au mariage homosexuel et à 52% à l'adoption par des personnes de même sexe.
 

AFP

Première publication : 07/11/2012

  • BELGIQUE

    En Belgique, le mariage gay est entré dans les mœurs

    En savoir plus

  • FRANCE

    L'Église monte au créneau contre le mariage pour tous

    En savoir plus

  • FRANCE

    "Un enfant a le droit d’avoir un père et une mère"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)