Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Collectif"

En savoir plus

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

  • En direct : le défilé du 14-Juillet sur les Champs Élysées

    En savoir plus

  • EN IMAGES : les meilleurs moments du Mondial

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien entaché de heurts

    En savoir plus

  • L'Allemagne est championne du monde pour la 4e fois de son histoire

    En savoir plus

  • Scènes de liesse à Berlin, tristesse et violences à Buenos Aires

    En savoir plus

  • Les civils fuient leurs habitations dans le nord de la bande de Gaza

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Gallopin endosse le premier maillot jaune français

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Décès du célèbre chef d’orchestre américain Lorin Maazel

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

Economie

Le Qatar pourrait investir 10 milliards d'euros en France

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/11/2012

Ces fonds qataris pourraient, notamment, prendre la forme d'une prise de participation dans de grands groupes français. Ils viendraient s'ajouter au fonds franco-qatari destiné aux PME dont la signature doit intervenir d'ici à la fin de l'année.

Le Qatar, dont les investissements en France font polémique, étudie la possibilité d'injecter 10 milliards d'euros supplémentaires dans de grandes entreprises de l'Hexagone, a annoncé à l'AFP son ambassadeur en France.

"Les 10 milliards d'euros seront des fonds du Qatar pour prendre des parts dans des grands groupes français, monter des projets ensemble ou faire des partenariats dans des pays tiers", a expliqué Mohamed Jaham Al-Kuwari.

"Ce n'est pas finalisé, c'est une idée qu'on est en train d'étudier", a-t-il précisé.

Un accord doit par ailleurs être signé d'ici à la fin de l'année sur la création d'un fonds franco-qatari à destination des petites et moyennes entreprises, dont le montant pourrait atteindre 300 millions d'euros.

A l'origne le Qatar avait évoqué fin 2011 un fonds pour les banlieues de 50 millions à la suite d'une visite au Qatar d'élus de quartiers en difficulté. L'annonce a suscité une forte polémique en pleine campagne électorale.

Le nouveau gouvernement de gauche a finalement donné son feu vert à condition d'y être associé.

Le fonds sera donc abondé pour moitié par la Qatar Investment Authority, bras financier du petit émirat, "à hauteur de 100-150 millions d'euros", et pour l'autre moitié par la Caisse des dépôts (CDC) et éventuellement des partenaires privés, selon l'ambassadeur.

Le Qatar entend diversifier son économie, afin de "garantir des revenus issus de ses investissements supérieurs aux ressources du gaz et du pétrole d'ici 2030", a expliqué M. Al-Kuwari.

L'émirat dispose d'importantes réserves en hydrocarbures qui lui assurent un poids économique bien supérieur à sa superficie de 11.500 km2 et sa population de 1,8 million d'habitants.

"C'est quoi le problème?"

Il est déjà très présent en France. Au cours actuel (mardi soir), ses participations dans les grandes entreprises françaises valent au moins six milliards d'euros. Ce calcul réalisé par l'AFP se base sur les parts suivantes: Total 3%, Vinci 7%, Lagardère 12%, Veolia Environnement 5%, LVMH 1%, Vivendi 3%.

Le Qatar possède par ailleurs des hôtels de luxe, le club de football Paris-Saint-Germain (PSG) et a investi dans l'achat de droits télévisés et le marché de l'art.

Ces prises de participation tous azimuts ont suscité de violentes critiques. Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche) a tonné contre une "colonisation par l'argent", Marine Le Pen (FN) contre le "cheval de Troie de l'islamisme". A l'UMP, plusieurs voix ont souhaité une commission d'enquête parlementaire sur ses investissements.

Le Premier ministre du Qatar, cheikh Hamad ben Jassem Al-Thani, s'était défendu à la mi-octobre de "toute arrière pensée politique".

Le Qatar n'a pas non plus de visée prosélyte, a assuré mardi l'ambassadeur. "Le gouvernement qatari n'a jamais investi dans des mosquées, sauf dans la Grande mosquée de Paris, mais à la demande du gouvernement français à hauteur de deux millions d'euros."

Le Qatar, qui abrite un bureau des talibans et entretient des liens avec les mouvements islamistes Ennahda de Tunisie et le Hamas palestinien, a pour ligne diplomatique de "parler avec tout le monde", a-t-il ajouté.

M. Al-Kuwari a rappelé que son pays investissait dans le monde entier sans polémique. Evoquant une "exception française", il a fait valoir que son pays respectait les lois françaises "en toute transparence".

"Le Qatar investit depuis longtemps en France, comme les autres et n'est pas le plus gros investisseur, a-t-il poursuivi, en s'interrogeant: c'est quoi le problème ?"

AFP

 

Première publication : 07/11/2012

  • FRANCE

    Le gouvernement reprend la main sur le fonds qatari pour les banlieues

    En savoir plus

  • FRANCE

    La droite s'inquiète des investissements qataris en banlieue

    En savoir plus

  • IMMOBILIER

    Le Qatar met la main sur l'hôtel Martinez à Cannes

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)