Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Manuel Valls, le Tony Blair français ?

En savoir plus

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

REVUE DE PRESSE

REVUE DE PRESSE

Dernière modification : 08/11/2012

"Le vrai maître du monde"

Presse française, Jeudi 8 novembre. Au menu de la presse française ce matin, la réélection de Barack Obama, les chantiers qui l’attendent, et la désignation du nouveau numéro un chinois, Xi Jinping.

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
La revue de presse française revient bien sûr largement ce matin sur la réélection de Barack Obama.
 
Je vous propose de commencer avec le Monde, qui titre sur la promesse de Barack Obama à ses compatriotes le soir de sa victoire: «le meilleur est à venir». 4 ans de plus, 4 ans pour mieux faire, malgré un «avenir truffé d’ornières», rappelle le Monde. «Entre un Mitt Romney incapable de se définir et un Barack Obama sérieux, faute d’être flamboyant, les Américains n’ont pas hésité», et rejeté «la dérive fondamentaliste du parti républicain». Le président démocrate et les élus conservateurs, «condamnés (désormais) à travailler ensemble».
Barack Obama va devoir réunir un pays qui est apparu plus que jamais divisé, repartir «au combat», nous dit Libération. «S’il veut que son second mandat fasse sens, Obama va devoir confronter, dénoncer et défaire ceux que Thomas Friedman, du New York Times, appelle «la droite dingo»».
 
«Avec Obama, les Américains ne sont pas convertis au «socialisme», comme les en accusaient les républicains; mais devant la violence de la crise, ils ont pu mesurer l’importance d’un système de santé plus protecteur, le besoin de réguler davantage les marchés financiers», explique la Croix.
 
Et ce matin, «tout reste à faire», selon le Figaro, qui énumère la très longue liste des dossiers difficiles qui attendent le président réélu. La dette, la croissance, le chômage, l’Iran… les défis sont «gigantesques», écrit le journal, qui rapporte que les républicains ont déjà commencé leur «examen de conscience». Les critiques auraient d’ailleurs fusé dès le soir de la défaite, les uns soutenant que Mitt Romney «aurait dû mener une campagne plus conservatrice», les autres regrettant que le candidat n’ait pas adopté un positionnement plus centriste. Le Figaro explique aussi comment le poids de la clientèle habituelle des républicains, des Blancs plutôt âgés qui vivent dans les zones rurales et les banlieues, décline au fur et à mesure qu’augmente celui des minorités, notamment hispaniques.
 
Parmi les dossiers qui attendent Barack Obama, l’épineuse question des relations sino-américaines, beaucoup évoquée lors de la campagne électorale. Les critiques à l’égard de l’empire du Milieu  sont même presque devenues un sport à part entière, le «China bashing». Mitt Romney a beaucoup reproché à son rival d’être trop «faible» vis-à-vis des Chinois. Mais les Chinois eux-mêmes «ne considèrent pas qu’Obama a été trop faible», affirme Kenneth Lieberthal, un ex-conseiller de Bill Clinton dans Libération. Il explique que ce que Pékin aimerait surtout, c’est «que l’Amérique reconnaisse que les rapports de force en Asie sont en train de changer de façon majeure, que Washington lui accorde un rôle plus important sur la scène internationale et s’éloigne de ce que ses dirigeants perçoivent encore comme une stratégie d’endiguement de la Chine».
 
La Chine désigne aujourd’hui son nouveau numéro un, le successeur de Hu Jintao. Xi Jinping est en passe d’être désigné par le 18ème congrès du Parti communiste chinois. «Le vrai maître du monde, c’est lui», rappelle le Parisien. Xi Jinping, 59 ans, que le journal décrit comme un «homme énigmatique», aurait un atout charme, en la personne de sa femme, la -célèbre- chanteuse Peng Liyuan.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

02/09/2014 Gastronomie

"Simple appareil"

Presse internationale, mardi 2 septembre 2014. Au menu de cette revue de presse, le risque d'une intervention de l'armée au Pakistan, et la diffusion sur Internet de photos de...

En savoir plus

02/09/2014 Enseignement

"Comme le disait ma grand-mère"

Presse française, mardi 2 septembre 2014. Au menu de cette revue de presse, la rentrée des classes pour 12 millions d'élèves, sur fond de fronde des élus contre la réforme des...

En savoir plus

01/09/2014 Afghanistan

"L'agneau russe"

Presse internationale, lundi 1er septembre 2014. Au menu de cette revue de presse, les dernières déclarations de Poutine sur l'Ukraine, et le scepticisme suscité par la...

En savoir plus

01/09/2014 François Hollande

"J'aime les socialistes"

Presse française, lundi 1er septembre 2014. Au menu de cette revue de presse, le discours de Manuel Valls à l'université d'été du PS. Un discours sifflé par une partie des...

En savoir plus

29/08/2014 guerre

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

Dans cette revue de presse proposée par Sandrine Gomes, un changement de ton et de rhétorique dans la presse anglo-saxonne face à l'"invasion" russe de l'Ukraine, des critiques...

En savoir plus