Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Au Zimbabwe, le spectre de la crise économique plane toujours

En savoir plus

FRANCE

Le 19 mars décrété journée du souvenir de la guerre d'Algérie

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/11/2012

Grâce à un vote du Parlement français jeudi, le 19 mars, date-anniversaire du cessez-le-feu en 1962, est devenu une journée nationale "à la mémoire des victimes de la guerre d'Algérie". Une proposition défendue par les socialistes depuis dix ans.

Le Parlement a adopté définitivement jeudi la proposition de loi socialiste qui fait du 19 mars, date anniversaire du cessez-le-feu en 1962, la "journée nationale du souvenir" en mémoire des victimes de la guerre d'Algérie, après le vote en ce sens du Sénat.

Le texte a été adopté par 181 voix contre 155, la gauche sénatoriale s'étant prononcée pour, la droite contre. Déjà votée en janvier 2002, et dans les mêmes termes, par l'Assemblée nationale, la proposition de loi est donc définitivement adoptée après le vote du Sénat et ne retourne pas devant les députés.

En deux courts articles, le texte institue chaque 19 mars une journée du souvenir "à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d'Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc".

Son inscription à l'ordre du jour du Sénat dix ans après son passage devant l'Assemblée a suscité un débat passionné, souvent marqué par une forte émotion sur fond de polémiques sur le passé colonial de la France.

Exclusif FRANCE 24


La gauche a défendu un texte qui, selon elle, rassemble et rend hommage à toutes les victimes du conflit. L'UMP a dénoncé pour sa part un texte de division et accusé la gauche d'instrumentaliser l'histoire à la veille du voyage du président François Hollande, le mois prochain, en Algérie.

Le 19 mars, date du cessez-le-feu au lendemain des accords d'Evian, le 18 mars 1962, est un sujet de tensions droite-gauche, mais aussi entre associations d'anciens combattants et de rapatriés d'Algérie.

L'une des principales associations, la FNACA, qui représente 350.000 adhérents, notamment d'anciens appelés du contingent, militait depuis de nombreuses années en faveur d'une journée d'hommage le 19 mars. Une quarantaine d'autres associations, qui revendiquent plus d'un million de membres, défendaient en revanche la date du 5 décembre officiellement retenue depuis 2003 pour rendre hommage aux victimes, mais qui ne correspond à aucun événement de la guerre d'Algérie.

AFP

Première publication : 08/11/2012

  • FRANCE

    Le bras d'honneur de Gérard Longuet à un ministre algérien

    En savoir plus

  • FRANCE

    Algérie : la France "n'a pas à se repentir de son rôle positif", selon le Front national

    En savoir plus

  • FRANCE - ALGÉRIE

    "Algériens de France 1954-1962", un documentaire de FRANCE 24

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)