Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Arrestation du capitaine du ferry naufragé en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

FRANCE

Selon la Chancellerie, Hollande n'est pas intervenu dans l'affaire Aurore Martin

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/11/2012

Démentant une information du site Mediapart, la Chancellerie assure que François Hollande et le gouvernement ne sont pas intervenus pour faire extrader la militante basque Aurore Martin vers l'Espagne.

La Chancellerie a assuré jeudi que le président François Hollande et le gouvernement n'étaient pas intervenus dans la remise de la militante basque Aurore Martin à l'Espagne.

La remise d'Aurore Martin à la justice espagnole s'est effectuée le 1er novembre "sur la base d'un mandat d'arrêt européen", a rappelé le ministère de la Justice dans un communiqué.

Cette procédure "de juge à juge s'impose au parquet général de Pau et ne constitue pas une extradition", a-t-il ajouté. "Elle exclut toute intervention du pouvoir exécutif, c'est-à-dire du président et du gouvernement".

Depuis l'arrestation de la jeune femme lors d'un contrôle routier et sa remise à l'Espagne, le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a été la cible de critiques de la part des soutiens de la militante et de personnalités de gauche, qui le soupçonnaient d'avoir donné son feu vert à l'opération, ce qu'il a réfuté.

Jeudi, le site Mediapart affirmait que François Hollande avait "validé l'extradition". "Des consultations au plus haut niveau impliquant les ministres concernés et le président ont été conduites avant d'ordonner le transfèrement de la jeune femme", écrit le site, affirmant que son interpellation "n'avait pas de caractère fortuit".

Selon une source gouvernementale, que les responsables de l'exécutif aient été informés après l'interpellation d'Aurore Martin "n'est pas ahurissant".

Dans l'entourage de Manuel Valls, on insiste toutefois sur le caractère "fortuit" du contrôle: "En France, le 1er novembre, il y a des contrôles routiers. Et c'est dans ce cadre qu'elle est contrôlée. Elle n'a pas été arrêtée à son domicile".

Selon la gendarmerie, des instructions avaient été données le 1er novembre (week-end de Toussaint traditionnellement meurtrier) pour renforcer les contrôles de vitesse et d'alcoolémie dans toute la France.

A cet effet, les gendarmes de Mauléon avaient mis en place des contrôles de 14h00 à 19h00 sur six points successifs. Aurore Martin a été contrôlée vers 16h00 à un rond-point où toutes les voitures étaient arrêtées dans le cadre d'un contrôle d'alcoolémie.

Elle était seule dans la voiture et dépourvue de permis de conduire et de carte nationale d'identité. Elle a présenté sa carte grise et les gendarmes en passant son nom au fichier se sont alors aperçus qu'elle faisait l'objet d'un mandat d'arrêt européen, a-t-on expliqué.

Dès lors, explique une source proche de l'enquête, l'issue était inéluctable, Aurore Martin étant l'objet d'un mandat d'arrêt européen validé par la justice française.

"Personne n'a à interrompre le fonctionnement de la justice. Il y va de son indépendance", argumente-t-on dans l'entourage de Manuel Valls. "Imaginons un instant les réactions si à un moment un ministre ou le président de la République avait dit: 'Ce fonctionnement ne me plaît pas'".

AFP

Première publication : 08/11/2012

  • FRANCE

    Manuel Valls se défend de toute intervention dans l'affaire Aurore Martin

    En savoir plus

  • FRANCE

    Arrestation d'Aurore Martin : Manuel Valls provoque l’ire du Pays basque

    En savoir plus

  • FRANCE

    Arrestation d’Aurore Martin : procédure ordinaire ou manipulation politique ?

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)