Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • Écosse : "Quel que soit le résultat, il va y avoir beaucoup de mécontents"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

FRANCE

Selon la Chancellerie, Hollande n'est pas intervenu dans l'affaire Aurore Martin

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/11/2012

Démentant une information du site Mediapart, la Chancellerie assure que François Hollande et le gouvernement ne sont pas intervenus pour faire extrader la militante basque Aurore Martin vers l'Espagne.

La Chancellerie a assuré jeudi que le président François Hollande et le gouvernement n'étaient pas intervenus dans la remise de la militante basque Aurore Martin à l'Espagne.

La remise d'Aurore Martin à la justice espagnole s'est effectuée le 1er novembre "sur la base d'un mandat d'arrêt européen", a rappelé le ministère de la Justice dans un communiqué.

Cette procédure "de juge à juge s'impose au parquet général de Pau et ne constitue pas une extradition", a-t-il ajouté. "Elle exclut toute intervention du pouvoir exécutif, c'est-à-dire du président et du gouvernement".

Depuis l'arrestation de la jeune femme lors d'un contrôle routier et sa remise à l'Espagne, le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a été la cible de critiques de la part des soutiens de la militante et de personnalités de gauche, qui le soupçonnaient d'avoir donné son feu vert à l'opération, ce qu'il a réfuté.

Jeudi, le site Mediapart affirmait que François Hollande avait "validé l'extradition". "Des consultations au plus haut niveau impliquant les ministres concernés et le président ont été conduites avant d'ordonner le transfèrement de la jeune femme", écrit le site, affirmant que son interpellation "n'avait pas de caractère fortuit".

Selon une source gouvernementale, que les responsables de l'exécutif aient été informés après l'interpellation d'Aurore Martin "n'est pas ahurissant".

Dans l'entourage de Manuel Valls, on insiste toutefois sur le caractère "fortuit" du contrôle: "En France, le 1er novembre, il y a des contrôles routiers. Et c'est dans ce cadre qu'elle est contrôlée. Elle n'a pas été arrêtée à son domicile".

Selon la gendarmerie, des instructions avaient été données le 1er novembre (week-end de Toussaint traditionnellement meurtrier) pour renforcer les contrôles de vitesse et d'alcoolémie dans toute la France.

A cet effet, les gendarmes de Mauléon avaient mis en place des contrôles de 14h00 à 19h00 sur six points successifs. Aurore Martin a été contrôlée vers 16h00 à un rond-point où toutes les voitures étaient arrêtées dans le cadre d'un contrôle d'alcoolémie.

Elle était seule dans la voiture et dépourvue de permis de conduire et de carte nationale d'identité. Elle a présenté sa carte grise et les gendarmes en passant son nom au fichier se sont alors aperçus qu'elle faisait l'objet d'un mandat d'arrêt européen, a-t-on expliqué.

Dès lors, explique une source proche de l'enquête, l'issue était inéluctable, Aurore Martin étant l'objet d'un mandat d'arrêt européen validé par la justice française.

"Personne n'a à interrompre le fonctionnement de la justice. Il y va de son indépendance", argumente-t-on dans l'entourage de Manuel Valls. "Imaginons un instant les réactions si à un moment un ministre ou le président de la République avait dit: 'Ce fonctionnement ne me plaît pas'".

AFP

Première publication : 08/11/2012

  • FRANCE

    Manuel Valls se défend de toute intervention dans l'affaire Aurore Martin

    En savoir plus

  • FRANCE

    Arrestation d'Aurore Martin : Manuel Valls provoque l’ire du Pays basque

    En savoir plus

  • FRANCE

    Arrestation d’Aurore Martin : procédure ordinaire ou manipulation politique ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)