Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les peoples et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola en Afrique de l'Ouest : comment vaincre cette épidémie sans précédent ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Gaza : l'espoir de trêve évanoui ?

En savoir plus

FOCUS

États-Unis : les prisons californiennes surpeuplées

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Russie sanctionnée

En savoir plus

DÉBAT

Moscou sanctionnée par l'UE : Poutine peut-il plier ?

En savoir plus

DÉBAT

Chrétiens d'Irak : "Il faut les aider à rester dans leur pays"

En savoir plus

SUR LE NET

Conflit à Gaza : des célébrités créent la polémique

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : l'Aïd sur fond de guerre

En savoir plus

  • Journée sanglante à Gaza en dépit d’une courte trêve humanitaire

    En savoir plus

  • Otages : la France, premier banquier des djihadistes d’Al-Qaïda

    En savoir plus

  • Moscou répond aux sanctions en menaçant l’UE et les États-Unis

    En savoir plus

  • Ces politiques qui ne jurent plus que par Jean Jaurès...

    En savoir plus

  • En Chine, un scandale alimentaire chasse l’autre

    En savoir plus

  • Lille s'impose à Zurich et entrevoit la qualification pour les barrages

    En savoir plus

  • Nigeria : nouvel attentat-suicide perpétré par une femme à Kano

    En savoir plus

  • Ebola : "Les personnes traitées rapidement peuvent en guérir"

    En savoir plus

  • Transferts : deux champions du monde français signent en Inde

    En savoir plus

  • Nemmouche inculpé pour “assassinat dans un contexte terroriste”

    En savoir plus

  • Paris évacue des ressortissants français et britanniques de Libye

    En savoir plus

  • Résultats encore décevants pour Nintendo

    En savoir plus

  • Le Hamas diffuse la vidéo d'une opération commando meurtrière en Israël

    En savoir plus

  • Le grand bond en avant de la croissance américaine

    En savoir plus

  • Chrétiens d'Irak : "Il faut les aider à rester dans leur pays"

    En savoir plus

  • "Exodus" : la superproduction biblique 100 % héros blancs

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • À Benghazi, une importante base militaire tombe aux mains des islamistes

    En savoir plus

FRANCE

Selon la Chancellerie, Hollande n'est pas intervenu dans l'affaire Aurore Martin

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/11/2012

Démentant une information du site Mediapart, la Chancellerie assure que François Hollande et le gouvernement ne sont pas intervenus pour faire extrader la militante basque Aurore Martin vers l'Espagne.

La Chancellerie a assuré jeudi que le président François Hollande et le gouvernement n'étaient pas intervenus dans la remise de la militante basque Aurore Martin à l'Espagne.

La remise d'Aurore Martin à la justice espagnole s'est effectuée le 1er novembre "sur la base d'un mandat d'arrêt européen", a rappelé le ministère de la Justice dans un communiqué.

Cette procédure "de juge à juge s'impose au parquet général de Pau et ne constitue pas une extradition", a-t-il ajouté. "Elle exclut toute intervention du pouvoir exécutif, c'est-à-dire du président et du gouvernement".

Depuis l'arrestation de la jeune femme lors d'un contrôle routier et sa remise à l'Espagne, le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a été la cible de critiques de la part des soutiens de la militante et de personnalités de gauche, qui le soupçonnaient d'avoir donné son feu vert à l'opération, ce qu'il a réfuté.

Jeudi, le site Mediapart affirmait que François Hollande avait "validé l'extradition". "Des consultations au plus haut niveau impliquant les ministres concernés et le président ont été conduites avant d'ordonner le transfèrement de la jeune femme", écrit le site, affirmant que son interpellation "n'avait pas de caractère fortuit".

Selon une source gouvernementale, que les responsables de l'exécutif aient été informés après l'interpellation d'Aurore Martin "n'est pas ahurissant".

Dans l'entourage de Manuel Valls, on insiste toutefois sur le caractère "fortuit" du contrôle: "En France, le 1er novembre, il y a des contrôles routiers. Et c'est dans ce cadre qu'elle est contrôlée. Elle n'a pas été arrêtée à son domicile".

Selon la gendarmerie, des instructions avaient été données le 1er novembre (week-end de Toussaint traditionnellement meurtrier) pour renforcer les contrôles de vitesse et d'alcoolémie dans toute la France.

A cet effet, les gendarmes de Mauléon avaient mis en place des contrôles de 14h00 à 19h00 sur six points successifs. Aurore Martin a été contrôlée vers 16h00 à un rond-point où toutes les voitures étaient arrêtées dans le cadre d'un contrôle d'alcoolémie.

Elle était seule dans la voiture et dépourvue de permis de conduire et de carte nationale d'identité. Elle a présenté sa carte grise et les gendarmes en passant son nom au fichier se sont alors aperçus qu'elle faisait l'objet d'un mandat d'arrêt européen, a-t-on expliqué.

Dès lors, explique une source proche de l'enquête, l'issue était inéluctable, Aurore Martin étant l'objet d'un mandat d'arrêt européen validé par la justice française.

"Personne n'a à interrompre le fonctionnement de la justice. Il y va de son indépendance", argumente-t-on dans l'entourage de Manuel Valls. "Imaginons un instant les réactions si à un moment un ministre ou le président de la République avait dit: 'Ce fonctionnement ne me plaît pas'".

AFP

Première publication : 08/11/2012

  • FRANCE

    Manuel Valls se défend de toute intervention dans l'affaire Aurore Martin

    En savoir plus

  • FRANCE

    Arrestation d'Aurore Martin : Manuel Valls provoque l’ire du Pays basque

    En savoir plus

  • FRANCE

    Arrestation d’Aurore Martin : procédure ordinaire ou manipulation politique ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)