Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Ligue des champions : un Monaco diminué retrouve l'Europe dix ans après

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

    En savoir plus

  • Ebola : Obama envoyent 3 000 soldats en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

FRANCE

Selon la Chancellerie, Hollande n'est pas intervenu dans l'affaire Aurore Martin

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/11/2012

Démentant une information du site Mediapart, la Chancellerie assure que François Hollande et le gouvernement ne sont pas intervenus pour faire extrader la militante basque Aurore Martin vers l'Espagne.

La Chancellerie a assuré jeudi que le président François Hollande et le gouvernement n'étaient pas intervenus dans la remise de la militante basque Aurore Martin à l'Espagne.

La remise d'Aurore Martin à la justice espagnole s'est effectuée le 1er novembre "sur la base d'un mandat d'arrêt européen", a rappelé le ministère de la Justice dans un communiqué.

Cette procédure "de juge à juge s'impose au parquet général de Pau et ne constitue pas une extradition", a-t-il ajouté. "Elle exclut toute intervention du pouvoir exécutif, c'est-à-dire du président et du gouvernement".

Depuis l'arrestation de la jeune femme lors d'un contrôle routier et sa remise à l'Espagne, le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a été la cible de critiques de la part des soutiens de la militante et de personnalités de gauche, qui le soupçonnaient d'avoir donné son feu vert à l'opération, ce qu'il a réfuté.

Jeudi, le site Mediapart affirmait que François Hollande avait "validé l'extradition". "Des consultations au plus haut niveau impliquant les ministres concernés et le président ont été conduites avant d'ordonner le transfèrement de la jeune femme", écrit le site, affirmant que son interpellation "n'avait pas de caractère fortuit".

Selon une source gouvernementale, que les responsables de l'exécutif aient été informés après l'interpellation d'Aurore Martin "n'est pas ahurissant".

Dans l'entourage de Manuel Valls, on insiste toutefois sur le caractère "fortuit" du contrôle: "En France, le 1er novembre, il y a des contrôles routiers. Et c'est dans ce cadre qu'elle est contrôlée. Elle n'a pas été arrêtée à son domicile".

Selon la gendarmerie, des instructions avaient été données le 1er novembre (week-end de Toussaint traditionnellement meurtrier) pour renforcer les contrôles de vitesse et d'alcoolémie dans toute la France.

A cet effet, les gendarmes de Mauléon avaient mis en place des contrôles de 14h00 à 19h00 sur six points successifs. Aurore Martin a été contrôlée vers 16h00 à un rond-point où toutes les voitures étaient arrêtées dans le cadre d'un contrôle d'alcoolémie.

Elle était seule dans la voiture et dépourvue de permis de conduire et de carte nationale d'identité. Elle a présenté sa carte grise et les gendarmes en passant son nom au fichier se sont alors aperçus qu'elle faisait l'objet d'un mandat d'arrêt européen, a-t-on expliqué.

Dès lors, explique une source proche de l'enquête, l'issue était inéluctable, Aurore Martin étant l'objet d'un mandat d'arrêt européen validé par la justice française.

"Personne n'a à interrompre le fonctionnement de la justice. Il y va de son indépendance", argumente-t-on dans l'entourage de Manuel Valls. "Imaginons un instant les réactions si à un moment un ministre ou le président de la République avait dit: 'Ce fonctionnement ne me plaît pas'".

AFP

Première publication : 08/11/2012

  • FRANCE

    Manuel Valls se défend de toute intervention dans l'affaire Aurore Martin

    En savoir plus

  • FRANCE

    Arrestation d'Aurore Martin : Manuel Valls provoque l’ire du Pays basque

    En savoir plus

  • FRANCE

    Arrestation d’Aurore Martin : procédure ordinaire ou manipulation politique ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)