Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH 17 en Ukraine : une enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

SUR LE NET

"Tor", nouvelle cible de la NSA

En savoir plus

  • Reprise des bombardements à Gaza, l'espoir d'une trêve s'éloigne

    En savoir plus

  • Un incendie hors de contrôle menace Tripoli d’une "catastrophe humaine"

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

Economie

La réélection de Barack Obama rassure le peuple iranien

© France24

Vidéo par Pascale BOURGAUX

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/11/2012

La victoire du président démocrate à l’élection présidentielle américaine est synonyme de beaucoup d’espoir pour les Iraniens, notamment sur le plan politique. Reportage à Téhéran de l'envoyée spéciale de FRANCE 24, Pascale Bourgaux.

Contrairement aux discours officiels, les Iraniens ont peur d’une éventuelle guerre. Dans le quartier populaire du Bazar, les Iraniens ont affiché un certain soulagement à l’annonce de la victoire de Barack Obama. "Je pense que c'est bien pour l'Iran qu’Obama soit réélu", déclare l’un d’entre eux. "Il peut arranger la situation avec la diplomatie, pas avec la guerre", rétorque un autre. "Je ne veux pas la guerre ! La guerre, ce n'est pas bien !"

L'Iran mène un bras de fer avec l'Occident au sujet de sa politique nucléaire controversée. Téhéran affirme que son programme nucléaire est à visée pacifique, tandis que les Occidentaux et Israël soupçonnent le régime islamique d'élaborer en secret les bases d'un arsenal atomique militaire. Pour sortir de la crise, l'administration Obama privilégie une stratégie à double voie mêlant sanctions - entre autres sur les exportations pétrolières - et diplomatie.

"Obama n'est pas un va-t-en-guerre, donc sa réélection aura un effet positif pour l'Iran", lance un autre Iranien. "Ici, ce n'est pas l'Irak, ce n'est pas l'Afghanistan, c'est l'Iran. Je pense qu’il n’y aura jamais la guerre contre notre pays." D’autant plus que la campagne électorale américaine avait donné lieu à des spéculations sur une possible reprise des relations diplomatiques entre l'Iran et les États-Unis, suspendues depuis plus de 30 ans, en cas de victoire de Barack Obama.

"Les Américains ne peuvent nous contraindre à revenir à la table des négociations"

Toutefois, les autorités iraniennes réfutent catégoriquement toute idée de rapprochement avec Washington. "Après toutes ces pressions et ces crimes contre le peuple d'Iran, les relations avec l'Amérique ne sont pas possibles du jour au lendemain et les Américains ne doivent pas s'imaginer qu'ils peuvent nous contraindre à revenir à la table des négociations", a déclaré Sadeq Larijani, principale autorité judiciaire du pays, cité par l'agence de presse Irnan après la réélection d’Obama.

En 2008, lors de la première élection du président Obama, les attentes de Téhéran étaient grandes. "Il y a quatre ans, Obama (...) annonçait qu'il allait tendre la main de la coopération à l'Iran", a rappelé Sadeq Larijani. "Mais il a emprunté un autre chemin pour imposer des sanctions sans précédent, et il est naturel que le peuple iranien n'oublie jamais ces crimes."

Première publication : 08/11/2012

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Obama et Romney pas si éloignés sur le Moyen-Orient

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Barack Obama, un deuxième mandat "pour finir le job"

    En savoir plus

  • IRAN

    La fronde des conservateurs contre Mahmoud Ahmadinejad s'intensifie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)