Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: présercer son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait pas d'ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Irak : une trentaine de morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

Economie

La réélection de Barack Obama rassure le peuple iranien

© France24

Vidéo par Pascale BOURGAUX

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/11/2012

La victoire du président démocrate à l’élection présidentielle américaine est synonyme de beaucoup d’espoir pour les Iraniens, notamment sur le plan politique. Reportage à Téhéran de l'envoyée spéciale de FRANCE 24, Pascale Bourgaux.

Contrairement aux discours officiels, les Iraniens ont peur d’une éventuelle guerre. Dans le quartier populaire du Bazar, les Iraniens ont affiché un certain soulagement à l’annonce de la victoire de Barack Obama. "Je pense que c'est bien pour l'Iran qu’Obama soit réélu", déclare l’un d’entre eux. "Il peut arranger la situation avec la diplomatie, pas avec la guerre", rétorque un autre. "Je ne veux pas la guerre ! La guerre, ce n'est pas bien !"

L'Iran mène un bras de fer avec l'Occident au sujet de sa politique nucléaire controversée. Téhéran affirme que son programme nucléaire est à visée pacifique, tandis que les Occidentaux et Israël soupçonnent le régime islamique d'élaborer en secret les bases d'un arsenal atomique militaire. Pour sortir de la crise, l'administration Obama privilégie une stratégie à double voie mêlant sanctions - entre autres sur les exportations pétrolières - et diplomatie.

"Obama n'est pas un va-t-en-guerre, donc sa réélection aura un effet positif pour l'Iran", lance un autre Iranien. "Ici, ce n'est pas l'Irak, ce n'est pas l'Afghanistan, c'est l'Iran. Je pense qu’il n’y aura jamais la guerre contre notre pays." D’autant plus que la campagne électorale américaine avait donné lieu à des spéculations sur une possible reprise des relations diplomatiques entre l'Iran et les États-Unis, suspendues depuis plus de 30 ans, en cas de victoire de Barack Obama.

"Les Américains ne peuvent nous contraindre à revenir à la table des négociations"

Toutefois, les autorités iraniennes réfutent catégoriquement toute idée de rapprochement avec Washington. "Après toutes ces pressions et ces crimes contre le peuple d'Iran, les relations avec l'Amérique ne sont pas possibles du jour au lendemain et les Américains ne doivent pas s'imaginer qu'ils peuvent nous contraindre à revenir à la table des négociations", a déclaré Sadeq Larijani, principale autorité judiciaire du pays, cité par l'agence de presse Irnan après la réélection d’Obama.

En 2008, lors de la première élection du président Obama, les attentes de Téhéran étaient grandes. "Il y a quatre ans, Obama (...) annonçait qu'il allait tendre la main de la coopération à l'Iran", a rappelé Sadeq Larijani. "Mais il a emprunté un autre chemin pour imposer des sanctions sans précédent, et il est naturel que le peuple iranien n'oublie jamais ces crimes."

Première publication : 08/11/2012

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Obama et Romney pas si éloignés sur le Moyen-Orient

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Barack Obama, un deuxième mandat "pour finir le job"

    En savoir plus

  • IRAN

    La fronde des conservateurs contre Mahmoud Ahmadinejad s'intensifie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)