Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne: Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Un scrutin sans suspense s'achève sur fond de violence en Algérie

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • L'écrivain de génie Gabriel Garcia Marquez s'est éteint à 87 ans

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

Economie

La réélection de Barack Obama rassure le peuple iranien

© France24

Vidéo par Pascale BOURGAUX

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/11/2012

La victoire du président démocrate à l’élection présidentielle américaine est synonyme de beaucoup d’espoir pour les Iraniens, notamment sur le plan politique. Reportage à Téhéran de l'envoyée spéciale de FRANCE 24, Pascale Bourgaux.

Contrairement aux discours officiels, les Iraniens ont peur d’une éventuelle guerre. Dans le quartier populaire du Bazar, les Iraniens ont affiché un certain soulagement à l’annonce de la victoire de Barack Obama. "Je pense que c'est bien pour l'Iran qu’Obama soit réélu", déclare l’un d’entre eux. "Il peut arranger la situation avec la diplomatie, pas avec la guerre", rétorque un autre. "Je ne veux pas la guerre ! La guerre, ce n'est pas bien !"

L'Iran mène un bras de fer avec l'Occident au sujet de sa politique nucléaire controversée. Téhéran affirme que son programme nucléaire est à visée pacifique, tandis que les Occidentaux et Israël soupçonnent le régime islamique d'élaborer en secret les bases d'un arsenal atomique militaire. Pour sortir de la crise, l'administration Obama privilégie une stratégie à double voie mêlant sanctions - entre autres sur les exportations pétrolières - et diplomatie.

"Obama n'est pas un va-t-en-guerre, donc sa réélection aura un effet positif pour l'Iran", lance un autre Iranien. "Ici, ce n'est pas l'Irak, ce n'est pas l'Afghanistan, c'est l'Iran. Je pense qu’il n’y aura jamais la guerre contre notre pays." D’autant plus que la campagne électorale américaine avait donné lieu à des spéculations sur une possible reprise des relations diplomatiques entre l'Iran et les États-Unis, suspendues depuis plus de 30 ans, en cas de victoire de Barack Obama.

"Les Américains ne peuvent nous contraindre à revenir à la table des négociations"

Toutefois, les autorités iraniennes réfutent catégoriquement toute idée de rapprochement avec Washington. "Après toutes ces pressions et ces crimes contre le peuple d'Iran, les relations avec l'Amérique ne sont pas possibles du jour au lendemain et les Américains ne doivent pas s'imaginer qu'ils peuvent nous contraindre à revenir à la table des négociations", a déclaré Sadeq Larijani, principale autorité judiciaire du pays, cité par l'agence de presse Irnan après la réélection d’Obama.

En 2008, lors de la première élection du président Obama, les attentes de Téhéran étaient grandes. "Il y a quatre ans, Obama (...) annonçait qu'il allait tendre la main de la coopération à l'Iran", a rappelé Sadeq Larijani. "Mais il a emprunté un autre chemin pour imposer des sanctions sans précédent, et il est naturel que le peuple iranien n'oublie jamais ces crimes."

Première publication : 08/11/2012

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Obama et Romney pas si éloignés sur le Moyen-Orient

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Barack Obama, un deuxième mandat "pour finir le job"

    En savoir plus

  • IRAN

    La fronde des conservateurs contre Mahmoud Ahmadinejad s'intensifie

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)