Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Economie

La réélection de Barack Obama rassure le peuple iranien

© France24

Vidéo par Pascale BOURGAUX

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/11/2012

La victoire du président démocrate à l’élection présidentielle américaine est synonyme de beaucoup d’espoir pour les Iraniens, notamment sur le plan politique. Reportage à Téhéran de l'envoyée spéciale de FRANCE 24, Pascale Bourgaux.

Contrairement aux discours officiels, les Iraniens ont peur d’une éventuelle guerre. Dans le quartier populaire du Bazar, les Iraniens ont affiché un certain soulagement à l’annonce de la victoire de Barack Obama. "Je pense que c'est bien pour l'Iran qu’Obama soit réélu", déclare l’un d’entre eux. "Il peut arranger la situation avec la diplomatie, pas avec la guerre", rétorque un autre. "Je ne veux pas la guerre ! La guerre, ce n'est pas bien !"

L'Iran mène un bras de fer avec l'Occident au sujet de sa politique nucléaire controversée. Téhéran affirme que son programme nucléaire est à visée pacifique, tandis que les Occidentaux et Israël soupçonnent le régime islamique d'élaborer en secret les bases d'un arsenal atomique militaire. Pour sortir de la crise, l'administration Obama privilégie une stratégie à double voie mêlant sanctions - entre autres sur les exportations pétrolières - et diplomatie.

"Obama n'est pas un va-t-en-guerre, donc sa réélection aura un effet positif pour l'Iran", lance un autre Iranien. "Ici, ce n'est pas l'Irak, ce n'est pas l'Afghanistan, c'est l'Iran. Je pense qu’il n’y aura jamais la guerre contre notre pays." D’autant plus que la campagne électorale américaine avait donné lieu à des spéculations sur une possible reprise des relations diplomatiques entre l'Iran et les États-Unis, suspendues depuis plus de 30 ans, en cas de victoire de Barack Obama.

"Les Américains ne peuvent nous contraindre à revenir à la table des négociations"

Toutefois, les autorités iraniennes réfutent catégoriquement toute idée de rapprochement avec Washington. "Après toutes ces pressions et ces crimes contre le peuple d'Iran, les relations avec l'Amérique ne sont pas possibles du jour au lendemain et les Américains ne doivent pas s'imaginer qu'ils peuvent nous contraindre à revenir à la table des négociations", a déclaré Sadeq Larijani, principale autorité judiciaire du pays, cité par l'agence de presse Irnan après la réélection d’Obama.

En 2008, lors de la première élection du président Obama, les attentes de Téhéran étaient grandes. "Il y a quatre ans, Obama (...) annonçait qu'il allait tendre la main de la coopération à l'Iran", a rappelé Sadeq Larijani. "Mais il a emprunté un autre chemin pour imposer des sanctions sans précédent, et il est naturel que le peuple iranien n'oublie jamais ces crimes."

Première publication : 08/11/2012

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Obama et Romney pas si éloignés sur le Moyen-Orient

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Barack Obama, un deuxième mandat "pour finir le job"

    En savoir plus

  • IRAN

    La fronde des conservateurs contre Mahmoud Ahmadinejad s'intensifie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)