Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex-président Habyarimana

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

  • Un raid israélien tue neuf spectateurs de la demi-finale du Mondial à Gaza

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

FRANCE

Les remèdes de Jospin pour moderniser la vie publique française

©

Vidéo par France 3

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/11/2012

La commission Jospin a remis ce vendredi à l'Élysée une série de préconisations visant à "redynamiser" les institutions publiques. Parmi les réformes proposées, la fin du cumul des mandats et l'abrogation de l'immunité judiciaire du président.

Conformément aux vœux du président de la République, la commission Jospin, présidée par l’ancien Premier ministre, a proposé vendredi 9 novembre de nouvelles règles pour "moderniser la vie publique française". Le rapport sur lequel ont travaillé depuis le mois de juillet les quatorze membres de la commission comporte trente-cinq propositions de réformes pour "donner un nouvel élan à la démocratie". Tour d’horizon des principales mesures.

  • Le non cumul des mandats

C’est la recommandation phare du rapport, celle que les Français plébiscitent à hauteur de 59 %, selon un sondage Ifop réalisé en septembre. En clair, le "non cumul des mandats" signifie qu’entre "maire et député, les élus devront choisir". Le rapport préconise donc l'interdiction de doubler un mandat de parlementaire avec celui d’un "exécutif local", comprenez : mandat de maires et adjoints, de présidents et vice-présidents de groupements de communes, de conseil général et de conseil régional.

Ce régime s'appliquerait aux députés comme aux sénateurs. Mais les premiers concernés refusent de s’y plier - à droite mais aussi à gauche. Le sénateur-maire PS de Lyon, Gérard Collomb, interrogé par "Le Nouvel Observateur", ne cache ainsi pas sa frilosité et estime que c'est "une grosse bêtise", arguant que l'ancrage local est un atout pour les députés, mais précise toutefois qu'il l'appliquera "sans souci". 

Les réactions après le rapport Jospin

  • La mise en place de 10 % de proportionnelle aux législatives

C’est le deuxième serpent de mer de la vie politique française. La commission partage le souci de François Hollande d'instiller une dose de proportionnelle pour les législatives afin de mieux refléter la diversité des courants de pensée et d'opinion. Elle propose donc que 58 députés sur les 577 que compte l'Assemblée nationale soient élus à la proportionnelle, sur une liste nationale. Aucun seuil minimal ne serait requis pour prétendre à la répartition des sièges.

La réforme devrait satisfaire les écologistes, le Front de Gauche et les centristes, qui se sont toujours positionnés en faveur de cette mesure. Elle pourrait également faire les affaires du Front national... En 1986, 35 députés FN avaient fait leur entrée dans l'hémicycle gâce à ce mode de scrutin.

  • Le parrainage citoyen à l’élection présidentielle

Pour pouvoir se présenter à l’élection présidentielle, un candidat doit aujourd’hui être parrainé par 500 élus au moins. Leurs noms sont ensuite rendus public. Ce système a fait couler beaucoup d’encre lors de la campagne présidentielle 2012 et suscité plus particulièrement l’indignation de la présidente du Front national. Marine Le Pen craignait en effet de ne pas pouvoir se présenter à l’élection à cause des "pressions" exercées sur les maires tentés de lui apporter leur signature. La commission propose donc "un parrainage citoyen" des candidats à la législature suprême avec au moins 150 000 signatures.

Le système proposé devrait permettre à un plus large panel de candidats de concourir sans difficulté. Le Front national salue l’idée tout en réclamant que ce parrainage soit tenu secret.

  • Réforme du statut pénal du chef de l'État

Il s’agit de revenir sur le régime "d’inviolabilité" dont bénéficie le président de la République durant la totalité de son mandat. Elle signe la fin de son statut exceptionnel. L’article 67 de la Constitution stipule en effet que le président français "ne peut […] devant aucune juridiction ou autorité administrative française être requis de témoigner non plus que faire l’objet d’une action, d’un acte d’information, d’instruction ou de poursuite".

Si François Hollande retient la proposition des commissaires, le président en exercice redevient juridiquement responsable de ses actes. Il pourrait donc être jugé, y compris pendant la durée de son mandat. Il pourrait donc être jugé, y compris pendant la durée de son mandat, pour "des actes détachables de sa fonction" sur le plan pénal comme civil, commis avant ou pendant son mandat.

Conférence de presse de Lionel Jospin

  • Horaires de fermeture des bureaux de vote, devenir des anciens présidents…

Les autres recommandations du rapport :

- Les anciens chefs de l’État ne seraient plus membres de droit du Conseil constitutionnel.

- Les bureaux de vote fermeraient tous à 20 heures en métropole.

- Organiser deux mois plus tôt les élections présidentielle et législatives, qui se tiennent actuellement de avril à juin, de manière à donner au nouveau gouvernement "la faculté d'engager et de conduire ses premières réformes dans les meilleures conditions".

- Réduire de une à deux semaines le délai entre la présidentielle et les législatives, actuellement de cinq semaines.

Les textes du rapport Jospin seront déposés au Parlement début 2013, a annoncé l’Élysée dans un communiqué.

Première publication : 09/11/2012

  • FRANCE

    François Hollande : "La France est déterminée à combattre l'antisémitisme"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Pour François Hollande, la sortie de crise est proche

    En savoir plus

  • FRANCE

    François Hollande esquisse la refonte de l'école

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)