Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Si Alep pouvait parler...

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Manifestations contre la réforme El Khomri : "la loi de la violence"

En savoir plus

POLITIQUE

Rama Yade : "Je veux offrir un nouveau choix aux Français"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : la croissance accélère au 1er trimestre à +0,5%

En savoir plus

LE DÉBAT

Loi travail : la rue peut-elle faire plier le gouvernement ?

En savoir plus

LE DÉBAT

"L'Amérique d'abord" : le monde selon Donald Trump

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Louis Bourlanges : "Nous sommes dans une phase conjoncturelle positive"

En savoir plus

FOCUS

France : à la rencontre des participants de "Nuit Debout" à Paris

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Primaire à droite : François Fillon rebondit dans les sondages

En savoir plus

Moyen-orient

Georges Sabra prend la tête du Conseil national syrien

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/11/2012

Le Conseil national syrien (CNS), la principale coalition de l'opposition en exil, a choisi Georges Sabra comme président. Cet instituteur chrétien et ancien communiste est un vétéran de la lutte contre le régime de Bachar al-Assad.

Le vétéran de l'opposition syrienne Georges Sabra, un ancien communiste, a été élu vendredi soir président du Conseil national syrien (CNS), une importante coalition de l'opposition.

M. Sabra, un chrétien, a été élu par 28 des 41 membres que compte le nouveau secrétariat général du CNS, couronnant le processus de renouvellement des instances de cette coalition.

Dans une première déclaration à l'issue de son élection, cet instituteur âgé de 65 ans s'est engagé au nom du CNS à "oeuvrer, avec les autres composantes de l'opposition syrienne, à accélérer la chute du régime du criminel" Bachar Al-Assad.

Interrogé sur ce qu'il souhaitait obtenir de la communauté internationale, il a répondu: "Nous avons une seule demande, c'est de faire arrêter le bain de sang et d'aider le peuple syrien à chasser ce régime sanguinaire en nous armant".

"Nous voulons des armes", a-t-il répété à trois reprises.

L'élection de Georges Sabra intervient alors que les différents groupes de l'opposition syrienne discutent à Doha d'un plan visant à les fédérer, sur la base d'une initiative appuyée par des pays arabes et occidentaux dont les Etats-Unis.

Le plan, largement inspiré d'une initiative de l'opposant Riad Seif, prévoit la formation d'une instance politique unifiée.

Cette instance politique représentant les différentes formations dont les groupes civils animant le soulèvement de l'intérieur et les formations militaires doit à son tour constituer un gouvernement transitoire d'une dizaine de membres et un conseil militaire.

Les Comités locaux de coordination (LCC), un important réseau de militants animant la révolte sur le terrain en Syrie, ont claqué vendredi la porte du CNS, accusant les Frères musulmans d'avoir pris le contrôle de cette instance.

Les LCC ne disposent d'aucun représentant dans la nouvelle direction du CNS.

AFP

Première publication : 09/11/2012

  • SYRIE

    Exclusif : les derniers jours d'un commandant de l’ASL

    En savoir plus

  • SYRIE

    L'opposition syrienne joue sa crédibilité et son avenir au Qatar

    En savoir plus

  • SYRIE

    Bachar al-Assad veut "vivre et mourir" en Syrie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)