Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Les quatre journalistes français otages en Syrie ont été libérés

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Corée du Sud : le capitaine s'explique après le naufrage du ferry

    En savoir plus

  • Coupe de la Ligue : le PSG pour sauver sa saison, Lyon pour la bonifier

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

Moyen-orient

Georges Sabra prend la tête du Conseil national syrien

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/11/2012

Le Conseil national syrien (CNS), la principale coalition de l'opposition en exil, a choisi Georges Sabra comme président. Cet instituteur chrétien et ancien communiste est un vétéran de la lutte contre le régime de Bachar al-Assad.

Le vétéran de l'opposition syrienne Georges Sabra, un ancien communiste, a été élu vendredi soir président du Conseil national syrien (CNS), une importante coalition de l'opposition.

M. Sabra, un chrétien, a été élu par 28 des 41 membres que compte le nouveau secrétariat général du CNS, couronnant le processus de renouvellement des instances de cette coalition.

Dans une première déclaration à l'issue de son élection, cet instituteur âgé de 65 ans s'est engagé au nom du CNS à "oeuvrer, avec les autres composantes de l'opposition syrienne, à accélérer la chute du régime du criminel" Bachar Al-Assad.

Interrogé sur ce qu'il souhaitait obtenir de la communauté internationale, il a répondu: "Nous avons une seule demande, c'est de faire arrêter le bain de sang et d'aider le peuple syrien à chasser ce régime sanguinaire en nous armant".

"Nous voulons des armes", a-t-il répété à trois reprises.

L'élection de Georges Sabra intervient alors que les différents groupes de l'opposition syrienne discutent à Doha d'un plan visant à les fédérer, sur la base d'une initiative appuyée par des pays arabes et occidentaux dont les Etats-Unis.

Le plan, largement inspiré d'une initiative de l'opposant Riad Seif, prévoit la formation d'une instance politique unifiée.

Cette instance politique représentant les différentes formations dont les groupes civils animant le soulèvement de l'intérieur et les formations militaires doit à son tour constituer un gouvernement transitoire d'une dizaine de membres et un conseil militaire.

Les Comités locaux de coordination (LCC), un important réseau de militants animant la révolte sur le terrain en Syrie, ont claqué vendredi la porte du CNS, accusant les Frères musulmans d'avoir pris le contrôle de cette instance.

Les LCC ne disposent d'aucun représentant dans la nouvelle direction du CNS.

AFP

Première publication : 09/11/2012

  • SYRIE

    Exclusif : les derniers jours d'un commandant de l’ASL

    En savoir plus

  • SYRIE

    L'opposition syrienne joue sa crédibilité et son avenir au Qatar

    En savoir plus

  • SYRIE

    Bachar al-Assad veut "vivre et mourir" en Syrie

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)