Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

Moyen-orient

Exclusif : les derniers jours d'un commandant de l’ASL

© Pauline Garaude

Texte par Pauline GARAUDE

Dernière modification : 11/11/2012

Chef de l'Armée syrienne libre dans la ville de Harem, dans le nord-ouest de la Syrie, le commandant Bassil Isa a été tué le 5 novembre dans un bombardement. La veille, notre reporter l'avait accompagné en patrouille. Récit.

À Harem, le siège de l’Armée syrienne libre (ASL) se situe dans un ancien bâtiment administratif. Sur les marches se tient ce jour-là un homme en uniforme, de forte corpulence, s’entretenant du haut de ses 1,90 m avec quatre combattants. Il s’agit du général Bassil Isa, qui dirige la brigade Shuhada, les "Martyrs d’Idleb". Le regard concentré, il dégage charisme et autorité. "On l’aime tous. Il nous donne toujours un moral d’acier. Avant de nous envoyer au front, il nous rassure. Il planifie les équipes chaque matin et envoie dans les combats les plus durs, ceux qui se sentent le plus prêt ce jour-là. C’est un homme qui prend en compte le moral de ses troupes pour en tirer le meilleur", affirme le colonel Mehmet, à qui le général vient de parler.

Les hommes de Bassil Isa coupables d’exactions

Selon Reuters, plusieurs rebelles rattachés à la brigade du commandant Bassil Isa ont exécuté un homme de sang froid, la semaine dernière, dans la ville de Harem. Ce dernier, présenté comme un fidèle du régime par les rebelles, n’était pas armé et ne portait pas l’uniforme. Il a reçu trois rafales de mitraillettes avant de s’effondrer.

Cette exécution sommaire résonne comme un sombre rappel de la réalité de la guerre : les exactions ne sont pas l’apanage d’un seul clan. "J’essaie de raisonner mes hommes, s’est justifié Bassil Isa. Je leur dis que stratégiquement, c’est une mauvaise chose. Une mauvaise publicité pour nous. Nous recevons de l’aide et nous obtenons des informations quand nous épargnons ces hommes. Nous ne devons pas les juger. Seul Dieu le fera."

Bassil me donne une franche poignée de main et m’ouvre la porte de son 4x4. "Je vais vous faire visiter Harem libérée", déclare-t-il. Je suis assise devant, à ses côtés. Il a mis des chants traditionnels syriens, étonnant contraste avec ce paysage en ruine qui défile devant nous : décombres, murs écroulés, fils électriques flottant dans les airs. Sur la route, des douilles, des obus de mortier, des chaussures, du sang encore frais et des lambeaux de chair humaine sur lesquels s’agglutinent des mouches. "Vous voyez ce désastre ?", se désole le général, pointant du doigt la mosquée et les immeubles détruits encore fumants qui, hier, l’entouraient. La veille, une bombe larguée par le gouvernement qui visait la mosquée a fait 70 morts.

Ville fantôme

Ancien ingénieur en mécanique, le général Bassil Isa est considéré comme un héros dans les rangs des combattants. Dans la province d’Idleb, il a construit sa réputation avec une première victoire sur la capitale provinciale en mars, suivie d’une autre sur la ville d’Armanaz, en juin, où ses troupes ont vaincu 400 soldats du régime. En juillet, il a pris la ville de Salqin puis, le mois suivant, a lancé l’assaut sur Harem que son bataillon a "libéré" il y a dix jours. "Il y a encore des combats dans la citadelle mais le centre de la ville est sécurisé. Nos soldats contrôlent 6 routes d’accès sur 7", m’avait expliqué plus tôt le colonel Shihab, responsable de la logistique pour la brigade.

Dans cette ville fantôme (90 % de la population ayant fuit dans des villages voisins ou en Turquie, à 18 km), seuls les rebelles sont visibles, kalachnikov en bandoulière, en civil pour la plupart. Certains jouent aux cartes, décontractés. D’autres dévalent les ruelles à trois sur un scooter, donnant l’impression de s’amuser. D’autres s’assurent par téléphone que les combattants dans la citadelle ont des munitions. Le général, qui raccroche son talkie walkie, ordonne à une dizaine d’hommes de se poster sur leur base arrière. Depuis le toit des maisons, munis de Doushka et de Katioucha, ils répliquent à des tirs de mortiers de l’armée d’Assad. "Partons d’ici !", me lance-t-il avec fermeté. "Dans la ville, il y a quelques civils pro-Assad armés qui peuvent nous viser à tout moment. Regardez ce mur !, indique-t-il. Il ya deux jours, ça n’y était pas." On peut y lire : "Bachar, ne t’inquiète pas. On boira le sang des rebelles jusqu’à la dernière goutte".

Alors que les combats dans la citadelle couvrent notre conversation, le général redémarre nerveusement son 4x4. Pour s’arrêter quelques instants plus tard devant une maison, intacte. Un repaire où il s’entretient avec son cercle proche. "Au sol, nous sommes plus forts. Le problème, ce sont les frappes aériennes. On doit changer de tactique. Dans trois jours maximum, la citadelle sera entre nos mains." C’est tout ce qu’il dira. Dans le ciel, un hélicoptère des forces gouvernementales survole la ville et s’en va. Bassil est tendu. Le lendemain, il sera pris pour cible alors qu’il se trouve dans ce même repaire et mourra dans un bombardement aérien avec 20 de ses hommes.

Première publication : 09/11/2012

  • SYRIE

    L'opposition syrienne joue sa crédibilité et son avenir au Qatar

    En savoir plus

  • SYRIE

    Bachar al-Assad veut "vivre et mourir" en Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    Ces réfugiés palestiniens qui soutiennent le régime de Bachar al-Assad

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)